•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lethbridge, capitale canadienne de l’utilisation de bouteilles d’eau réutilisables

Bouteilles d'eau en plastique à côté d'un sac d'école.

C'est la première fois que Statistique Canada enquête sur l'utilisation de bouteilles d'eau réutilisables par les Canadiens.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Les résidents de Lethbridge, en Alberta, sont ceux qui utilisent les bouteilles d’eau réutilisables plutôt que celles à usage unique, selon Statistique Canada.

Selon les données recueillies par l’agence fédérale, 97 % des ménages de Lethbridge se servent de bouteilles d’eau réutilisables contre 92 % à Edmonton et Calgary. La moyenne canadienne est de 90 % alors que Peterborough, en Ontario, ferme la marche avec 84 % d’adoption.

La directrice générale d’Environnement Lethbridge, Kathleen Sheppard, est agréablement surprise de voir que sa communauté d'un peu plus de 100 000 habitants se retrouve au sommet de la liste.

C’est vraiment plaisant de voir que Lethbridge se débrouille bien!, s’exclame Kathleen Sheppard. [Les bouteilles réutilisables], c’est certainement quelque chose que nous avons beaucoup encouragé, dont nous avons parlé avec la population et les commerces se sont aussi mis de la partie.

La municipalité figure aussi parmi les premières villes canadiennes en matière d'utilisation de gobelets réutilisables pour les boissons chaudes et de sacs réutilisables à l’épicerie.

Beaucoup de gens se soucient beaucoup de l’environnement ici et je crois qu’ils sont bien conscientisés, explique la directrice générale d’Environnement Lethbridge.

Kathleen Sheppard croit aussi que les efforts de la ville de Lethbridge ont joué pour beaucoup dans cette réussite. La Ville a investi dans l’achat de petites stations d’eau potable pour que les résidents puissent remplir leur bouteille lors d’événements.

[Le truc], c’est de rendre l’accès aussi facile et pratique que possible, croit Mme Sheppard.

Plusieurs défis à Lethbridge

Statistique Canada commence à peine à dévoiler des données sur la ville de Lethbridge. La ville n'a obtenu le statut de région métropolitaine de recensement qu'en 2017. Malgré le faible échantillon des enquêtes liées à l’environnement, Kathleen Sheppard croit que ces informations seront utiles.

Plus tu as de données, mieux c’est, non?, croit Kathleen Sheppard. Nous allons utiliser ces chiffres pour nous aider à définir nos programmes de sensibilisation et le type de comportements favorables que nous devrions encourager. C’est un petit indicateur des domaines où nous pouvons nous améliorer.

La ville est confrontée à deux défis environnementaux principaux : la gestion des déchets et l’accès à l’eau potable.

De cancre à élève modèle

Selon l’organisme Environnement Lethbridge, la ville albertaine a déjà figuré parmi les pires productrices de déchets par habitant dans le monde. En 2013, les résidents et les entreprises ont engendré 1190 kg de déchets par habitant. À la même époque, chaque Calgarien produisait 583 kg de déchets par année.

C’est un aspect où Lethbridge a vraiment fait des progrès au cours des dernières années, estime Kathleen Sheppard. Nous avons ajouté la collecte du recyclage en 2018 et nous commencerons un programme de compostage [au printemps].

Et bien sûr, plus les gens utilisent de bouteilles d’eau réutilisables, moins ils achètent de bouteilles en plastique à usage unique, ce qui aide aussi à diminuer la quantité de déchets à collecter.

Au-delà de la bouteille, l’eau

En plus de réduire la quantité de déchets, les bouteilles réutilisables ont une autre utilité, selon Rébecca Pétrin, directrice générale de l’organisme Eau Secours : la conscientisation.

« Des citoyens qui s’approprient leur eau municipale vont être beaucoup plus conscients d’où provient l’eau et quelle est leur vulnérabilité face à cet approvisionnement-là. »

— Une citation de  Rébecca Pétrin, directrice générale, Eau Secours

Lethbridge est dans une région très sèche de la province et l’eau est une inquiétude constante, estime Kathleen Sheppard d'Environnement Lethbridge.

Selon l’hydrologue de l’Université de Lethbridge Stefan Kienzle, les municipalités du sud de l’Alberta ne sont pas à l’abri d’une pénurie d’eau advenant une sécheresse de plus de deux ans.

Le Canada compte pourtant 20 % des ressources d’eau douce de la planète. On se dit que jamais on ne devrait manquer d'eau et pourtant, de façon ponctuelle et vraiment précise, on vit des stress hydriques, on vit des pénuries d'eau, explique la directrice d’Eau Secours.

Selon Rébecca Pétrin, ceux qui achètent leur eau embouteillée provenant d’une autre région du monde [vont] toujours avoir l'impression qu'il y a de l'eau à profusion.

Si des municipalités commencent à mettre des arrêts de consommation ou de gaspillage parce que la ressource manque, les citoyens [qui utilisent une bouteille d’eau réutilisable] vont se sentir beaucoup plus interpellés si leur approvisionnement en eau potable est menacé directement, renchérit Mme Pétrin.

Méthodologie :

Depuis 2011, Statistique Canada effectue, à tous les deux ans, une enquête sur les ménages et l’environnement (EME). L'enquête de 2021 (Nouvelle fenêtre) a été effectuée auprès de 38 000 ménages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !