•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roselle, chanteuse des Lost Fingers, fait le saut en solo avec Aurore 

Photo de profil de la chanteuse sur un fond mauve nuageux.

Rosalie Roberge, alias Roselle, lancera son premier album solo vendredi.

Photo : Facebook/Roselle - Genevieve Charbonneau

Charles Rioux

À 23 ans seulement, elle a déjà chanté devant des milliers de personnes, que ce soit lors de son passage à La voix ou au sein des Lost Fingers. Rosalie Roberge lancera vendredi son premier album sous le nom de Roselle. Aurore mise sur une pop électro vitaminée et parfois jazzée pour mettre en valeur la voix aux accents soul de la chanteuse. 

Roselle est entrée dans l’industrie musicale par la grande porte. Celle qui est aussi la sœur cadette de Vincent Roberge, alias Les Louanges, a été révélée au grand public lors de son passage à la septième saison de La voix, avant d’être recrutée par le groupe The Lost Fingers en 2019 pour remplacer Valérie Amyot. 

La jeune artiste s’apprêtait alors à passer les examens finaux de son programme en chant jazz au Cégep de Saint-Laurent. Le premier show, il y avait 1000 personnes. Je me suis dit : "OK, on part". On est allés aux États-Unis et il a fallu que j’apprenne énormément de chansons en l’espace de quelques semaines, se rappelle-t-elle au bout du fil.

Quelques mois plus tard, au début de la pandémie, elle a présenté certaines de ses maquettes à l’étiquette L-A be, qui héberge les Lost Fingers. Je leur ai envoyé mon démo et bing-bang, c’était réglé, explique Roselle.

Je suis super bien tombée parce que j’ai pu signer un contrat de disque pour faire un album complet de 12 chansons dès ma première opportunité. Je suis passée directement dans la grande ligue, j’ai eu une belle petite passe sur la palette et je suis bien contente.

Le son Roselle 

La musique que fait Roselle en solo est assez éloignée de celle des Lost Fingers, même si la chanteuse affirme que le groupe s’est distancié avec le temps du jazz manouche qui a fait sa réputation. 

La jeune artiste affectionne particulièrement les sonorités pop et électro, qu’elle enveloppe de sa voix claire et chaude. Roselle compose ses maquettes seule chez elle, avec un clavier, un ordinateur et un logiciel, après quoi elle les amène en studio où une longue liste de musiciens et musiciennes enregistrent certaines des pistes avec des instruments réels. 

Je fais ma ligne de basse au piano, mais après ça, je laisse ça dans les mains d’Yves [Labonté, bassiste de Céline Dion] et je lui demande de le jouer à sa façon, explique-t-elle. Chaque instrumentiste a bonifié mes idées et ajouté sa sauce. Je trouve que c’est ça qui est intéressant quand on fait un album; c’est une affaire de gang.

Ce mariage du numérique et de l’analogique était d’ailleurs cher à la chanteuse et musicienne. En parallèle avec ses fonctions au sein des Lost Fingers, elle a toujours eu un intérêt marqué pour l’électro, mais elle ne voulait pas pour autant perdre le côté naturel de la musique jouée en concert, surtout qu’elle prévoit de se produire sur scène avec un groupe, et non pas seule devant un ordinateur. 

On décrit l’album comme "un mélange de douceur et d’extravagance" et je pense que c’est exactement ça, résume-t-elle. 

Le premier simple, Je me posais cette question, a par ailleurs bénéficié d’un traitement signé Misstress Barbara, DJ et productrice canadienne d’origine italienne bien connue des soirées montréalaises, à qui Roselle s’identifie beaucoup en tant que personne queer. Tant la chanson originale que le réarrangement risquent de mettre le feu aux pistes de danse cet automne. 

Une famille musicale qui écoute du gros Gorillaz 

Comme son grand frère, Roselle a un talent précoce qui ne vient pas de nulle part. Elle raconte avoir grandi dans un environnement très porté sur les arts et la musique en particulier. La maison familiale de Lévis vibrait autant aux sons de l’opéra, du country et du classique que du gros Gorillaz, groupe britannique aux influences éclatées mené par Damon Albarn.

C’est sûr que j’ai baigné dans la musique de mes parents qui étaient très mélomanes. Ils nous amenaient au Festival d’été de Québec tous les jours, beau temps mauvais temps. Donc j’ai toujours été curieuse de faire de la musique, explique-t-elle. 

Si certaines mélodies ou inflexions de la voix rappellent parfois le son de son frère – comme sur Parmi toutes ces lettres –, ce n’est pas un hasard. Les deux artistes se passent souvent leurs maquettes pour s’échanger des commentaires. Les Louanges a également aidé Roselle pour réaliser la chanson Je me posais cette question

C’est sûr que c’est la personne avec qui je partage le plus de chromosomes. On a aussi vécu pas mal la même enfance, la même adolescence, écouté le même genre de musique, résume-t-elle. Cela dit, les chansons de Rosalie et de Vincent Roberge ont chacune leur son et leur personnalité bien à elles. 

Aurore sortira vendredi sur l’étiquette L-A be et l’album sera officiellement lancé le 21 septembre au Ministère, à Montréal. Un concert qui s’annonce haut en couleur, selon Roselle. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !