•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une classe autochtone en plein air est inaugurée dans une école de Winnipeg

Jodi Fourre (gauche) et Tasha Ising (droite)  lors de l'inauguration de classe autochtone en plein air à l'École secondaire Oak Park. à Winnipeg le 15 septembre 2022.

Jodi Fourre et Tasha Ising ont été parmi celles qui ont milité pour la construction d'une classe autochtone en plein air à l'École secondaire Oak Park.

Photo : Radio-Canada / Alexia Bille

Radio-Canada

À l'approche de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, l'École secondaire Oak Park, à Winnipeg, a inauguré sa nouvelle salle de classe autochtone extérieure.

Ce nouvel endroit a pour but de permettre aux élèves d'en apprendre davantage sur l’histoire et la culture autochtone dans un espace circulaire tout fait en pierre.

Dans ce lieu qui se veut rassembleur, des aînés autochtones viendront notamment transmettre leur savoir ancestral.

Selon Darren Klapak, un enseignant en sciences humaines, cette classe se veut un pas de plus vers la réconciliation.

Darren Klapak près de la classe autochtone en plein air à l'École secondaire Oak Park, le 16 septembre 2022

Darren Klapak enseigne les sciences humaines depuis plus de 30 ans et se passionne pour les enjeux autochtones.

Photo : Radio-Canada / Alexia Bille

Nous sommes tous ensemble impliqués pour faire avancer la réconciliation. C'est important que les étudiants aient la chance d'apprendre cela. Quand j'étais à l'école, nous n'avons pas appris ce qui se passait avec les Autochtones, dit-il.

Nous n'avons rien appris sur la Loi sur les Indiens. Les pensionnats pour Autochtones étaient en activité quand moi j'étais à l'école. Maintenant, avec l'Internet, personne n'a d'excuse pour dire qu'il ne savait pas, poursuit l'enseignant.

Au cours des dernières années, M. Klapak a vu la population de l'école changer et le nombre d'étudiants autochtones augmenter.

Un jour, alors qu'il donnait un cours sur les enjeux autochtones, l'école avait interdit la tenue d'une cérémonie de purification, raconte-t-il.

Les étudiants sont allés voir l'administration de l'école pour leur dire que ça ne devrait pas être ça et que ça devrait être permis, explique Darren Klapak. L'administration a milité pour notre cause et la politique a changé à la Division scolaire.

La classe autochtone en plein air à l'École secondaire Oak Park, à Winnipeg, le 16 septembre 2022

La classe autochtone en plein air à l'École secondaire Oak Park, à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Alexia Bille

C'est d'ailleurs en voulant rendre la culture autochtone plus visible à l'école que l'idée d'un environnement dédié aux apprentissages traditionnels est née.

L’ancienne co-présidente du comité étudiant qui a lancé le projet, Jodi Fourre, se dit heureuse de voir le projet arriver à son terme, quatre ans après que l’idée ait été présentée.

C'est inspirant et vraiment enthousiasmant de savoir que les étudiants pourront être inspirés par une telle classe, se réjouit-elle.

Avec les informations d'Alexia Bille et Cédrick Noufele

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !