•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vote des étudiants : QS se défend d’avoir enfreint la loi électorale

Gabriel Nadeau-Dubois en campagne électorale.

Le co-porte-parole solidaire Gabriel Nadeau-Dubois croit que la CAQ «a peur du vote des jeunes».

Photo : Radio-Canada / Jacaudrey Charbonneau

Québec solidaire a été mis sur la défensive, samedi, après que des médias ont révélé l'existence d'un tract qui circulait sur des campus universitaires et qui invitait les étudiants à changer leur adresse de résidence officielle afin de voter pour certains candidats.

Devant les journalistes, Gabriel Nadeau-Dubois a tenu à être clair. Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) ne nous a jamais signalé une infraction à la loi. Il y a eu un débat d'avocats sur la notion de domicile, nuance-t-il cependant.

Le tract en question a été distribué sur les campus de l'Université Laval, à Québec, et de l'Université de Sherbrooke, où se trouvent entre autres les circonscriptions de Jean-Lesage et de Sherbrooke, que Québec solidaire souhaite conserver. Il invitait les étudiants à changer leur adresse de résidence principale le jour du vote.

« Tu n'as qu'à te présenter sur les lieux de vote sur ton campus avec une preuve d'identité avec photo et une preuve d'adresse (facture d'université, facture d'électricité, facture d'Internet, etc.) qui confirme que tu habites dans la circonscription de ton campus pour faire ton changement d'adresse. La loi électorale reconnaît le droit de voter là où tu résides principalement. »

— Une citation de  Extrait du tract de Québec solidaire

Par courriel, un porte-parole du DGEQ a refusé de commenter le cas en question, mais a tout de même précisé que quiconque inciterait un électeur à s’inscrire dans une circonscription autre que celle de son domicile pourrait commettre une infraction, en donnant une fausse interprétation de la Loi électorale.

Le parti a préféré retirer le dépliant. Par prudence, a insisté M. Nadeau-Dubois. En 2018, ces tracts-là n'existaient pas et on a quand même réussi à faire sortir le vote des jeunes.

Le tract orange sur lequel on peut lire, entre autres, « Vote sur ton campus ».

Un tract distribué aux étudiants de l'Université Laval les invitait à changer leur adresse officielle afin d'appuyer les candidats solidaires.

Photo : Radio-Canada / Jacaudrey Charbonneau

C'est souvent compliqué pour les jeunes d'aller voter

Si le co-porte-parole solidaire dit ne pas vouloir s'embarquer dans un débat sur l'interprétation de la loi, il précise tout de même que l'intention de sa formation politique était d'inciter les jeunes adultes à participer au processus électoral.

Souvent, les jeunes ne savent plus s'ils sont sur la liste électorale ou pas, dans quelles circonscriptions ils peuvent voter ou pas, a-t-il dit, avant d'ajouter que, selon lui, c'est souvent trop compliqué pour les jeunes d'aller voter. On va toujours souhaiter que ça soit le plus facile possible de le faire.

Selon Gabriel Nadeau-Dubois, la question soulevée par le tract met en lumière un débat sur la notion de domicile pour les étudiants qui ne résident pas chez leurs parents.

« Si vous restez pendant deux ans au même endroit et que vous allez deux semaines par année voir vos parents à l'autre bout du Québec, c'est quoi vraiment votre domicile? C'est là où vous avez passé l'année au complet ou là où vous avez passé vos vacances de Noël? »

— Une citation de  Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

Or, dans un communiqué publié vendredi, le DGEQ maintient qu'il offre la possibilité aux universitaires de voter facilement à distance. C'est l’esprit du vote sur les campus, écrit-on. Éviter aux étudiants d’avoir à se rendre dans leur circonscription pour exercer leur droit de vote.

On précise que près de 80 % des votes exercés sur les campus, lors des élections de 2014 et de 2018, ont d’ailleurs été comptabilisés dans une autre circonscription que celle du campus.

Gabriel Nadeau-Dubois tient en main le cadre financier de la CAQ.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en compagnie du candidat Sol Zanetti, a profité de son point de presse pour critiquer le cadre financier de la CAQ.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La CAQ a peur du vote des jeunes

Pour M. Nadeau-Dubois, ce débat se fait à l'avantage de la Coalition avenir Québec qui, selon lui, a peur du vote des jeunes.

Les jeunes, c'est quoi leur priorité? C'est la lutte aux changements climatiques. Et c'est quoi le principal talon d'Achille de François Legault? C'est la lutte aux changements climatiques, a-t-il avancé.

Il faisait ainsi référence au cadre financier de la CAQ, déposé samedi matin, qui ne comprend, selon lui, aucun nouvel investissement significatif en environnement.

Avec des informations de Jacaudrey Charbonneau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !