•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député indépendant Perry Trimper réintègre le caucus libéral de T.-N.-L.

Le premier ministre Andrew Furey serre la main au nouveau député libéral de Lake Melville, Perry Trimper, lundi.

Le premier ministre Andrew Furey serre la main au nouveau député libéral de Lake Melville, Perry Trimper, lundi.

Photo : Regan Burden/CBC

Radio-Canada

Le député indépendant de Lake Melville, Perry Trimper, a réintégré le caucus libéral du premier ministre Andrew Furey. Il y a trois ans, le député avait quitté le cabinet libéral à la suite de commentaires qui ont été qualifiés de « très racistes » par un membre de la nation innue.

Les deux hommes ont échangé une poignée de main, lundi, à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador.

La composition de la Chambre d’assemblée de T.-N.-L. est maintenant de 23 libéraux au gouvernement, 12 progressistes-conservateurs à l’opposition officielle, trois néo-démocrates et deux indépendants.

Un passé compliqué

Malgré un passé compliqué avec le Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Perry Trimper s’est dit optimiste quant à l’avenir.

« Les besoins de Lake Melville sont grands et exigent une relation étroite avec le gouvernement pour les résoudre. J’ai bon espoir et je suis à l’aise aujourd’hui devant la province et les gens de Lake Melville qui disent que nous travaillons bien. »

— Une citation de  Perry Trimper, député de Lake Melville

Perry Trimper avait déjà été ministre des Affaires municipales et de l’Environnement de la province sous le premier ministre de l’époque, Dwight Ball.

Il a démissionné de ce poste en 2019, après que des commentaires sur la Nation innue aient été enregistrés sur un message vocal. Ces commentaires ont été critiqués pour leur insensibilité raciale et le député-ministre s’est excusé après les avoir rendus publics.

Perry Trimper.

Perry Trimper a concouru comme indépendant lors de la dernière campagne électorale à l'hiver 2021 (archives).

Photo : Gracieuseté - Perry Trimper

À l’époque, le premier ministre Ball avait mentionné que le député resterait membre du caucus libéral.

Les progrès de la province

Perry Trimper, qui a quitté le parti en 2020 avant de se présenter comme candidat indépendant, a justifié son retour en soulignant les progrès réalisés par la province sur les problèmes des sans-abris, des toxicomanies et des autoroutes dans la région, ainsi que l’offre d’une indemnisation pour la réinstallation des résidents de Mud Lake.

Le député de Lake Melville a expliqué qu’au printemps, Andrew Furey a cherché à voir s’il y avait une façon pour les deux parties de travailler plus étroitement, malgré les problèmes passés, pour le mieux de la communauté.

Exclusion

Au moment de sa démission du caucus libéral, Trimper a dénoncé une tendance à l’exclusion, se sentant souvent incapable de contribuer à sa circonscription.

Je me trouve de plus en plus isolé de tout type de participation, de consultation, d’influence sur les décisions importantes qui se posent au lac Melville et au Labrador en général , a déclaré M. Trimper à l’époque.

Le point de bascule, a-t-il dit, était un voyage de la délégation libérale au Labrador avec le premier ministre dont Trimper lui-même n’était pas au courant. Le cabinet du premier ministre a publié peu après une déclaration affirmant que le bureau du député avait été informé de la visite.

Il ne s’agit pas seulement de moi, il ne s’agit pas seulement de Perry Trimper, de ce qu’il ressent. On commence vraiment à parler maintenant de la circonscription, et je suis le représentant au niveau provincial pour la circonscription de Lake Melville, mais si je ne suis pas aux réunions dans ma circonscription, ma circonscription n’est pas aux réunions , a-t-il expliqué à l’époque.

Interrogé sur ses commentaires après son départ du parti lors de l’annonce de lundi, Perry Trimper a stipulé que les récentes conversations avec le premier ministre au sujet des défis auxquels la circonscription fait face lui donnent confiance que cette fois-ci sera différente.

Il y a de bons progrès et j’en suis très fier. Nous croyons qu’il y a une véritable occasion de laisser un héritage au Labrador. Je suis enthousiaste.

D’après un reportage de Nick Ward, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !