•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mine Perkoa : 2 dirigeants de la firme vancouvéroise condamnés pour homicide involontaire

Une demi-douzaine de personnes avec des lampes frontales avancent dans une galerie de la mine. (16 avril 2022)

Le 16 avril, l’entreprise vancouvéroise Trevali Mining a suspendu les activités d'exploitation de sa mine de zinc de Perkoa au Burkina Faso quand des pluies importantes ont provoqué son inondation.

Photo : Service d'Information du gouvernement du Burkina Faso

Radio-Canada

L’entreprise minière de la Colombie-Britannique Trevali Mining Corp. confirme que deux dirigeants ont été reconnus coupables d’homicide involontaire au Burkina Faso.

L’entreprise, dont le siège social est à Vancouver, confirme que Hein Frey, d’origine sud-africaine, a été condamné à 24 mois de prison avec sursis.

Daryl Christensen, qui est aussi d’origine sud-africaine, a quant à lui reçu une peine de 12 mois de prison avec sursis. Il était aussi le directeur de Byrnecut, un contractant de Trevali.

Des travailleurs de la mine de zinc Perkoa ont été pris au piège à plus de 500 mètres sous terre le 16 avril, après des pluies importantes qui ont provoqué des inondations. Huit travailleurs n'ont pas réussi à s'en sortir et sont décédés.

L'entreprise vancouvéroise avait fait des demandes d’équipements pour pomper l’eau d’autres pays comme le Ghana. Elle a fait face à de vives critiques pour sa réponse à la catastrophe et pour des questions liées à la sécurité sur le site.

Trevali a décliné la demande d’entrevue de CBC/Radio-Canada. Jason Mercier, le directeur des relations avec les investisseurs, a précisé par courriel que la compagnie a travaillé en étroite collaboration avec les autorités locales pour comprendre ce qui a causé l’inondation.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !