•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ espère rallumer la flamme souverainiste à Jonquière

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, visitait la région pour la première fois en vue du scrutin du 3 octobre alors que le parti tente de conserver son bastion dans Jonquière.

Paul St-Pierre Plamondon se tient derrière un lutrin et il effectue une annonce.

Paul St-Pierre Plamondon était entouré de la plupart des candidats péquistes de la région au moment de son annonce.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Radio-Canada

Le Parti québécois a fait élire des députés au Saguenay-Lac-Saint-Jean sans interruption depuis 1973, mais cette séquence est menacée, car les sondages placent la Coalition avenir Québec en avance partout, même dans Jonquière où Caroline Dubé a été choisie pour tenter de succéder à Sylvain Gaudreault.

Alors que François Legault a lancé sa campagne électorale en grande pompe dans ce bastion péquiste, le PQ a attendu le 21e jour pour y tenir un premier rassemblement, samedi soir.

Vous verrez à la fin qui est venu le plus souvent, se défend le chef du Parti québécois. J'ai décidé de faire un débat avant de venir, parce que c'était un espace pour faire valoir ce qu'on a à dire [...] les gens ont vu ce qu'on avait à proposer et c'est très différent de la CAQ.

À son arrivée au Côté-Cour à Jonquière, Paul St-Pierre Plamondon a été acclamé par une centaine de militants. Il a fait un appel aux souverainistes de la région qui pourraient être tentés de voter pour Québec solidaire, un autre parti indépendantiste.

Une photo de groupe des candidats et du chef. Des dizaines de personnes à l'arrière-plan.

Paul St-Pierre Plamondon en compagnie de ses cinq candidats du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Photo : Radio-Canada

Il y a des indépendantistes à la hauteur de 2 millions. Ils sont où et quel est l'état de leur réflexion? Moi, je dis juste : il y a une maison qui est la vôtre et la porte est grande ouverte. On mène une campagne droite et on est fiers de ce qu'on met de l'avant, a-t-il dit au lendemain de la soirée.

Des électeurs de Jonquière ont d’ailleurs été convaincus par le chef péquiste. Ils savent où ils s’en vont et moi, quand il y a eu le référendum, j’étais pour ça!, avance un homme rencontré à Jonquière.

Dans la circonscription voisine, celle de Chicoutimi, la candidate péquiste Alice Villeneuve sent que le vent a tourné depuis le débat de jeudi dernier.

Au début de la campagne, je pense que les gens étaient un peu plus reculés à l'égard du PQ, mais depuis le débat des chefs, je vois un changement complet par rapport à l'attitude des gens sur le terrain. Ils me disent : "Votre chef était bon, on ne s'attendait pas à ça”, souligne-t-elle.

D’autres électeurs par contre sont moins enthousiastes envers le Parti québécois. Il est peut-être fort dans la région, mais dans mon cœur, il est moins fort, déclare une électrice.

Selon un reportage de Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...