•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Quand Geneviève Jeanson a révélé son lourd secret

Geneviève Jeanson, regard baissé vers un écran.

L'équipe de l'émission « Enquête » est allée à la rencontre de Geneviève Jeanson en Arizona à quatre reprises en 2007 avant qu'elle fasse ses aveux.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 15 ans, l’ex-cycliste Geneviève Jeanson admettait avoir eu recours au dopage durant la quasi-totalité de sa carrière. Des aveux recueillis par l'animateur Alain Gravel de l’émission Enquête au terme d’une longue démarche journalistique.

Dès un très jeune âge, la cycliste Geneviève Jeanson est devenue la coqueluche du milieu sportif québécois.

À 11 ans, elle monte déjà sur les podiums. Elle est couronnée championne canadienne junior à 16 ans, puis gagne à 18 ans le championnat des Mondiaux junior en Italie.

Au niveau professionnel, Geneviève Jeanson devient l’une des meilleures cyclistes du monde. Elle remporte plusieurs compétitions internationales, dont la Coupe du monde du Mont-Royal, qu’elle décroche quatre fois en cinq ans.

Une carrière remarquable, mais assombrie par des soupçons de dopage.

Première partie du reportage d'Alain Gravel et Georges Amar sur la carrière de l'ex-cycliste Geneviève Jeanson ternie par des soupçons de dopage.

En 2007, l’émission Enquête se penche sur l’histoire de Geneviève Jeanson, qui a terminé sa carrière avec une suspension de deux ans de l’Agence américaine antidopage (USADA) à la suite de contrôles positifs en 2005.

 Je n’ai jamais pris d’EPO de ma vie, martelait pourtant la cycliste, qui avait été exclue des Mondiaux à Hamilton en 2003 pour un taux d’hématocrite anormalement élevé.

Le reportage du journaliste Alain Gravel et du réalisateur Georges Amar est diffusé à l’émission Enquête du 20 septembre 2007.

Quand Alain Gravel rencontre Geneviève Jeanson au printemps 2007, elle vit seule, retirée en Arizona, sans aucune intention de reprendre la compétition.

« À Montréal, il y a un personnage et le personnage que les gens connaissent là-bas, ce n’est pas Geneviève », déclare-t-elle au journaliste sur son statut de persona non grata au Québec. Elle le met au défi de trouver la vérité et de raconter toute son histoire.

Les confessions de Geneviève Jeanson ne seront pas aisées à obtenir, elle qui continue de nier s’être dopée. Il faudra quatre visites en Arizona à l’équipe d’Enquête au cours de l’année 2007 pour qu’elle passe finalement aux aveux.

Entre ces entretiens, l’équipe d’Enquête rencontre des membres de son entourage et consulte des experts pour tenter de refaire le casse-tête de sa carrière et d’examiner ses arguments.

Deuxième partie du reportage d'Alain Gravel et Georges Amar sur l'ex-cycliste Geneviève Jeanson qui admet s'être dopée au cours de sa carrière.

Cette deuxième partie du reportage d’Enquête diffusé le 20 septembre 2007 fait ressortir les failles et les contradictions dans les explications de l’ex-cycliste qui apparaissent au fil des rencontres.

Des collègues de Geneviève Jeanson témoignent aussi de la relation toxique qu’elle semblait vivre avec son entraîneur André Aubut et de la violence verbale dont elle était victime.

Bien souvent, je gagnais des courses pour qu'il se ferme la gueule, confie-t-elle lors de son entretien avec le journaliste Alain Gravel en juin 2007. Elle vient alors d’entreprendre une thérapie pour se soigner des blessures morales qu’il lui aurait infligées.

C’est finalement en juillet 2007 que Geneviève Jeanson admet avoir fait usage d'érythropoïétine (EPO) dès l’âge de 16 ans.

« Je me suis fait prendre dans les engrenages. Je n'avais pas les moyens de m'en sortir. Je ne savais comment. Je ne voulais décevoir personne. Je ne savais pas quoi faire. »

— Une citation de  Geneviève Jeanson

Au cours de ses aveux, Geneviève Jeanson affirme que le dopage est un passage obligé dans le monde du cyclisme. De mon point de vue, c'est inévitable, mais ce n'est pas la bonne chose à faire, croit l’ex-cycliste.

Ce qui me fait le plus mal, c'est d'avoir menti au monde qui me croyait, exprime-t-elle en conclusion de cet entretien avec le journaliste Alain Gravel.

Le reportage intitulé Le secret de Geneviève Jeanson crée une onde de choc dans la population, car son histoire dépasse le sport et le dopage.

Dans un second reportage diffusé le 27 septembre 2007, l’équipe d’Enquête s’intéresse ainsi au rôle de sa famille dans cette affaire et au comportement abusif de son entraîneur.

Entrevue exclusive d'Alain Gravel avec l'ex-cycliste Geneviève Jeanson à l'occasion de la sortie du film La petite reine qui raconte son histoire.

Le parcours de Geneviève Jeanson fera aussi l’objet d’un film, nous rappelle le Téléjournal du 8 juin 2014. C’est après avoir vu le reportage d’Enquête que le réalisateur Alexis Durand-Brault a eu l’idée de porter son histoire au grand écran, mentionne l’animatrice Pascale Nadeau.

À l’occasion de la sortie du film La petite reine, le journaliste Alain Gravel obtient une entrevue exclusive avec l’ex-cycliste. Geneviève Jeanson a collaboré au tournage du long métrage et se dit satisfaite du résultat.

De retour au Québec, elle a repris ses études en travaillant à temps partiel comme aide-cuisinière. Au moment de cette entrevue, elle s’apprête à faire son entrée à l’Université Concordia en psychologie.

Geneviève Jeanson se dit soulagée d’avoir fait ses aveux en 2007. Je me suis rendu compte que c'est ce qui m'a permis de repartir ma vie, déclare-t-elle au journaliste Alain Gravel. J’avais besoin de dire que oui, j’avais pris de la drogue. C'était un mensonge pour moi qui pesait beaucoup.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.