•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un candidat libéral fait campagne… au Maroc

Photo de campagne de Mustapha Berri.

Reportage de Camille Carpentier sur Mustapha Berri, candidat libéral qui ne pourra pas faire campagne sur le terrain avant le 10 septembre.

Photo : Parti libéral du Québec

Les électeurs qui souhaitent aller à la rencontre du candidat libéral dans la circonscription de Montmorency, à Québec, devront se montrer patients. Retenu au Maroc par des engagements professionnels, Mustapha Berri ne sera pas de retour au Québec avant le 10 septembre, soit près de deux semaines après le déclenchement de la campagne électorale.

En entrevue à Radio-Canada jeudi, l’aspirant-député a expliqué se trouver au pays du couchant lointain dans le cadre d’un projet de formation de la main-d'œuvre destiné aux personnes qui souhaitent immigrer au Québec. Son séjour au Maroc était prévu de longue date.

C'est un projet qu'on avait entamé en 2020 et on a été obligé de mettre sur la glace à cause de la pandémie, a raconté M. Berri.

20 jours pour faire campagne

Le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) assure qu’il aura le temps de faire campagne sur le terrain à son retour au Québec, prévu dans une dizaine de jours.

Rencontrer les gens et les citoyens de mon comté, ça, c'est quelque chose qui est primordial et que je vais faire. J'aurai 20 jours pour le faire. Ce sera un marathon, je le ferai avec plaisir, indique Mustapha Berri.

Mustapha Berri dans un parc.

Mustapha Berri était le candidat du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Drummond aux dernières élections fédérales (archives).

Photo : Gracieuseté de l'équipe du candidat

Le candidat libéral, adepte de la course à pied, fait remarquer que les élections se gagnent bien souvent dans la dernière ligne droite de la campagne, lors du sprint final.

« À mon avis, ça se joue dans les 20 derniers jours. Le début de la campagne, c'est surtout de la préparation [...] À partir du débat des chefs, c'est là que les idées se placent. »

— Une citation de  Mustapha Berri, candidat libéral dans Montmorency

En point de presse jeudi matin, la cheffe libérale, Dominique Anglade a convenu que la situation n’était clairement pas idéale.

Comme Ruth Ellen Brosseau?

Citant le cas de l’ancienne députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau, elle a soutenu qu’un candidat pouvait être élu et obtenir du succès même après avoir été momentanément absent durant une campagne électorale.

Ça pourrait être notre Ruth Ellen Brosseau, a lancé Mme Anglade à la blague. C'est préférable qu'il soit là, mais il y a des précédents qui montrent qu'il peut s'avérer que ce soit de très bons députés.

Dominique Anglade et Marwah Rizqy en point de presse.

Dominique Anglade (à gauche) a commenté jeudi l’absence de son candidat dans Montmorency en marge d’une annonce à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / John Jaramillo

On se rappellera que pendant la campagne électorale fédérale de 2011, Mme Brosseau, candidate dans Berthier–Maskinongé, avait quitté le Canada pendant quelques jours pour des vacances. Elle avait néanmoins été élue.

Un choix unanime

L’équipe des communications du PLQ a mentionné que l’organisation libérale dans Montmorency était au courant que M. Berri serait à l’extérieur de la circonscription durant les premiers jours de la campagne.

Sa sélection comme candidat a été approuvée unanimement par l’association libérale et l’équipe du parti. Il a eu son investiture le 24 août dernier et il est sur le terrain depuis plusieurs semaines déjà. Ses bénévoles sont actuellement actifs sur le terrain d’ailleurs!, a précisé l’attachée de presse Catherine Dostie dans un courriel à Radio-Canada.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Lors des dernières élections fédérales, Mustapha Berri s'était présenté dans la circonscription de Drummond sous la bannière du Parti libéral du Canada.

Il avait terminé la course en deuxième position, derrière le bloquiste Martin Champoux.

Avec la collaboration d’Audrey Paris, Véronique Prince et Camille Carpentier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !