•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vladimir Guerrero fils, le prochain à faire sauter la banque dans la MLB?

Vladimir Guerrero fils est félicité par ses coéquipiers après avoir frappé un coup de circuit.

En quatre saisons seulement, Vladimir Guerrero fils s'est déjà imposé parmi l'élite du baseball majeur.

Photo : Associated Press / Mike Carlson

Le joueur vedette des Blue Jays de Toronto, Vladimir Guerrero fils, a été le sujet de nombreuses conversations, vendredi, après avoir confié au micro d'une station de radio en République dominicaine la veille qu'il sera bientôt le temps, pour lui, de passer à la caisse.

L'athlète de 23 ans, qui est sans contrat pour la saison prochaine, mais sous le contrôle des Blue Jays jusqu'en 2026, a indiqué que l'heure était venue pour lui de signer une importante prolongation de contrat avec l'équipe avec laquelle il a fait ses premières armes.

Je suis ouvert à signer un contrat à long terme avec les Blue Jays. Jouer ici me rend très heureux. J'espère qu'on pourra en venir à une entente une fois la saison terminée, a-t-il dit à l'antenne de la station Z101 Digital.

Guerrero fils n'a pas évoqué de chiffres. Il n'a pas non plus spécifié la durée de l'entente qu'il convoiterait, mais selon le chroniqueur Brendon Kuhn, de la plateforme Jays Nation, le natif de Montréal peut sans contredit espérer devenir le joueur le mieux rémunéré de l'histoire des Blue Jays et l'un des mieux payés de la MLB.

« Je pense qu'il peut viser 360 millions de dollars (américains) si on arrondit. Ce serait raisonnable. »

— Une citation de  Brendon Kuhn, chroniqueur pour Jays Nation

Guerrero Jr croise le marbre en levant les bras au ciel après avoir frappé un coup de circuit.

Vladimir Guerrero fils connaît une baisse de régime cette saison, mais il a montré l'étendue de son potentiel en 2021 en frappant 48 coups de circuit.

Photo : Getty Images / Mark Blinch

Une somme faramineuse comme celle-ci a de quoi faire sourciller le commun des mortels, mais elle s'inscrit dans la norme pour les plus grands talents du baseball majeur.

Depuis 2019, ce sont neuf joueurs qui ont signé des contrats de plus de 300 millions $ US. La chose ne s'était jamais vue avant cela. Le joueur vedette des Angels de Los Angeles, Mike Trout, a d'ailleurs établi à l'époque un record qui tient toujours avec un pacte de 426 millions $ US sur 12 ans.

Je n'ai pas de doute que ''Vladdy'' aime Toronto, mais je pense que c'est un joueur qui se sait très important. Il a vu que Fernando Tatis fils a signé un contrat de 330 millions $ US et que Juan Soto a décliné une offre de 400 M$ US. Il va se considérer comme l'un d'eux et donc penser qu'il mérite la même chose, explique Kuhn, qui n'entrevoit pas que Guerrero offre un prix d'ami aux Jays.

Tableau comprenant cinq contrats de plus de 330 millions de dollars américains octroyés dans le baseball majeur depuis 2019.

Les cinq plus gros contrats jamais vus dans le baseball majeur ont tous été octroyés depuis 2019.

Photo : Radio-Canada

Le fils de la légende des Expos de Montréal du même nom connaît une baisse de régime cette année, mais en un peu moins de quatre saisons dans les Ligues majeures, il a déjà montré toute l'étendue de son potentiel.

Depuis son entrée dans le circuit Manfred, il a pris part au match des étoiles à deux reprises, remporté un bâton d'argent et il a aussi été finaliste pour le titre de Joueur par excellence dans la Ligue américaine en 2021.

S'il y a bien une chose qui permettra aux Blue Jays de rester sous la barre des 400 M$ US dans leurs offres, c'est la position qu'occupe leur figure de proue. Les joueurs de premier but sont rarement bien payés dans le baseball majeur.

Il y a une valeur très réelle à la position qu'occupe un joueur au baseball. Guerrero est un bon joueur défensif au premier but, mais sans rien lui enlever, c'est probablement la position la moins bien rémunérée au baseball pour une raison. Vous y mettez généralement un gars qui n'est pas très rapide, qui a des limites physiques [...] Ce n'est encore là rien contre lui, mais ''Vladdy'', c'est un frappeur. Un gros cogneur. C'est au bâton qu'il apporte 90 ou 95% de sa valeur à l'équipe, explique Kuhn.

Pour cette raison, entre autres, je pense que ce seront des négociations très intéressantes. L'équipe et le joueur peuvent vouloir en venir à une entente, mais les deux camps pourraient avoir de bonnes raisons de ne pas trouver un terrain d'entente. Ce sera très compliqué, assure-t-il.

Un tableau montrant les contrats octroyés à George Springer, José Berrios, Kevin Gausman et Hyun-Jin Ryu depuis 2020.

Les Blue Jays ont consenti certains des plus importants contrats de leur histoire ces dernières années pour entourer leurs jeunes vedettes.

Photo : Radio-Canada

Brendon Kuhn souligne également que, longtemps très prudente lorsqu'il était question de récompenser ses meilleurs joueurs, la direction des Blue Jays s'est montrée prête à délier les cordons de la bourse ces quelques dernières années pour bâtir une grande équipe. Il voit en cela un signe prometteur.

Le président Mark Shapiro et le directeur général Ross Atkins ont en effet octroyé plus de 470 M$ US pour attirer à Toronto d'importants joueurs d'expérience comme le voltigeur George Springer, qui a conclu un pacte de 150 M$ US sur 6 ans à l'hiver 2021. Ils ont aussi beaucoup investi dans la construction de leur rotation de lanceurs.

Quant à Guerrero, l'ancien lanceur des Ligues majeures, Phillippe Aumont, estime que l'équipe ne doit plus regarder à la dépense si elle souhaite conserver son joueur vedette. Il sera trop important aux succès de l'équipe au courant de la prochaine décennie, dit-il.

C'est un joueur de [concession]. C'est le joueur autour duquel tu dois essayer de bâtir et que tu veux vraiment former comme un leader dans ton organisation, dans ton équipe. Il est encore jeune donc il a encore plein de potentiel pour devenir un capitaine. Et, il n'y a personne d'autre que lui [pour être le visage de l'équipe], a-t-il expliqué en entrevue par visioconférence avec Radio-Canada.

Ce type de contrat a été attitré à des gars comme Mike Trout, Bryce Harper et ainsi de suite. Pis, Vladimir se trouve toujours dans ces catégories. Il est dans les alentours de ces gars-là, même qu'il les dépasse.

Sur les réseaux sociaux, la réponse des amateurs a été somme toute assez unanime. Guerrero, dont aucun autre espoir n'a égalé la cote de popularité à Toronto, mérite tout l'argent du monde, écrivait un internaute sur Twitter.

L'équipe ne doit absolument pas le laisser aller, écrivait un autre en partageant les plus récents commentaires de la vedette des Blue Jays à la radio en République dominicaine.

Guerrero pourra se permettre d'être patient puisqu'il aura droit à l'arbitrage salarial pour encore trois ans. Il pourra se prévaloir de l'autonomie complète en 2026, à 27 ans, si jamais il ne peut s'entendre avec les Blue Jays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...