•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’insuline pourrait bientôt être administrée en comprimés, croit un chercheur de l’UBC

Un chercheur tient un comprimé d'insuline dans un laboratoire.

Avec les comprimés d'insuline, les chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique espèrent éviter les désagréments liés aux injections.

Photo : Université de la Colombie-Britannique

Radio-Canada

Un groupe de chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique soutient que les recherches en vue de créer une pilule d’insuline aussi efficace que l’injection ont franchi une nouvelle étape avec la fin des tests sur de petits animaux.

Les derniers résultats d’une étude menée sur des rats montrent que l’insuline délivrée par voie orale a été absorbée sans perte par les bêtes au même titre que l’insuline injectée.

Toute l’insuline était dans le foie, qui est la cible idéale. C’est exactement ce qu’on espérait, affirme le candidat au doctorat Yigong Guo, l’un des chercheurs.

Le directeur du projet, Anubhav Pratap-Singh, explique que l’idée de ces recherches lui est venue de l’état de santé de son père, qui est atteint de diabète de type 2.

Ça fait 15 ans qu’il doit s’injecter de l’insuline, raconte-t-il. L’injection quotidienne cause beaucoup de peine aux patients et à leur famille.

Selon Diabète Canada, la seule façon efficace d’administrer l’insuline actuellement est de l’injecter, ce qui peut, chez certains patients, se traduire par plusieurs injections quotidiennes.

Absorption par la bouche

Les tests réalisés par l’équipe d’Anubhav Pratap-Singh visent à favoriser l’assimilation de l’insuline par les tissus de la bouche, une région qui présente une absorption très similaire à l’injection, selon le chercheur.

Le recours à la région buccale permet de distribuer l’insuline en 40 à 45 minutes à l’aide d’un mécanisme à action lente, ce qui en augmente l’efficacité.

Le chercheur ajoute que la plupart des comprimés d’insuline en cours de développement prévoient une action en 2 à 4 heures, alors que l’insuline injectable fait effet dans un délai de 30 minutes à 2 heures.

Outre son délai d’action, l’insuline en comprimé aurait notamment pour avantage d’être facilement transportable sans avoir besoin d’être réfrigérée, en plus d’éviter tous les inconvénients des injections et des déchets qu’elles produisent.

Maintenant que les travaux sur de petits animaux sont terminés, la prochaine étape de la recherche consiste à tester l’insuline en comprimé sur de plus gros animaux, avant de faire des essais sur des êtres humains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !