•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le début de la collecte des bacs bruns bien accueilli par plusieurs à Saguenay

Une femme ouvre un bac à compost.

Colette Ringuette se réjouit de l'arrivée des bacs bruns à Saguenay, elle qui faisait déjà du compostage.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le début de la collecte des bacs bruns à Saguenay, qui a commencé lundi matin dans certains quartiers, fait des heureux parmi les citoyens.

C’est le cas de Colette Ringuette, qui fait du compostage depuis déjà quelques années dans sa cour pour ses fleurs. L’arrivée des bacs bruns lui permet d’augmenter la quantité de matières organiques qu’elle récolte.

Ça me fait mon compost pour mes fleurs. Je n’ai pas besoin d'aller l'acheter, je l'ai. Là, c'est sûr que moi, je ne mettais pas de viande. Tous les résidus de la maison, je ne les mettais pas. Mais là, je vais les mettre dans ça (le bac brun), a raconté la résidente de l’arrondissement de Chicoutimi.

Dans sa rue, plusieurs autres résidents semblent enclins à modifier leurs habitudes. La collecte se fera hebdomadairement jusqu’à la fin septembre alors que les bacs bruns seront vidés toutes les deux semaines d’octobre à la fin avril.

La pince d'un camion agrippe un bac brun.

Un camion adapté pour ramasser les bacs bruns

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

J'ai regardé ce matin, j'ai dit : "il faut que je regarde pour voir s'il y a beaucoup de bacs" [...] Il peut en avoir plus, mais au moins, c'est un commencement, a ajouté Colette Ringuette.

Pour Nicole Nadeau, composter ne se fera pas sans heurts, mais la citoyenne se dit prête à modifier ses habitudes au quotidien.

C'est un gros changement d'habitudes quand même, mais on va l'essayer. Ça devrait fonctionner, a-t-elle mentionné.

C'est une question d'habitude et au fur et à mesure, ça va venir tout seul. Il s'agit de commencer, a poursuivi Christine Tremblay, une citoyenne de Chicoutimi.

Saguenay espère une bonne réponse des citoyens

Saguenay est la dernière ville de la région à se mettre au compostage. Quelque 63 000 bacs ont été distribués sur le territoire. La Ville espère que le taux de participation atteindra 40 % à 50 %.

Un bac brun pour les matières organiques se trouve sur le bord d'une rue.

Un bac brun pour les matières organiques

Photo : Radio-Canada / Steeven Tremblay

Le conseiller municipal et président de la Commission du développement durable et de l'environnement, Jimmy Bouchard, suggère aux récalcitrants d'y aller par étapes.

Ils peuvent le faire avec des résidus de jardin, le gazon, là, ça va être la saison des feuilles mortes, pourquoi ne pas commencer comme ça? Ensuite, les résidus alimentaires, les résidus verts et plus loin, quand ils vont devenir des experts, ils pourront commencer à traiter l'ensemble de leurs résidus de table, a exposé le conseiller.

L’entreprise Gazon Savard a obtenu le mandat de traiter les matières organiques de Saguenay à la faveur d’un contrat de 10 millions de dollars sur 10 ans.

La Ville a toutefois envoyé récemment une mise en demeure à l'entreprise en raison de différentes infractions municipales et environnementales, mais cette procédure n’aura aucune incidence sur le contrat liant la municipalité à l’entreprise.

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, avait d’ailleurs révélé la semaine dernière que des pourparlers étaient en cours entre les deux parties.

Dans le cas de Gazon Savard, la mise en demeure qui a été envoyée concernait des non-conformités au niveau de l’utilisation du sol, donc du zonage. Ils ont des activités qui sont très larges, donc ça ne visait pas nécessairement la plateforme de compostage. Nos procureurs ont évalué le contrat qu’on avait donné pour le traitement des matières organiques et il n’y a rien qui nous laisse croire que ce contrat-là n’a pas force de loi et qu’il n’est pas réalisable, a spécifié Jimmy Bouchard.

D'après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !