•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carla Qualtrough promet d’agir sur le problème des fauteuils roulants en avion

Carla Qualtrough en gros plan.

La ministre de l'Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, se dit inquiète du manque de soins apportés aux passagers handicapés par les compagnies aériennes.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

La ministre fédérale de l'Inclusion des personnes handicapées promet d'aider à réformer le transport aérien pour les personnes utilisant un fauteuil roulant après que celui d'une défenseure des droits dans le domaine a été « totalement endommagé » alors qu'il était sous la garde d'employés d'Air Canada.

Carla Qualtrough a répondu cette semaine à l’histoire de Maayan Ziv, dont le fauteuil roulant de 30 000 $ était inutilisable après avoir atterri en Israël pour une conférence internationale sur l'accessibilité.

Pour Mme Qualtrough, cet incident illustre un problème de longue date selon lequel les compagnies aériennes maltraitent les personnes handicapées et leurs appareils de mobilité.

Nous devons trouver un moyen d'y mettre fin une fois pour toutes, déclare Carla Qualtrough, qui est également ministre de l'Emploi et du Développement de la main-d'œuvre.

« Je vous le promets, on s'en occupe. »

— Une citation de  Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées

L'Office des transports du Canada (OTC), qui réglemente les voyages aériens, indique dans un courriel à CBC Toronto qu'il ne peut pas commenter l'incident.

Mme Qualtrough assure qu'elle rencontrera l'OTC et Air Canada au cours de la semaine prochaine pour faire part de ses préoccupations et élaborer un plan d'action afin de prévenir d'autres incidents de ce type.

Cet été, le secrétaire américain aux Transports, Pete Buttigieg, a déclaré que son département travaillerait dans les mois et les années à venir sur une règle qui permettrait aux passagers de rester dans leur fauteuil roulant pendant leur vol.

Je cherche la prise de responsabilité

L'histoire de Maayan Ziv a déclenché une vague de soutien sur les réseaux sociaux de la part de personnes qui ont également été témoins ou victimes d’une mauvaise gestion des aides à la mobilité par les compagnies aériennes.

Maayan Ziv en larmes.

Maayan Ziv, PDG de l'application d'accessibilité AccessNow, a exprimé sa détresse et son sentiment de révolte sur Instagram après son vol Air Canada vers Tel-Aviv.

Photo : Instagram/maayanziv_

Je cherche une prise de responsabilité qui ne reconnaisse pas seulement le mal qui m'a été fait, mais aussi celui fait aux milliers de personnes dont j'ai maintenant entendu parler qui ont vécu des histoires similaires, soutient Mme Ziv.

Kristin Hayes est l'une d'entre elles.

La Torontoise dit que son fauteuil roulant a été endommagé à plusieurs reprises en vol.

Elle se souvient particulièrement de sa pire expérience lors d’un voyage à Hawaï il y a quatre ans, quand American Airlines a égaré son fauteuil roulant et a mis 30 heures pour le retrouver et le lui rendre.

Et ç'a été après de nombreux appels téléphoniques, une énorme quantité de stress, de panique. Je me sentais complètement impuissante et pendant plusieurs de ces heures, je n'ai reçu aucune réponse, affirme-t-elle, en entrevue avec CBC.

Kristina Hayes à côté de son fauteuil roulant sur une plage.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kristin Hayes, qui utilise un fauteuil roulant, voyage fréquemment. Pour elle, l'industrie du transport aérien doit changer la façon dont elle traite les personnes handicapées et leurs aides à la mobilité.

Photo : Photo fournie par Kristina Hayes

Combien de fois cela doit-il se produire pour que quelqu'un d'autre que nous s'en soucie suffisamment pour essayer de nous aider à faire quelque chose à ce sujet?

La pire expérience de vol de Steve Kean s'est produite lors d'un voyage en 2009 avec EasyJet à Venise, en Italie. Le Torontois dit que, lorsqu'il a récupéré son fauteuil roulant, sa roue avant droite demeurait à trois pouces du sol.

Je suis à des milliers de kilomètres de chez moi et mon fauteuil roulant est inutilisable, résume M. Kean.

Qu'est-ce que je suis censé faire?

Steve Kean sur son fauteuil roulant dans un salon.

Steve Kean, 54 ans, réclame un « changement d'attitude majeur » de la part des compagnies aériennes. Il souhaite rester assis dans son fauteuil roulant pendant les vols pour ne pas avoir à le confier à quelqu'un qui « ne saura pas comment s'en occuper ».

Photo : CBC/Paul Borkwood

Steve Kean se rappelle aussi avoir, quelques décennies plus tôt, failli tomber trois fois dans un avion d'Air Canada alors qu'il retournait dans son fauteuil roulant depuis un siège côté couloir.

Je pense qu'ils avaient plus peur du procès que d'aider un être humain.

M. Kean et Mme Hayes espèrent que les projecteurs sur l'histoire de Mme Ziv inciteront le gouvernement fédéral à sévir.

Pour sa part, la ministre Qualtrough a demandé aux personnes handicapées de continuer à pousser le gouvernement à faire mieux.

Continuez à nous aider à demander des comptes aux entreprises, car c'est la seule façon d'obtenir le changement dont nous avons besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !