•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mairie d’Ottawa : le logement, enjeu central pour les candidats

Plusieurs candidats doivent dévoiler leur plateforme en matière de logement dans les prochains jours

Une maison en travaux.

Le coût du logement à Ottawa force les candidats à se prononcer sur cet enjeu.

Photo : Radio-Canada / Jane Robertson

Radio-Canada

Catherine McKenney, qui se présente à la mairie d’Ottawa, a annoncé mercredi une série de mesures visant à faciliter l’accès au logement pour les résidents les plus vulnérables. L’enjeu du logement est central dans cette campagne électorale.

Sous son administration, les dépenses de la Ville pour le logement et l’itinérance feraient plus que doubler en 2023. Une autre de ses promesses prévoit aussi d’en finir avec l’itinérance chronique d’ici quatre ans.

Selon Catherine McKenney, son plan en cinq points aidera à faire d’Ottawa une Ville qui travaille pour tout le monde.

Ça devient difficile de pouvoir vivre dans notre ville , a souligné Catherine McKenney lors de l’annonce de sa plateforme devant un complexe de logements abordables dans Barrhaven.

Tout le monde mérite un chez-soi sécuritaire et abordable - les familles, les étudiants, les citoyens à faible revenu, tout le monde. Mais ce n’est pas la réalité à Ottawa actuellement.

Catherine McKenney discute avec une personne.

Catherine McKenney en campagne électorale

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Le plan de Catherine McKenney se concentre sur les plus vulnérables, pas seulement pour une question morale, mais parce qu’il est plus rentable à long terme pour la Ville qu’un maximum de personnes ait accès à un logement sûr, dit la personne qui souhaite remplacer Jim Watson à la mairie.

Les cinq promesses clés de Catherine McKenney pour le logement :

1. À partir du Fonds fédéral d'accélération du logement de 4 milliards de dollars, s’assurer que la Municipalité obtienne sa juste part et fixer un objectif de 108 millions de dollars en nouveau financement fédéral pour l'accessibilité au logement

2. Construire des logements avec services de soutien pour 250 personnes grâce au financement de l'Initiative fédérale pour la création rapide de logements et loger 250 autres personnes avec des allocations de logement et les soutiens dont elles ont besoin pour rester logées et stabiliser leur vie

3. Construire 1000 logements à but non lucratif par an dans toute la ville, y compris des logements avec services de soutien qui aident les gens à stabiliser leur vie

4. Offrir des allocations de location à court terme pour éviter que les gens ne perdent leur logement actuel

5. Investir 5 millions de dollars dans la Fiducie foncière communautaire d'Ottawa pour préserver, entretenir et soutenir la création de logements abordables

Mettre fin à la zone R1

Face aux questions des journalistes, Catherine McKenney a déclaré être favorable à la suppression de la zone R1 - la zone résidentielle de densité 1 - des règles de la Ville qui empêchent la construction de tout autre chose qu'une maison unifamiliale sur une propriété.

L'élimination de ce zonage devrait rendre plus facile et moins coûteuse la construction de semi-détachés et de triplex dans les quartiers, permettant ainsi d’augmenter l'offre de logements.

Quelques heures avant que Catherine McKenney ne fasse son annonce, un de ses adversaires à la mairie, Mark Sutcliffe, a envoyé un communiqué de presse critiquant le fait qu'en 2020, Catherine McKenney, qui siégeait au conseil municipal pour le quartier Somerset, a voté contre un plan du conseil visant à construire 23 000 nouveaux logements à Ottawa, selon ses estimations, puis en 2021, contre le plan d'élargissement des limites urbaines d'Ottawa pour construire plus de maisons.

L'annonce de Catherine McKenney manque à la fois de détails et d'ambition, a jugé M. Stutcliffe.

Portrait de Mark Sutcliffe.

Le candidat à la mairie d'Ottawa, Mark Sutcliffe (archives)

Photo : Radio-Canada / Natalia Goodwin

Nous pouvons construire à l'intérieur des limites urbaines, s’est défendu Catherine McKenney, ajoutant que non seulement l'élargissement des limites urbaines est une mauvaise idée d’un point de vue environnemental, mais qu'en plus, cela coûte de l'argent aux contribuables. Catherine McKenney a aussi rappelé avoir voté pour plusieurs centaines d'unités de logements supplémentaires dans son propre quartier et à travers la ville.

M. Sutcliffe, Bob Chiarelli et Nour El Kadri ont indiqué qu'ils publieront leurs programmes complets sur le logement dans les prochains jours.

Un enjeu central

L’enjeu du logement est central dans cette élection municipale et tous les candidats s’y intéressent, même si certaines de leurs propositions demeurent moins détaillées que d’autres.

La plupart d'entre eux insistent sur la nécessité de faire pression sur les ordres supérieurs du gouvernement pour financer des logements abordables et des programmes pour aider à mettre fin à l'itinérance.

Brandon Bay se présente à la mairie non pas parce qu'il s'attend à gagner, mais parce qu'il veut faire du bruit sur quelques questions clés, en particulier celle du logement. Il souhaite voir la fin du zonage R1 dans chaque quartier et créer des programmes pour attirer une main-d'œuvre plus qualifiée à Ottawa.

Brandon Bay pose pour une photo.

Candidat à la mairie, le développeur de logiciels, Brandon Bay, aimerait mettre fin aux règles de zonage R1.

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Il souhaite également que soit mieux défini ce qui est considéré comme du logement abordable, prenant en exemple une récente proposition d'ajouter plus de logements à Lansdowne, qui, selon lui, sont trop chers pour de nombreux résidents.

M. Bay envisage aussi un moratoire sur les redevances d'aménagement pour les immeubles à logements multiples, au moins pour une courte période, afin d'augmenter l'offre de logements et de réduire le prix.

De son côté, Param Singh soutient les efforts de la Ville pour interdire la démolition de bâtiments de six unités résidentielles ou plus sans permis ni plan pour les remplacer, dans le but de maintenir des logements abordables. Il veut également voir plus de protection pour les locataires en vertu des règlements municipaux.

Dans un courriel à CBC News, Ade Olumide a indiqué vouloir concentrer les investissements sur la réduction des méfaits, afin d'aider ceux qui pourraient être sans abri. Il veut accélérer les plans de conversion des bâtiments vides du centre-ville en logements et/ou locations abordables.

La priorité de Mike Maguire sera, pour sa part, d'élargir l'offre de logements et les options pour différents niveaux de revenu, tout en veillant à ce qu'il y ait suffisamment d'options de transport en commun pour divers choix de logement.

Enfin, Zed Chebib souhaite lui aussi réaffecter des bâtiments vacants pour des logements abordables et convertir des entrepôts vides en refuges pour les sans-abri. Il est également favorable à la modification du zonage pour permettre la construction de plusieurs unités sur un seul terrain résidentiel.

Quant à Bernard Couchman, il veut réaffecter les ressources de la Ville pour aider les personnes à faible revenu à se payer un logement.

Avec les informations de Joanne Chianello de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...