•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le documentaire Le vent du sud présenté à Val-Gagné

Des gens regardent un documentaire.

L'église de Val-Gagné était presque pleine pour la projection.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le film de fin d’études d’Aucéane Roux Le vent du sud a été présenté dans la communauté dans laquelle il a été tourné en  2019. Après la messe de dimanche, une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous pour regarder l’œuvre qui rend hommage à la terre natale des grands-parents de la réalisatrice.

Votre travail nous donne la chance de faire des retrouvailles, a lancé père Pierre Mafanda Mahuma en début de messe.

Le court métrage de 16 minutes raconte la surprenante transformation du village, auparavant un château fort de la francophonie ontarienne, qui semblait condamné à un inévitable déclin démographique à la suite de la fermeture de l’école et de l’épicerie.

Des jeunes, le regard fixé vers l'écran.

Petits et grands avaient les yeux rivés sur le film de Mme Roux.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Puis un vent de renouveau a soufflé sur la communauté : l’arrivée de nombreuses familles mennonites. Cet événement a permis à la petite communauté de rêver à un avenir meilleur.

Une femme tout sourire.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Diane Gagnon avait pris l'avion d'Ottawa afin d'être aux premières loges de la projection.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

C'est l'histoire que raconte le court métrage d’Aucéane Roux. Celui-ci a d'ailleurs été présenté au 74e Festival de Cannes.

Mme Roux était fébrile, alors que ses tantes avaient fait la route d’Halifax et de Seattle, dans l’État de Washington, pour être à ses côtés.

« Pour moi, c’est un moment vraiment important parce que c’est un film qui a été fait avec les gens d’ici. Tout le monde a été super généreux dans le processus. »

— Une citation de  Aucéane Roux, réalisatrice

Au final, ce petit court métrage a fait connaître Val-Gagné à plusieurs gens au pays, et même dans le monde, ajoutait la réalisatrice qui a remporté avec ce projet maintes distinctions, dont le meilleur court métrage étudiant au Rendez-vous Québec Cinéma de 2022.

Elle trouvait stressant de montrer le fruit de six mois de travail parce que c’est leur histoire, c’est à cette communauté-là que je veux faire honneur.

Un accueil chaleureux

À la fin de la projection, la réalisatrice a été chaudement applaudie. Ça décrit bien l'essence de Val-Gagné, lançait Raymond Rivest, un paroissien. Ça m'a rappelé quand j'étais jeune. Il y avait des fermes partout.

Des gens regardent un documentaire.

Mme Roux a regardé le documentaire avec l'homme qui l'a inspirée à le faire, son grand-père.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Après la portion du documentaire durant laquelle le Franco-Ontarien Jason Desrochers raconte sa réalité à la ferme, on a entendu des bravo Jason, comme s'il était un chanteur rock.

Une jeune fille tout sourire.

En novembre dernier, le film d'Aucéane Roux a été récompensé à la soirée de la relève Radio-Canada en remportant le prix du meilleur film.

Photo : Avec la permission d'Aucéane Roux

Jason a été surpris que les mennonites aient accepté de parler à visage couvert. Ils n'aiment pas ça, les photos et les films, selon lui.

Je suis fier de la façon qu'elle a présenté ça que les mennonites sont les bienvenues dans ce village-ci, disait le grand-père de Mme Roux, Rémi Lapierre, avec un brin de fierté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !