•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien député fédéral d’Elmwood-Transcona Bill Blaikie s’éteint

Bill Blaikie, photographié dans son bureau devant une bibliothèque en mars 2007.

Bill Blaikie a eu une carrière politique de 32 ans, majoritairement au fédéral. (archives)

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

L'ancien député fédéral et provincial néo-démocrate, Bill Blaikie, dont la carrière politique s'est étendue sur plus de trois décennies, est décédé à 71 ans.

Il s'est éteint chez lui, à Winnipeg, le samedi 24 septembre, entouré de ses proches, selon une publication faite par sa famille sur les réseaux sociaux.

C'est difficile d'exprimer avec des mots notre deuil, mais aussi notre gratitude pour tout l'amour, la sagesse et le plaisir qu'il nous a offert pendant toutes ces années, écrit la famille.

L'ancien député fédéral et provincial néo-démocrate du Manitoba, Bill Blaikie, le 15 mars 2007.

L'ancien député fédéral et provincial néo-démocrate du Manitoba, Bill Blaikie, le 15 mars 2007.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Bill Blaikie a été élu pour la première fois dans ce qui était alors la circonscription Winnipeg-Birds Hill, en 1979. Le nom de la circonscription a changé deux fois pendant son mandat, pour devenir Winnipeg-Transcona en 1988 et finalement, Elmwood-Transcona en 2004.

Pendant son séjour à Ottawa, Bill Blaikie a cherché à devenir chef du NPD fédéral, mais il a été battu par Jack Layton en 2003.

En 1984, il force la ministre de la Santé Monique Bégin à adopter la Loi canadienne sur la santé afin de faire face à la crise de surfacturation des médecins.

Cette pratique menaçait l'assurance-maladie universelle. Ainsi, la loi prévoit des déductions sur les transferts fédéraux en santé vers les provinces pour chaque dollar de surfacturation, ce qui a eu l'effet escompté pour la protection de l'assurance-maladie.

Comme porte-parole des Affaires extérieures, à la fin des années 1980, il a aussi demandé au Canada de mettre fin aux essais de missiles de croisière des États-Unis qui passaient au-dessus de son territoire.

Politique provinciale

En 2008, Bill Blaikie quitte la vie politique fédérale alors qu'il ne s'est pas représenté pour les élections fédérales.

L'année suivante, il est entré en politique provinciale. Il remporte le siège d'Elmwood pour le NPD lors d'une élection partielle.

Le gouvernement du Manitoba était alors dirigé par le Nouveau Parti démocratique. Le premier ministre Greg Selinger lui confie le poste de ministre de la Conservation et de leader parlementaire jusqu'à la fin de sa carrière politique en 2011.

Pendant son mandat, Bill Blaikie a joué un rôle important dans la concrétisation de cinq parcs provinciaux au Manitoba. En 2011, Greg Selinger notait que M. Blaikie a également beaucoup fait pour assurer la protection de la forêt boréale à l'est du lac Winnipeg.

En 2012, Nature Manitoba lui a décerné le Prix du Crocus des Prairies, pour cette réalisation.

La vie en dehors de la politique

À sa retraite de la vie politique, Bill Blaikie a enseigné la théologie à l'Université de Winnipeg. En 2011, il publie un livre sur la relation entre la spiritualité et la politique intitulé The Blaikie Report – An Insider’s Look at Faith and Politics.

Avant d'entrer dans le monde politique, il a été un employé du Canadien National de 1969 à 1974. Il a obtenu un baccalauréat en philosophie et en études religieuses de l'Université de Winnipeg.

En 1978, il est intronisé comme ministre de l'Église unie.

Bill Blaikie a été intronisé dans l'Ordre du Canada en février 2021 comme grand défenseur de la démocratie et de la justice sociale, lit-on sur le site de la gouverneure générale.

Il laisse un grand héritage

Son héritage parle de lui-même, c’est un héritage vivant, a déclaré l’ancien ministre libéral et ex-président de l'Université de Winnipeg, Lloyd Axworthy, vendredi, peu de temps après que Bill Blaikie ait annoncé qu’il entrait aux soins palliatifs.

Il croyait fermement en la social-démocratie, il était un défenseur de l'évangile social, a ajouté M. Axworthy qui a été élu député pour la première fois avec Bill Blaikie en 1979.

C'était aussi un très bon gars avec qui on pouvait facilement s’entendre et c’est aussi une bonne personne […] avec qui il était facile de s’isoler et de bavarder, a souligné M. Axworthy.

De son côté, l'analyste politique Roger Turenne qualifie Bill Blaikie d’homme tout à fait intègre, engagé dans sa communauté, ajoutant que ce dernier mettait de l’avant l'aspect communautaire et social de la région qu’il représentait.

Pour M. Turenne, l’ancien député néo-démocrate était un gauchiste pragmatique [qui était] très conscient des limites du pouvoir et de la nécessité de collaborer avec les autres partis.

« C’était un leader intellectuel de la gauche et un homme d’une très grande intégrité. Un exemple pour tout homme et femme politique. »

— Une citation de  Roger Turenne, analyste politique

Roger Turenne souligne d’ailleurs à quel point M. Blaikie était très respecté de ses collègues.

L’ancien doyen à la Faculté de théologie de l’Université de Winnipeg, James Christie, a expliqué qu’il voyait en lui une personnalité qui avait une énorme perspicacité politique et religieuse.

Vendredi, M. Christie a confié à CBC que la capacité de Bill Blaikie à se démarquer pendant son séjour à l'université provenait de sa personnalité attachante.

Bill pouvait raconter une histoire qui menait à une autre histoire et à une autre encore, et nous pouvions nous asseoir et simplement parler, et dans mon cas, surtout écouter.

Avec les informations de Laïssa Pamou, Alana Cole et Donna Lee

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !