•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle hausse du prix du lait à la ferme dès aujourd’hui

Un fermier verse du lait pour le filtrer dans un bidon

Le coût du carburant a augmenté de 0,28 $ par hectolitre uniformisé, selon la Commission canadienne du lait.

Photo : iStock / sauletas

Le prix du lait versé aux fermiers augmente aujourd'hui de 2,5 % le litre au pays, ce qui aura des répercussions sur les consommateurs canadiens.

La hausse découle d'une décision de la Commission canadienne du lait (CCL), qui a invoqué l'inflation en accordant une hausse de 1,92 $ l’hectolitre pour le prix du lait versé aux fermiers.

Mais cette hausse ne se justifie pas, croit Sylvain Charlebois, directeur du laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire à l’Université Dalhousie.

Il est en entrevue par visioconférence.

Les problèmes d'approvisionnement de denrées alimentaires dans les magasins vont durer pendant plusieurs mois encore, indique Sylvain Charlebois.

Photo : Radio-Canada

Selon les données de la CCL, l’organisme gouvernemental qui réglemente le prix du lait à la ferme, le coût de production d’un hectolitre uniformisé de lait en 2020 était de 85,42 $, soit une augmentation de 2,8 % comparativement à l'année précédente.

Or, la hausse de 2,5 % des prix qui entre en vigueur aujourd'hui est la deuxième augmentation accordée en 2022, après celle de 8,4 % en février.

Sylvain Charlebois estime que la commission pouvait recommander une hausse d'environ 4 %.

Chantal Paul, directrice des services intégrés à la Commission canadienne du lait, précise que les données dont dispose l'organisme ne sont pas actualisées et ne reflètent pas la réalité de l’industrie.

Chantal Paul fixe la caméra.

Chantal Paul, directrice des services intégrés à la Commission canadienne du lait.

Photo : Radio-Canada / capture ecran entrevue GoogleMeets

Entre 2020 et 2022, il s’est passé tant de choses dans le monde entre l’augmentation de l’inflation, la guerre en Ukraine et ses impacts sur le prix des céréales, le prix de l’essence... nous utilisons des données indexées, dit-elle.

« Les données que nous avons utilisées pour l'augmentation de 2022 datent de 2020. »

— Une citation de  Chantal Paul, Directrice des services intégrés à la commission canadienne du lait

Elle soutient que les aliments achetés pour les animaux ont augmenté de 0,76 $ l'hectolitre uniformisé.

Des coûts de production à la hausse

Une vache léchant un veau dans une étable.

Le coût de production par hectolitre normalisé a diminué de 1 % en 2021. Ces données doivent guider la CCL dans ses prochaines décisions.

Photo : Reuters / Christinne Mucci

Les agriculteurs ont toujours demandé plus d'argent. On va toujours dire que ça coûte plus cher d'opérer une ferme, fait remarquer Sylvain Charlebois.

Les producteurs vont dire que la farine animale et l'énergie coûtent plus cher. C’est vrai, mais ce n’est pas vraiment les postes budgétaires les plus importants, soutient-il.

« Quand on regarde les données du gouvernement, opérer une ferme laitière coûte moins cher : la gestion de l’offre au Canada est lourdement capitalisée. Si le coût du capital est moindre, c’est sûr que ça va coûter moins cher. »

— Une citation de  Sylvain Charlebois, directeur du laboratoire des sciences analytiques en agroalimentaire à l’Université Dalhousie

M. Charlebois dit aussi que le coût de la main-d'œuvre pour une ferme laitière est de moins en moins cher. Il y a moins de gens qui travaillent sur des fermes laitières puisqu'on automatise plus. Il y a de plus en plus de fermes où le producteur passe la majorité de son temps dans une salle d’ordinateurs, explique l’expert, qui pense qu’il faut relativiser les choses.

D’après le rapport du CCL en 2019, le coût de production de la main-d'œuvre représentait 20,27 % du coût total de la production de l’hectolitre du lait, contre 20,22 % en 2020. Cependant, les coûts associés à la main-d’œuvre directe sont restés les mêmes, indique le document.

Selon les données de 2021 de la CCL, plusieurs coûts de production du lait ont augmenté. Les aliments achetés pour les animaux ont augmenté de 0,76 $ par hectolitre uniformisé. D’autres coûts en espèces comme les taxes foncières et l’électricité ont connu une hausse d'au moins de 0,50 $ chacun.

« La main-d'œuvre ce n’est pas la partie la plus importante du coût de production. C’est plutôt, par exemple, les aliments pour le bétail et le carburant. »

— Une citation de  Chantal Paul, Directrice des services intégrés à la commission canadienne du lait

Les consommateurs payeront plus

Du lait, du beurre, du fromage, de la crème et du yogourt.

Une autre hausse au détail des produits laitiers de 7 à 8% d’ici décembre n'est pas à exclure, estime M. Charlebois.

Photo : iStock

À la suite de cette augmentation, les prix de plusieurs produits laitiers ont augmenté de 15 à 20 % à travers au pays, dit le directeur du laboratoire des sciences analytique en agroalimentaire de l’Université Dalhousie.

On s'attend à des hausses pour ce qui est du prix du lait liquide, du fromage, du yogourt et du beurre , note M. Charlebois.

Il ajoute que le prix du beurre a augmenté d’à peu près 20 % en moyenne à travers le Canada.

D'après Chantal Paul et Sylvain Charlebois, une autre hausse de prix du lait à la ferme ne pourra intervenir avant le 1er février 2023.

La hausse du prix, un danger pour l’industrie laitière

Sylvain Charlebois pense que les augmentations du prix du lait pourraient mettre en danger l’industrie. On risque de voir la disparition de plus de fermes laitières au Canada, dit-il.

Il prend pour exemple la multiplication des initiatives de substitution des produits laitiers parce qu'ils coûtent trop cher.

Depuis cette année, les produits alternatifs à base d’avoine et de soya sont devenus moins chers. Et les produits laitiers deviennent de plus en plus des produits de luxe, conclut M. Charlebois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !