•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ungava : le défi de faire campagne en région éloignée

Tunu Napartuk qui attache une affiche sur un poteau.

Le candidat libéral a dû attendre deux semaines après le début de la campagne électorale pour recevoir ses pancartes à Kuujjuaq.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Au Nord-du-Québec, plus de 1500 kilomètres à vol d'oiseau séparent le sud et le nord de la circonscription d'Ungava. Une grande distance qui est un obstacle majeur pour les candidats, alors qu’ils tentent de se faire connaître partout sur le territoire.

Plus de 15 jours après le début de la campagne électorales, le candidat Tunu Napartuk a enfin reçu ses pancartes en début de semaine.

Il a fallu être patient! Des pancartes, ça passe après l’épicerie et les médicaments dans l’avion, explique-t-il, tout sourire, quelques minutes à peine après avoir installé sa première affiche électorale.

C’est la réalité dans le Grand Nord, on est isolés. La seule façon d’emmener ça c’est par cargo ou par avion. C’est cher!, ajoute-t-il

Carte du Québec avec la délimitation de la circonscription d'Ungava et le Nunavik qui se trouve dans le nord de la circonscription.

Aucune route ne relie le Nunavik avec le sud de la province.

Photo : Radio-Canada / Colin Roch

Le voyage en avion jusqu’au Nunavik est dispendieux pour les candidats. Il faut payer plus de 3000 $ pour un vol Montréal-Kuujjuaq et encore plus pour rendre visite aux autres communautés du Nunavik.

C’est impossible de faire campagne dans toutes les communautés. Impossible aussi de faire de l’affichage dans toutes les communautés et ça, ça garde en marge une bonne partie de la population. Je trouve ça inacceptable, explique la candidate pour Québec Solidaire dans Ungava, Maïtée Labrecque-Saganash.

Maïté Labrecque Saganash et le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois en visite dans Ungava.

Maïté Labrecque Saganash va pouvoir se rendre à Kuujjuaq dans les prochains jours, mais regrette qu’il ne soit pas possible de visiter les 14 communautés du Nunavik (archives).

Photo : Radio-Canada / Jacaudrey Charbonneau

Une réflexion sur l’accessibilité sur le territoire et la limite des dépenses électorales doit être faite selon la candidate solidaire.

Une position que partage Christine Moore, candidate pour le Parti Québécois dans Ungava.

Tous les candidats et partis n’ont pas les mêmes moyens. Imaginez un candidat indépendant, ça serait impossible. Je crois que les gens méritent de voir tous ceux qui veulent se présenter dans Ungava , explique-t-elle.

Christine Moore pose au milieu de la route, souriant à la caméra, devant la Porte de la Baie James.

Christine Moore va devoir concentrer ses efforts de campagne dans le sud de la circonscription (archives).

Photo : Gracieuseté/Parti québécois

Cette dernière ne pourra pas se rendre au Nunavik en raison du coût du transport.

Présentement, c’est tellement dispendieux que ça ne devient pas raisonnable. Je vais privilégier les vidéoconférences et d’autres moyens technologiques pour rencontrer les gens et leur offrir de la disponibilité, explique Mme Moore.

Stimuler la participation électorale

L’utilisation des médias sociaux peut aider à joindre une partie de l’électorat malgré la distance, mais ce n’est pas suffisant, selon le candidat libéral Tunu Napartuk.

Il faut être en personne, c’est très important. Surtout chez les Inuit, le contact humain est très important pour bâtir une confiance. Tous les candidats en sont conscients.

Tunu Napartuk photographié à Kuujjuaq le 7 septembre 2022.

Tunu Napartuk a été maire de Kuujjuaq et a fait le saut cette année en politique provinciale.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Ce dernier compte se rendre dans les communautés de Salluit, Puvirnituq et Kuujjuaraapik, en espérant susciter l'intérêt et la participation électorale des membres de sa communauté.

Le candidat Denis Lamothe de la Coalition avenir Québec devait lui aussi se rendre au Nunavik, mais a dû mettre sur pause ses activités de campagne. L’état de santé de sa mère s’est détérioré dans les derniers jours.

La candidate du Parti conservateur du Québec, Nancy Lalancette, n'a quant à elle pas répondu aux demandes d'entrevue de Radio-Canada.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !