•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

43 nouveaux décès recensés à l’ancien pensionnat pour Autochtones du Mohawk Institute

Un ancien pensionnat pour Autochtones sur un terrain boisé.

Le Mohawk Institute de Brantford est devenu le centre culturel Woodland.

Photo : CBC / Sue Reid

Radio-Canada

De nouveaux documents liés à l'ancien pensionnat pour Autochtones du Mohawk Institute, à Brantford, révèlent 43 décès supplémentaires, selon le Secrétariat des survivants des Six Nations.

L’organisme a été créé en 2021 pour coordonner les recherches de tombes non marquées sur le site.

Le nombre total de décès est de 97, selon les documents obtenus jusqu'à présent. Le Centre national pour la vérité et la réconciliation ne répertorie que 48 décès, alors que les mises à jour précédentes du Secrétariat des survivants faisaient état de 54 décès.

Le Mohawk Institute, l'un des pensionnats pour Autochtones les plus anciens au Canada, a ouvert ses portes en 1828 et fermé en 1970. Quelque 15 000 élèves de 20 communautés des Premières Nations ont fréquenté l'école, dont beaucoup ont été maltraités.

L'impact et l'héritage [des pensionnats] se font sentir bien au-delà des frontières des communautés, a déclaré Laura Arndt, la nouvelle directrice générale du Secrétariat des survivants, aux membres de la communauté. Elle a pris la parole lors d'un événement organisé mercredi pour communiquer une mise à jour des recherches.

Laura Arndt, la nouvelle directrice générale du Secrétariat des survivants, devant un micro.

Laura Arndt, la nouvelle directrice générale du Secrétariat des survivants

Photo : Facebook/Secrétariat des survivants

Selon Sherlene Bomberry, une survivante des pensionnats et membre du Secrétariat, les nouveaux documents sont le fruit d'une collaboration avec Know History, une société de recherche historique professionnelle.

Les 97 décès comprennent des personnes mortes des suites d'une maladie ou d'une blessure et celles qui se sont enfuies et sont mortes ailleurs, selon Beth Sollis, chercheuse à Know History. Elle n'a pas indiqué quand les morts auraient pu se produire.

Nous avons également appris que 16 autres enfants, dont les noms ne sont pas connus, sont morts, a-t-elle déclaré. L'objectif est de les identifier et de trouver où ils ont été enterrés.

Plus de 12 000 dossiers trouvés

Sherlene Bomberry a indiqué que le Secrétariat procède à des recoupements de noms pour s'assurer qu'il n'y a pas de doublons.

Elle a également déclaré que le groupe travaillait à un protocole pour informer les familles et les communautés des décès récemment découverts avant de publier les noms en ligne.

Know History et le Secrétariat ont travaillé ensemble pendant neuf mois, ce qui, selon la chercheuse Beth Sollis, a permis d'identifier 4581 enfants qui ont fréquenté l'institut et 725  personnes qui y ont travaillé d'une façon ou d'une autre.

Mme Sollis a également indiqué que l'équipe avait trouvé plus de 12 000 dossiers pertinents pour l'institut dans 23 établissements ou organisations. Plus de 6700 d'entre eux ont été examinés et conservés.

Le secrétariat a obtenu 10,2 millions de dollars du gouvernement fédéral sur trois ans et 1,3 million de dollars du gouvernement provincial – ces deux montants représentent environ un tiers de l'argent dont le groupe dit avoir besoin pour effectuer les recherches.

Les fouilles au sol prendront des années. À ce jour, des recherches ont eu lieu sur environ 1,5 % des quelque 243 hectares de terrain.

Avec les informations de Bobby Hristova (CBC)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !