•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Aéromodélistes : la passion des avions téléguidés

Un aéromodéliste s'affaire à réparer son avion miniature.

Un aéromodéliste s'affaire à réparer son avion miniature, « Côté Jardin », le 24 juillet 1989.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Vers la fin des années 1980, on comptait 22 000 aéromodélistes au pays, et le passe-temps prenait de plus en plus d’ampleur. Loin d’être un simple jeu d’enfant, les avions téléguidés sont souvent pilotés par de véritables passionnés qui investissent beaucoup de temps et d’argent dans leur engin, comme en témoignent nos archives.

Le 24 juillet 1989 à l’émission Côté jardin, la chroniqueuse Marithé Bellavance s’entretient avec quelques adeptes de l’aéromodélisme et nous présente ensuite quelques modèles en studio.

Reportage de Marithé Bellavance au sujet des aéromodélistes, ces amateurs d’avions téléguidés. Elle rencontre plusieurs amateurs, dont un spécialiste des avions de la Deuxième Guerre mondiale. L’émission est animée par Jacques Boulanger.

Parmi les modèles d’avions populaires, on compte ceux issus de la Seconde Guerre mondiale. Bernard Karsensky, un spécialiste de ce type d’avion, nous présente son modèle : un bombardier en piqué. Un modèle d’aéronef qui, de 1942 à 1945, était embarqué sur les porte-avions. L’amateur d’avion miniature a mis 600 heures à le construire.

« Les avions de la Deuxième Guerre mondiale sont particulièrement populaires, les Spitfire, les Mustangs, les Bombardiers. »

— Une citation de  Marithé Bellavance

Avant d’arriver à faire décoller l’avion, à lui faire réaliser quelques figures acrobatiques et à le faire atterrir, les amateurs devront essuyer quelques déceptions. Les accidents peuvent être nombreux et coûteux. La fragilité des engins amène les modélistes à effectuer de fréquentes réparations.

Le 14 mai 1993 à l’émission matinale SRC Bonjour, l’animatrice Marie-Claude Lavallée s’entretient avec Jean Blaquière, président du club des modélistes Anti-Gravité. L’homme organise à l’époque le premier Salon des modélistes en transport télécommandé à Sainte-Julie.

L’animatrice Marie-Claude Lavallée s’entretient avec Jean Blaquière, un grand passionné d’avions téléguidés et président du Club des modélistes Anti-Gravité.

Tous les aéromodélistes engagés dans le sport s’entendent pour dire que l’avion miniature et téléguidé est plus qu’un simple jouet.

Certains passionnés vont jusqu’à concevoir et construire de A à Z leur aéronef ou leur hélicoptère. L’engin peut être acheté prêt à être assemblé ou l’on peut construire soi-même les morceaux selon un plan pour un projet plus personnel.

Jean Blaquière affirme à l’époque qu’il est possible de dépenser de 5000 à 6000 dollars simplement pour un moteur de modèle réduit.

« Les avions miniatures, c’est aussi parce qu’on ne peut pas se permettre les vrais. »

— Une citation de  Patrice Arbour, amateur d’avions téléguidés

Il est possible de contrôler un avion téléguidé de la même manière que l’on contrôle un avion de grandeur nature, en le faisant décoller graduellement et atterrir de la même façon.

Plusieurs adeptes ont d'ailleurs un jour caressé le rêve de devenir pilote de l’air avant d’être pilote au sol.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.