•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations sur le cardinal Ouellet : l’archevêque de Québec « affecté »

Les deux hommes souriant assis dans la papemobile. Le pape envoie la main à la foule.

Reportage de Marie-Pier Mercier sur le cardinal Lacroix qui fait le point sur la visite du pape.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

L'archevêque de Québec, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, se dit affecté par les allégations d'agression sexuelle visant le cardinal Marc Ouellet.

Sachez que ça nous affecte énormément. On doit se soutenir les uns les autres pour continuer à travailler dans ce processus judiciaire, a indiqué le numéro un de l'Archevêché de Québec dans le cadre d'une entrevue qui devait faire un bilan de la visite du pape en août.

Le nom de l’homme fort du Vatican, le cardinal Marc Ouellet, apparaît dans un document rendu public dans le cadre d’une action collective visant l’ensemble des agressions sexuelles qui auraient été commises par des personnes sous l’autorité du diocèse de Québec depuis 1940. Des accusations que M. Ouellet, pressenti pour succéder un jour au pape François, a fermement rejetées.

Le pape François écoute un discours du cardinal Marc Ouellet.

Le pape François a exclu l'ouverture d'une enquête par l'Église catholique contre le cardinal Marc Ouellet, qui fait l’objet d’allégations d'agressions sexuelles (archives).

Photo : Associated Press / Gregorio Borgia

Pour toute personne qui est sur une liste [...] C'est toujours traumatisant, et moi, ça m'affecte comme ça affecte beaucoup de gens. Évidemment, comme c'est dans un processus judiciaire, on ne commente pas. On est toujours touché, blessé, offensé [...] Ce sont des allégations pour le moment [...], mais c'est toujours troublant, a laissé tomber l'archevêque de Québec.

Entente à l'amiable privilégiée

La Cour supérieure du Québec a autorisé en mai dernier l’exercice d’une action collective contre le diocèse de Québec pour l’ensemble des agressions sexuelles qui ont été commises par des personnes placées sous son autorité depuis 1940.

On souhaite tous que ce soit un règlement hors cour, a indiqué Gérald Cyprien Lacroix.

« Ce que nous voulons, c'est que justice soit faite et le plus vite possible. On veut collaborer avec la justice et on va pouvoir indemniser les gens. On collabore pleinement et on espère que ça va aboutir à des indemnisations qui vont reconnaître les gens qui ont été des victimes. »

— Une citation de  Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec

Des propos intéressants

Les affirmations de Gérald Cyprien Lacroix sont intéressantes, mais manquent de précision, selon Me Alain Arsenault. Il est à la tête de 18 recours collectifs, dont 8 sont reliés à des diocèses, et représente 1500 présumées victimes.

Est-ce qu'il parle pour lui-même ou pour l'ensemble des communautés religieuses?, se demande Me Arsenault. Il indique ne voir aucun changement dans la stratégie du diocèse de Québec.

Il affirme que le cardinal Lacroix n'est pas entré directement en contact avec lui jusqu'à maintenant. Quelqu'un qui collabore, c'est quelqu'un qui entre en contact avec nous.

Or, l'avocat précise que les avocats du diocèse de Québec ont fait preuve d'ouverture, peut-être à la demande du cardinal Lacroix. Là, on est à mettre des limites à ça. Ce genre de négociation avec les organisations religieuses, souvent c'est sans fin. On va voir ce que ça va donner.

Une entente à l'amiable serait favorable, selon l'avocat. C'est normalement plus rapide pour indemniser les victimes. Mais il faut que toutes les victimes s'inscrivent.

D'ailleurs, entre 40 et 50 présumées victimes se sont inscrites aux différents recours collectifs depuis les allégations concernant Marc Ouellet et la visite du pape. Le nombre de victimes représente un important levier de négociation avec les diocèses, advenant un accord hors cour, croit Me Arsenault.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !