•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première rentrée dans le nouveau bâtiment de l’École Rocher du Nord

Des élèves qui marchent dans les corridors.

C'était jour de rentrée lundi à l'École Rocher du Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Ce 12 septembre, c’était jour de rentrée pour les élèves de l’École Rocher du Nord, à Saint-Jean à Terre-Neuve-et-Labrador. Cette rentrée s’est faite entre la joie de découvrir le nouveau bâtiment qui fera désormais partie intégrante du quotidien des élèves francophones de la septième à la douzième année de la capitale et l’envie de voir le résultat final, alors que les travaux prendront encore environ un an.

Ça ressemble meilleur d’une façon , résume Aaliyah Yoga, qui entamait lundi sa 10e année.

Cet été, elle est venue en compagnie de sa sœur et d’une amie voir l’extérieur de cette nouvelle école, qui a abrité à une autre époque l’école des sourds de Saint-Jean.

Aaliyah Yoga.

Aaliyah Yoga

Photo : Radio-Canada

Elle en convient, elle ne pouvait attendre. Et, le résultat ne l’a pas déçue.

Je pense que maintenant je regarde autour de moi et je vois que c’est beaucoup plus grand. Il y a beaucoup plus d’espace. Il y a beaucoup de classes , constate l’élève, excitée mais nerveuse de son propre aveu en ce jour de rentrée.

Des travaux qui ne sont pas terminés

Si les élèves ont pu découvrir la nouvelle école, les travaux sur celles-ci ne sont pas encore terminés. Ceux sur le toit prendront encore un mois selon Peter Smith, le directeur général adjoint du Conseil scolaire francophone provincial. En fait, les travaux sur le toit et dans certaines salles de classe ont déjà retardé la rentrée d’une semaine.

D’ailleurs, M. Smith ne cache pas sa joie de voir les élèves emprunter les corridors malgré tout.

Un peu soulagé. Disons qu’il y avait beaucoup de travail à faire et quelques retards , dit-il.

Peter Smith.

Peter Smith, le directeur général adjoint du Conseil scolaire francophone provincial

Photo : Radio-Canada

Nous savions que ça allait être assez serré notre préparation pour cette année. Pour être honnête, c’était un peu plus serré que nous aurions aimé.

Parmi d’autres, le gymnase, les casiers et la cafétéria ne sont pas encore terminés, mais les travailleurs ont reçu l’ordre d'accélérer les travaux.

Juliette Mini, élève de 12e année, a d’ailleurs bien hâte de pouvoir se rendre dans cette nouvelle cafétéria.

J’essaie toujours de connaître les nouveaux 7e à chaque année, donc j’espère qu’on va bien se connaître. Quand la cafétéria va être rénovée, on va pouvoir tous discuter , dit-elle.

Pour l’instant, c'est correct, mais j’ai hâte pour ça.

Juliette Mini.

Juliette Mini

Photo : Radio-Canada

Les élèves de la maternelle à la 6e année vont intégrer l’école une fois qu’elle sera terminée, soit en septembre 2023 selon Peter Smith.

Après que tout est fait, les gens vont être très heureux avec le résultat , promet-il.

Deuxième déménagement en quatre ans

Depuis 2018, l’École Rocher du Nord se trouvait dans un autre quartier de Saint-Jean. C’est le surpeuplement de l’École des Grands-Vents qui avait provoqué un premier déménagement.

Le gouvernement avait rejeté la proposition de construire une nouvelle école dans le secteur de Galway, au coût de 40 millions de dollars.

Quatre ans plus tard, la raison du déménagement est bien différente. Le bâtiment où se trouvait l’école appartient à l’Archidiocèse de Saint-Jean qui doit vendre une grande partie de ses biens pour dédommager les victimes de l’orphelinat Mount Cashel.

Une école, un espace important

Le nouvel emplacement de l’École Rocher du Nord, plus près du centre de Saint-Jean, est idéal selon Peter Smith.

Ça permet qu’on dessert toute la grande région de St. John’s , estime le directeur général adjoint du Conseil scolaire francophone provincial.

Avoir un espace propre aux francophones, c’est particulièrement important en milieu minoritaire selon Juliette Mini.

On a pas souvent la chance de parler notre langue, surtout dans un endroit où le français est minoritaire , affirme-t-elle.

Avec les informations de Kyle Mooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !