•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vote des jeunes sera-t-il divisé entre solidaires et conservateurs?

Éric Duhaime prend la main d'un bébé qui est dans les bras de son père.

Le Parti conservateur du Québec pourrait joindre Québec solidaire auprès des jeunes électeurs.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Desrosiers

Québec solidaire est étiqueté comme le parti des jeunes depuis longtemps. L’itinéraire de campagne démontre bien que la formation politique continue de miser sur la mobilisation dans les villes universitaires comme Sherbrooke et Rimouski pour rejoindre cet électorat. Or, un autre parti semble attirer l’attention des jeunes : celui d’Éric Duhaime.

Selon un sondage réalisé dans la région de Québec par la firme Segma pour Le Soleil et le FM93, 33 % des 18-34 ans prévoient voter pour le Parti conservateur du Québec et 35 % pour Québec solidaire. Une tendance qui peut aller au-delà de la région de la Capitale-Nationale, selon Philippe Dubois, professeur en communication publique et politique à l'École nationale d'administration publique (ENAP) à Québec.

On a tendance à associer la jeunesse à l’option plus progressiste, mais il y a plusieurs données qui nous montrent que la jeunesse n’est pas un bloc monolithique, observe-t-il.

Méthodologie :

Le sondage a été mené par entrevues téléphoniques réalisées du 29 août au 3 septembre auprès d’un échantillon aléatoire de 799 répondants de la région métropolitaine de recensement de Québec. La marge d’erreur est de + ou - 3,5 %.

Un vote de contestation

Personne n’est surpris que Québec solidaire soit populaire auprès des jeunes, mais la professeure au département de science politique de l'Université Laval Valérie-Anne Mahéo, qui a publié le livre Le Nouvel électeur québécois, ne s’étonne pas non plus de voir que le Parti conservateur du Québec (PCQ) intéresse les jeunes. Cet attrait pourrait être interprété comme un vote de contestation contre la CAQ et les mesures sanitaires.

Quel groupe de la population a le plus souffert des mesures sanitaires assez restrictives à certains moments? Ça a été les jeunes, explique-t-elle. Le PCQ a donc touché une corde sensible. Mais s'agit-il d'un témoignage d’appui envers la plateforme des conservateurs ou plutôt d'un mécontentement à l'égard du bilan de la CAQ? La question se pose, selon elle.

Je ne suis pas beaucoup ça, mais j’ai vu que le Parti conservateur du Québec allait offrir des crédits d’impôt pour le sport. Ça, ça me parle! lancent d’emblée deux jeunes hommes de 19 ans croisés près du Cégep de l’Outaouais. Quelques minutes auparavant, David Bertrand Caswell, 21 ans, confiait que c'est pour Québec solidaire qu’il votera. Ça vient rejoindre plus mes valeurs, a-t-il affirmé.

Le terreau fertile de Québec solidaire

Dans les bains de foule ou les événements du parti, beaucoup de jeunes électeurs posent des questions à Gabriel Nadeau-Dubois sur la crise climatique, la protection des milieux naturels et des caribous, ainsi que la décroissance économique. Des jeunes qui me disent qu’ils veulent qu’on relance l’exploitation des hydrocarbures, j’en rencontre jamais. a affirmé Gabriel Nadeau-Dubois.

Le co-porte-parole de Québec solidaire juge que le résultat des dernières élections démontre bien que c’est son parti qui répond le mieux aux aspirations des jeunes Québécois et Québécoises. Il compte beaucoup sur eux cette année encore : Les jeunes à la prochaine élection peuvent avoir un impact, ils représentent environ un vote sur trois, a-t-il dit.

Les « vieux partis » moins attrayants pour les jeunes

La nouvelle génération semble toutefois moins attirée vers le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti québécois (PQ). Valérie-Anne Mahéo explique que ce sont des partis qui répondaient à un enjeu qui n’est plus aussi saillant aujourd'hui, notamment pour les jeunes.

Ce sont deux partis qui répondaient à la question de la place du Québec dans la fédération, un clivage oui-non. Ce n’est plus l’enjeu du moment donc c’est sûr que ça répond moins aux préoccupations des jeunes. dit-elle.

Le sondage Segma révèle que le Parti libéral et le Parti québécois récoltent respectivement 8,5 % et 3 % chez les 18-34 ans dans la région de Québec.

Pour Philippe Dubois, professeur à l'École nationale d'administration publique, c’est aussi la continuité de ce réalignement politique avec les nouveaux partis. Ce qui me frappe c’est que visiblement, le Parti libéral et le Parti québécois ne semblent pas dans la mémoire à court terme de beaucoup de gens à Québec, particulièrement chez les jeunes.

Toutefois, depuis des décennies, les jeunes votent moins, rappellent les chercheurs. Est-ce que ces intentions de vote vont se matérialiser en votes concrets? C’est la question qu’on se pose à chaque élection pour Québec solidaire et maintenant pour le Parti conservateur du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !