•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La firme montréalaise FABG retenue pour concevoir l’Espace Riopelle à Québec

Vue en plongée du futur bâtiment.

Modélisation du futur Espace Riopelle, tel qu'imaginé par Les architectes FABG

Photo : MNBAQ/Les architectes FABG

Radio-Canada

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a dévoilé mercredi le concept gagnant et le nom de la firme lauréate du concours d’architecture du futur Espace Riopelle, à Québec. C’est la firme montréalaise Les architectes FABG qui aura le mandat d’imaginer ce nouvel espace muséal, qui abritera la plus grande collection publique d'œuvres de Jean-Paul Riopelle au monde.

Avec une inauguration prévue entre la fin de 2025 et le début de 2026, les architectes de FABG auront donc du pain sur la planche dans les années à venir, avec les différents défis que pose la construction du nouveau bâtiment.

C’est assez rare que l’on construise des lieux muséaux consacrés entièrement à l'œuvre d’un artiste, explique Éric Gauthier, associé principal des architectes FABG. Ici, ce qui était intéressant, c’était de trouver comment on pouvait évoquer l’homme et l'œuvre dans un bâtiment, qui ne pouvait pas, à mon avis, être un musée neutre, une boîte blanche hermétique.

Évoquer la nature dans la brique

La firme souhaitait notamment refléter l’amour de la nature qui a habité Riopelle tout au long de sa vie et qui a grandement influencé ses toiles. On a essayé d’évoquer les lieux où Riopelle a créé au Québec, comme son atelier à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, ou encore l’île aux Grues, résume Éric Gauthier.

Le bâtiment qu’on propose va avoir une charpente de bois massif, va offrir une vue spectaculaire sur le fleuve, va avoir des terrasses. Le contact avec la nature, je pense que c’est la clé pour comprendre l'œuvre de Riopelle.

Un autre critère cher au MNBAQ et à la Fondation Jean Paul Riopelle pour la construction du nouvel espace était qu’il s’insère dans le complexe déjà en place, en tenant compte de l’architecture des édifices autour. Le bâtiment va agir un peu comme un carrefour à la jonction des trois autres pavillons, le Baillairgé, le Morrissette et le Lassonde, [...] pour que ça fonctionne comme un complexe muséal intégré, comme un village muséal, explique M. Gauthier.

Finalement, il fallait que le bâtiment soit très bien éclairé – ce que la firme FABG prévoit de faire en utilisant des verres dynamiques dont la capacité réfléchissante fluctue en fonction de l’ensoleillement – et qu’il soit conçu de manière à pouvoir accueillir facilement des groupes, particulièrement les jeunes en sortie scolaire.

C’est une clientèle extrêmement importante et nombreuse, et l’une des missions des musées, c’est de donner le goût de l’art aux plus jeunes.

40 millions de dollars

La firme Les architectes FABG a été retenue parmi quatre finalistes par les membres du jury au terme d’un concours d’architecture lancé en mars dernier et qui a suscité un vif intérêt à travers le monde.

Éric Gauthier prévoit des coûts de construction nets inférieurs à 40 millions de dollars. On parle seulement des coûts de construction, parce qu’il y a plein d’autres coûts dans ce genre de projets, explique-t-il.

Une des clés pour contrôler le budget, c'est de conserver les réserves muséales au sous-sol en fonction pendant la construction. Il faut construire en limitant les risques sur les réserves muséales qui pourraient entraîner des surcoûts.

L’Espace Riopelle devra aussi respecter les exigences relatives au patrimoine architectural de la Ville de Québec. Sur un budget total de 42,5 millions de dollars, le gouvernement du Québec contribue à hauteur de 20 millions pour la création de l’espace, auxquels s'ajoute un don de mécènes de la Fondation Jean Paul Riopelle de 20 millions. La Fondation du MNBAQ s'est engagée à compléter le budget du projet par un apport financier de 2,5 millions de dollars grâce à la participation du secteur privé.

Ce texte a été écrit à partir d'une entrevue réalisée par Alex Boissonneault, animateur de l'émission Première heure. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !