•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre hausse de tarifs pour le traitement des matières organiques à la SEMER

Une femme met au compost des restants d'aliments.

De nombreuses matières résiduelles qui pourraient être compostées se retrouvent au site d'enfouissement (archives).

Photo : Getty Images / svetikd

Radio-Canada

Les municipalités qui utilisent les services de la Société d'économie mixte d'énergie renouvelable de la région de Rivière-du-Loup (SEMER) devront à nouveau payer plus cher pour le traitement de leurs matières putrescibles.

Après une hausse de tarif qui avait fait sursauter bon nombre de municipalités il y a deux ans, la facture a aussi augmenté en 2022 et passera de 15 $ à 20 $ par habitant à compter de janvier 2023. Les maires ont appris la nouvelle le 31 août dernier.

L'augmentation s'explique par l'inflation et l'importance d'assurer une bonne gestion des finances, selon le président de la SEMER, Michel Lagacé.

Quand on veut atteindre nos cibles, il faut rencontrer nos coûts d’opération, on est un service municipal. Quand on regarde nos coûts d’opération, on est à 20 $ et ça nous permet de les rencontrer pour 2023, indique-t-il.

La SEMER attend toujours une réponse du gouvernement du Québec afin d'obtenir du financement pour l'acquisition de nouveaux équipements qui permettront de produire du gaz naturel liquéfié. Actuellement, le gaz produit par l'usine de méthanisation est brûlé, en attendant d'avoir les équipements adéquats.

Malgré la hausse de coûts, M. Lagacé précise que ce n'est pas le traitement des matières organiques qui a le plus gros impact sur la facture des contribuables en ce qui a trait aux matières résiduelles.

« Ce qui coûte cher, ce n’est pas ce qui est traité par la SEMER, c’est ce que les gens envoient à l’enfouissement. »

— Une citation de  Michel Lagacé, président de la SEMER

M. Lagacé précise qu'il espère que la production de gaz naturel liquéfié pourra commencer prochainement afin de rentabiliser l'usine de biométhanisation, qui a coûté près de 30 millions de dollars en 2015.

Avec la collaboration de Louis Lessard et Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !