•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Flames ont peut-être gagné l’entre-saison, mais les Oilers ne sont pas loin derrière

Ken Holland et Keith Gretzky assis à la table des Oilers lors du repêchage de la LNH, le 8 juillet 2022.

Ken Holland, à gauche, en discussion avec Keith Gretzky lors du repêchage de la LNH.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

On a beaucoup parlé au cours de la saison morte, avec raison, du travail du directeur général des Flames, Brad Treliving. Acculé au pied du mur avec deux joueurs vedettes qui lui ont signifié qu’ils ne désiraient pas poursuivre leur carrière à Calgary, il a su rapidement les remplacer par des joueurs de qualité afin de s’assurer que les Flames demeurent compétitifs.

Parmi les autres DG qui ont accompli du bon travail au cours de l’été, il y a Ken Holland.

Le patron des Oilers n’a pas eu à faire face aux mêmes défis que son homologue du sud de la province, mais il a été en mesure de répondre aux besoins de son équipe, malgré un budget très limité.

Il s’est entendu avec les joueurs autonomes Jack Campbell, Evander Kane, Brett Kulak et Mattias Janmark, en plus de renouveler les contrats de Kailer Yamamoto et de Jesse Puljujarvi, à des coûts raisonnables.

Il a enfin échangé Zack Kassian et son contrat de 3,2 M$ aux Coyotes.

Un gardien de but numéro un

La principale critique envers les Oilers depuis des années était le manque de constance devant le filet de l’équipe.

Mike Smith remplace Mikko Koskinen devant la cage des Oilers.

Mike Smith et Mikko Koskinen se sont partagé le travail devant le filet des Oilers durant trois saisons.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Bien que le tandem composé de Mike Smith et de Mikko Koskinen n’a pas été aussi mauvais que certains le croient, les deux hommes n’ont pas été à la hauteur lors des moments critiques.

À l’été 2020, Ken Holland avait tenté de convaincre Jacob Markstrom de signer avec les Oilers, mais celui-ci avait plutôt préféré s’entendre avec les Flames. Devant le manque d’option, Holland avait offert un nouveau contrat d’une saison à Mike Smith.

L’été dernier, Holland s’était de nouveau tourné vers Mike Smith, cette fois en lui offrant un contrat de deux saisons.

Tout semble maintenant indiquer que Mike Smith passera la deuxième année de son contrat sur la liste des blessés. Mikko Koskinen, de son côté, a choisi de poursuivre sa carrière en Suisse.

Ken Holland n’avait donc plus le choix de passer à l’action en amenant au moins un nouveau cerbère au sein de sa formation.

Son choix s’est arrêté sur l’ex-gardien des Maple Leafs, Jack Campbell. Celui-ci n’a peut-être pas l’étoffe de Jacob Markstrom, mais il représentait la meilleure option disponible sur le marché des joueurs autonomes.

Qui est Jack Campbell?

Campbell est un Américain qui a été sélectionné au premier tour, 11e au total, par les Stars de Dallas lors du repêchage de 2010.

Son développement ne s’est pas fait à la vitesse souhaitée par les Stars, avec qui il n’a disputé qu’une seule rencontre; c’était lors de la saison 2013-2014.

Le gardien des Maple Leafs, Jack Campbell, s'asperge d'eau lors d'un arrêt de jeu.

Jack Campbell est le nouvel homme de confiance devant le filet des Oilers.

Photo : Associated Press / Chris O'Meara

Échangé aux Kings à l’été 2016, il a passé trois saisons complètes avec l’organisation californienne avant d’être échangé aux Maple Leafs en février 2020.

Avec Los Angeles, il a disputé 57 rencontres, essentiellement comme deuxième ou troisième gardien derrière Jonathan Quick. Sa fiche en quatre saisons a été de 20-24-5, avec une moyenne de 2,51 et un pourcentage d’efficacité de ,912.

Avec Toronto, il devait jouer les seconds violons, derrière Frederik Andersen, mais à sa première saison complète avec l’équipe, il a terminé devant le gardien danois dans toutes les colonnes de statistiques, ce qui a convaincu l’équipe de faire de lui son gardien numéro un pour la saison suivante.

Il a brillamment amorcé la saison avant de subir une blessure aux côtes en mars. Il présentait alors une fiche de 24-9-4.

Sa blessure lui a fait rater 10 matchs. À son retour il a compilé neuf victoires et deux défaites en temps supplémentaire.

En séries éliminatoires, il a défendu la cage des Leafs lors des sept matchs de la série les opposant au Lightning. Son pourcentage d’efficacité s’est établi à ,914.

Campbell aura 31 ans en janvier. Son contrat de cinq millions par saison le lie aux Oilers pour cinq saisons.

Son adjoint sera Stuart Skinner, qui a disputé 13 matchs dans la LNH la saison dernière. Il a remporté six victoires et subi six revers avec un taux d’efficacité de ,913.

