•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les niveaux de la COVID-19 sont en hausse dans les eaux usées en Saskatchewan

Un aperçu du système de filtrage UV utilisé à l'usine de traitement des eaux usées de la ville de Saskatoon.

L'Université de Regina surveille de plus près la charge virale depuis la rentrée scolaire.

Photo : Ville de Saskatoon

Radio-Canada

Les plus récentes données de l’Université de la Saskatchewan signalent une augmentation de la présence du coronavirus dans les eaux usées de la province.

L'étude publiée lundi par l’Université de la Saskatchewan montre une augmentation de la charge virale de 39,9 % à Saskatoon par rapport à la semaine précédente. À Prince Albert, l’augmentation est de 74,1 % et à North Battleford de 96,6 %.

Ceci représente le quatrième taux le plus élevé pour Saskatoon depuis le début de l'étude en 2020, et le cinquième taux le plus élevé pour North Battleford et Prince Albert dans cette même période.

C'est très, très élevé par rapport à ce que nous avons vu, a déclaré le responsable du projet de traitement des eaux usées de l'Université de Californie, Femi Oloye, à propos des derniers résultats.

M. Oloye ajoute qu'il est difficile de dire avec certitude si les cas vont continuer à augmenter.

Si les gens respectent les règles, s'ils sont malades et restent chez eux, il est certain que la situation va se stabiliser et se calmer, dit-il.

« Mais si les personnes sont malades et qu'elles continuent à le transférer d'une personne à l'autre, cela continuera à augmenter. »

— Une citation de  Femi Oloye, responsable du projet de traitement des eaux usées de l'Université de Californie

Le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, avait déclaré au mois d'août que les masques pourraient être à nouveau nécessaires dans les lieux publics si les cas augmentent dans la province.

Regina en hausse

L’équipe de recherche sur les eaux usées de l'Université de Regina souligne que le nombre de cas dans la ville reine reste élevé, mais que la tendance se maintient.

Nous avons doublé le niveau le plus haut de la vague Alpha, mais nous sommes encore à environ 60 à 70 % du niveau le plus élevé de la vague Omicron, a déclaré Tzu-Chiao Chao, biologiste moléculaire de l'Université de Regina.

Cela monte, mais l'augmentation que vous voyez n'est pas encore le pic spectaculaire que nous avons vu, par exemple, pendant Noël, ajoute-t-il.

M. Chao affirme que son équipe surveille les chiffres avec une attention particulière maintenant que les enfants sont de retour à l'école, ce qui a toujours été un facteur déterminant dans les maladies liées à la grippe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...