•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Pierre-Laporte : des travaux stoppés pour soulager les suspentes

Le contrat de près de 85 millions de dollars pour les travaux de métallisation et de peinture est mis sur pause pour une durée indéterminée.

Un bateau passe sur le fleuve sous le pont Pierre-Laporte.

D'immenses plateformes de travail ont été installées en 2020 pour permettre la réalisation de travaux sur la structure métallique du pont Pierre-Laporte qui se trouve sous le tablier du lien principal entre Québec et Lévis.

Photo : Radio-Canada

Devant l’incertitude entourant l’état des suspentes, les plateformes qui ont été installées sous le tablier du pont Pierre-Laporte, à Québec, pour les travaux de peinture et de métallisation doivent être retirées de la structure rapidement, a appris l’émission Enquête.

Le ministère des Transports (MTQ) a envoyé un avis à l’entrepreneur responsable du chantier il y a quelques jours lui demandant de démobiliser les plateformes de travail dans les meilleurs délais sous la travée centrale du pont et, par conséquent, de cesser les travaux en cours.

Le démantèlement des installations a commencé la semaine dernière et devrait se poursuivre jusqu’en décembre. Les travaux pourront reprendre seulement lorsque plusieurs suspentes auront été renforcées ou si des analyses démontrent que leur résistance résiduelle est suffisante.

Selon nos informations, cette décision a été prise parce qu’aucun expert n’est prêt à garantir que les suspentes peuvent tenir le coup avec ces charges attachées à la structure du pont.

Il a également été discuté de la possibilité de fermer deux voies sur le pont Pierre-Laporte, soit une dans chaque direction, pour éviter de devoir enlever les plateformes de travail, d'après nos sources.

Un fil d'acier tressé est endommagé par la rouille.

Les fils jaunes de cette suspente rouillée du pont Pierre-Laporte sont cassés.

Photo : MTQ

Or, par courriel, le MTQ assure que l’état des suspentes ne constitue pas un enjeu pour la réalisation des travaux de peinture et de métallisation. Toutefois, considérant qu’il a finalement été décidé de prioriser les travaux sur les suspentes, il est recommandé de ne pas ajouter de charge sur le pont lorsque les travaux de remplacement des suspentes seront effectués.

À la suite des révélations de l’émission Enquête concernant l’état du pont Pierre-Laporte, en juin dernier, le ministre des Transports a annoncé l’accélération du remplacement complet des suspentes.

Au cours de la prochaine année, une quarantaine de suspentes devraient ainsi être changées ou renforcées en attendant leur remplacement. Deux contrats ont été accordés à des entrepreneurs au cours des derniers mois, dont un en urgence d’une valeur de 8 millions de dollars pour consolider 28 suspentes.

Un échec de planification?

Le MTQ affirme qu’il aurait été injustifié de les arrêter [les travaux de métallisation et de peinture] avant le début de la préparation pour les travaux sur les suspentes. Mais des sources bien au fait du dossier estiment que le Ministère aurait dû agir dès qu’il a reçu les résultats des essais qui ont démontré les résistances les plus faibles jamais vues sur des suspentes.

Nos sources parlent d’un grave échec de planification parce que ce n’est pas d’hier que l’état des suspentes alimente les discussions au sein du MTQ.

Comme révélé par Enquête il y a quelques mois, des ingénieurs martèlent leur inquiétude au sujet des suspentes depuis 2016, d’après différents documents obtenus par Radio-Canada. Des échanges de courriels montrent notamment que l’équipe qui était responsable du pont jusqu’à tout récemment aurait fait fi d’avertissements et de signalements au sujet des suspentes au cours des dernières années.

Questionné à ce sujet dans le cadre de notre reportage de juin dernier, l’ingénieur à la tête de cette équipe, Christian Mercier, assurait qu’il suivait toutes les recommandations. Mais ces recommandations-là ne doivent pas venir d’une opinion personnelle à l’intérieur d’un courriel, avait-il ajouté.

Christian Mercier répond aux questions de la journaliste Marie-Pier Bouchard.

Christian Mercier est coordonnateur en structures majeures à la direction territoriale de Chaudière-Appalaches pour le ministère des Transports du Québec.

Photo : Radio-Canada

M. Mercier disait s’appuyer sur l’expertise d’une firme américaine, BTC, qui procède à des tests supplémentaires sur les câbles de suspentes, mais le rapport de l’expert se fait toujours attendre. Selon le MTQ, il devrait être déposé prochainement.

Depuis, le MTQ a confié la gestion du pont Pierre-Laporte à une autre direction au sein du Ministère, celle des grands projets. Le processus pour former cette nouvelle équipe est toujours en cours.

Encore des reports

Les travaux de métallisation et de peinture sur le pont Pierre-Laporte ont commencé en 2020 et devaient durer deux ans et demi, mais la suspension annoncée il y a quelques jours repousse encore une fois la fin des travaux.

Les moyens de pression des ingénieurs du gouvernement dans le cadre du renouvellement de leur convention collective, notamment la grève en 2022, avaient déjà provoqué un ralentissement, parfois même l’arrêt complet du chantier pendant plusieurs semaines.

Il s’agit d’un contrat majeur d’une valeur de près de 85 millions de dollars qui a été octroyé à Pomerleau en 2019. À ce jour, l’entrepreneur a exécuté près de la moitié des travaux.

Le MTQ tient à rappeler qu’il s’agit de travaux d’entretien courant et non pas de travaux d’urgence et qu’ils n’ont pas de répercussions sur la circulation. [...] La reprise du chantier sera coordonnée avec les travaux des suspentes, ces derniers ayant la priorité.

Chose certaine, ces reports auront un impact sur la facture finale, mais impossible d’en savoir plus pour l’instant. Les coûts de la suspension des travaux feront l’objet d’une négociation avec l’entrepreneur, indique la porte-parole du MTQ.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...