Les Oilers se sont aussi entendus avec Calvin Pikard, un gardien qui compte 116 matchs d’expérience dans la LNH et qui assurera la profondeur devant le filet.

Le retour d’Evander Kane

La signature d’Evander Kane a peut-être été le meilleur coup réalisé par Ken Holland au cours des derniers mois.

L’attaquant s’est joint aux Oilers en janvier, après que les Sharks aient mis fin à son contrat. La chimie entre lui et Connor McDavid a été instantanée.

Evander Kane salue la foule après avoir inscrit un but.

Evander Kane a choisi de s'enraciner à Edmonton.

Photo : Getty Images / Harry How

En 43 rencontres, Kane a inscrit 22 filets en plus d’ajouter 17 aides. En 15 matchs de séries éliminatoires, il a inscrit 17 points, dont 13 buts.

Devenu joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, Kane a accepté un contrat de quatre ans à 5 125 000 $ par saison.

À titre comparatif, le contrat de Nazem Kadri avec les Flames a une valeur de sept millions par saison et est valide pour sept ans.

La présence de Kane au sein d’un des deux premiers trios des Oilers offre plein de possibilités à l’entraîneur-chef Jay Woodcroft, notamment celle d’utiliser RyanNugent-Hopkin au centre du troisième trio, plutôt qu’à l’aile au sein d’un des deux premiers.

Holland s’est aussi entendu avec un autre attaquant, Mattias Janmark, qui a récolté 25 points en 67 parties avec les Golden Knights. Le Suédois de 29 ans a déjà connu deux saisons de 15 buts ou plus avec les Stars en début de carrière.

Janmark est considéré comme un joueur de centre, mais est surtout utilisé comme ailier. Il peut jouer en infériorité numérique.

Kulak revient aussi

Le défenseur Brett Kulak a été acquis par les Oilers à la date limite des échanges. Il a rendu de fiers services à l’équipe, notamment durant l’absence de Darnell Nurse, blessé en fin de saison.

Reconnu surtout pour son style défensif, Kulak a néanmoins marqué deux buts et récolté six aides en 18 rencontres. Il a ajouté cinq aides en 16 matchs éliminatoires.

Brett Kulak pendant un match des Oilers le 3 avril 2022.

Brett Kulak a signé cet été un contrat de quatre saisons avec les Oilers.

Photo : Getty Images / Ronald Martinez

Le joueur, originaire de Stony Plain, à l’ouest d’Edmonton, a accepté un nouveau pacte de quatre ans qui lui rapportera annuellement 2 750 000 $.

L’ex-choix de premier tour (deuxième au total) Ryan Murray s’est ajouté au personnel des Oilers la semaine dernière. Celui qui a passé la dernière saison au Colorado a signé une entente d’une saison pour 750 000 $.

Sa présence au sein de la formation veut sans doute dire qu’il n’y aura pas de lutte au camp pour le poste de septième défenseur.

Dmitri Samorukov, Markus Niemelaïnen et Vincent Desharnais étaient trois candidats potentiels pour l’obtention de ce rôle.

Encore du travail à faire

Malgré la tâche accomplie par le DG des Oilers, le travail n’est pas terminé. L’attaquant Ryan McLeod est toujours sans contrat. Les Oilers doivent lui offrir une nouvelle entente, mais dépassent déjà la limite établie par le plafond salarial.

Holland devra vraisemblablement transiger afin de se défaire d’un contrat. Les candidats les plus susceptibles de se faire échanger avant le début de la saison sont les attaquants Jesse Puljujarvi et Warren Foegele ainsi que le défenseur Tyson Barrie.

Durant la saison, Holland bougera aussi sans doute afin d’amener plus de mordant à son unité défensive. Il ne serait pas surprenant de le voir faire l’acquisition d’un défenseur pouvant évoluer au sein d’une des deux premières paires.

Jusqu’à maintenant, le DG a réussi à améliorer sa formation sans devoir se départir de ses jeunes espoirs. Cette fois, il n’aura probablement pas le choix de sacrifier un ou deux jeunes joueurs, s’il sent que son équipe est sur la bonne voie.

S’il devait se départir d’un joueur comme Xavier Bourgault ou Carter Savoie, sans que les Oilers connaissent du succès en séries éliminatoires, le jury serait sans doute un peu plus dur à l’endroit de Ken Holland.

Pour l’instant, il est difficile de critiquer le travail fait par le DG des Oilers au cours des derniers mois. Sa formation est meilleure qu’elle ne l’était la saison dernière, et le plus long contrat qu’il a offert cet été en a été un de cinq ans.

L’été dernier, Holland avait essuyé quelques critiques pour son travail.

La signature de Darnell Nurse pour huit saisons, à un salaire moyen de 9,25 M$, l’acquisition de Duncan Keith et de son salaire de plus de 5,5 M$, les signatures de Zach Hyman, Cody Ceci, Tyson Barrie et Mike Smith ainsi que l’échange de Ethan Bear n’avaient pas fait l’unanimité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...