•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis invitent le Mexique à se joindre à leur mégaplan sur les microprocesseurs

Un groupe d'hommes et de femmes se saluent sur le tarmac d'un aéroport.

Le secrétaire d'État Antony Blinken et la secrétaire au Commerce Gina Raimando à leur arrivée à Mexico, lundi

Photo : Getty Images / Hector Vivas

Agence France-Presse

Les États-Unis ont invité lundi le Mexique à s'allier à leur grand projet de 50 milliards de dollars pour soutenir la production de microprocesseurs en Amérique du Nord face à l'Asie.

En visite éclair à Mexico, le secrétaire d'État Antony Blinken a invité le gouvernement mexicain à tirer profit du Chips and Science Act. Cette loi récemment signée par le président Joe Biden prévoit de gros investissements pour faire concurrence à l'Asie en matière de microprocesseurs. La diplomatie américaine s'est activement saisie de cette thématique auprès de ses partenaires.

M. Blinken a indiqué que l'objectif était de développer une chaîne d'approvisionnement bien plus résiliente face à la domination des pays asiatiques.

Des éléments essentiels de la chaîne de production des semi-conducteurs sont déjà bien installés au Mexique, a-t-il déclaré en citant le nom de l'entreprise Intel.

Le Mexique prend les États-Unis au mot, a déclaré le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard lors d'une conférence commune. Cela signifie plus d'emplois pour le Mexique, a-t-il espéré à l'issue d'une réunion du dialogue économique de haut niveau entre les deux pays.

Absence de détails

Aucun détail concret n'a été donné sur de possibles investissements américains au Mexique dans le secteur des microprocesseurs.

La proposition a été faite au président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

Elle permet aux deux pays de dépasser leur contentieux sur la réforme énergétique lancée par le Mexique.

En juillet, les États-Unis, rejoints par le Canada, ont dénoncé cette réforme dans le cadre du traité de libre-échange entre les trois pays.

Washington estime que la volonté du président Lopez Obrador de renforcer les entreprises publiques mexicaines menace les investissements étrangers et les énergies renouvelables.

M. Blinken a rappelé que cette question serait réglée dans le cadre du traité et de son mécanisme de résolution des conflits.

Ces discussions font partie de n'importe quelle relation commerciale, même entre partenaires les plus proches , a-t-il ajouté.

La question n'a été que brièvement abordée pendant la rencontre de M. Blinken avec le président mexicain, a assuré le ministre Ebrard.

725 milliards de dollars d'échanges en 2021

Arrivé à la mi-journée à Mexico, l'émissaire de Joe Biden a évoqué la menace partagée de la production et du trafic de fentanyl, une drogue de synthèse qui fait des ravages aux États-Unis, dans ses rencontres séparées avec MM. Lopez Obrador et Ebrard.

M. Blinken et le président mexicain ont également parlé d'une migration sécurisée, ordonnée, à visage humain, et de leurs efforts conjoints pour lutter contre la crise climatique et les énergies renouvelables.

M. Blinken a aussi évoqué les efforts régionaux pour soutenir les Haïtiens et la coopération du Mexique et des États-Unis pour rendre les Nations unies plus efficaces, selon le département d'État.

Le Mexique est le deuxième partenaire commercial des États-Unis avec quelque 725 milliards de dollars d'échanges en 2021, selon des chiffres officiels.

M. Lopez Obrador a rencontré M. Biden en août à Washington après avoir snobé en juin le Sommet des Amériques à Los Angeles au motif que Cuba, le Venezuela et le Nicaragua n'avaient pas été invités. Les deux pays vont célébrer en fin d'année le bicentenaire de leurs relations bilatérales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !