•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation ne sera pas fériée au Manitoba

Des milliers de personnes marchent dans les rues de Winnipeg arborant un chandail orange.

L'automne dernier, des milliers de personnes ont marché de La Fourche jusqu'au centre-ville de Winnipeg pour la première Journée nationale pour la vérité et la réconciliation.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

Le gouvernement progressiste-conservateur du Manitoba compte toujours faire de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation du 30 septembre un jour férié, mais le souhait des autorités ne se réalisera pas cette année.

Le ministre du Travail, Reg Helwer, affirme qu'il est trop tard pour que le changement entre en vigueur dès le mois prochain.

Il serait très irrespectueux pour tout le monde et pour les entreprises d'introduire quelque chose de nouveau à ce stade-ci, a déclaré mercredi Reg Helwer.

Nous avions une législation sur laquelle nous travaillions. Nous avons mené des consultations avec les syndicats et le patronat et nous continuons à consulter les Premières Nations et d'autres groupes . Ça m'a fait comprendre que nous avions besoin de plus de conseils de la part de nombreuses personnes sur la façon dont l'implantation devrait se dérouler.

Le ministre Helwer soutient qu'il faudrait un préavis de 30 jours aux entreprises avant d'imposer le nouveau jour férié.

Aussi connue comme la Journée du chandail orange, cette journée a été instaurée pour commémorer l'expérience vécue par Phyllis Webstad, lors de son premier jour dans un pensionnat pour Autochtones. Ses vêtements offerts par sa grand-mère lui ont été retirés.

Le gouvernement fédéral a fait de cette journée du 30 septembre, un jour férié pour les travailleurs sous réglementation fédérale. L'an dernier était la première année où ce jour férié était tenu.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a aussi décrété en juillet, le jour férié pour la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

La première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, affirmait plus tôt cet été que son gouvernement pourrait faire de même dès cette année.

Or, à moins d'un mois de cette Journée, les organisations sous réglementation provinciale n'ont pas encore été informées si elles doivent accorder un jour férié à leur personnel.

M. Helwer a déclaré que les consultations avec les groupes autochtones sur la façon de marquer la journée se poursuivent.

L'opposition néo-démocrate fait pression pour obtenir un projet de loi visant à promulguer le jour férié depuis plusieurs mois.

La Chambre de commerce de Winnipeg appuie l'idée d'un jour férié. Quelque 70 % des membres qui ont participé à un récent sondage sont favorables à ce changement.

Son président, Loren Remillard, dit comprendre que la province ait besoin de plus de temps afin que le jour férié ne soit pas seulement un congé, mais qu'il soit une occasion de réfléchir à la réconciliation.

Ce n'est pas à nous de dire comment reconnaître au mieux la vérité et la réconciliation. Il s'agit d'un partenariat, mais qui doit être dirigé par les voix et le leadership autochtones.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...