•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La camionnette de Transglobal repêchée de l’océan Arctique, au Nunavut

Un camion est attaché par un câble et soulevé de terre à partir de la rive de l'océan Arctique en août 2022.

La F-150, qui a coulé dans l'océan Arctique en mars 2022, est tirée par un câble relié à un hélicoptère près de Taloyoak, au Nunavut, le 27 août 2022.

Photo : Fournie par Andrew Comrie-Picard

Radio-Canada

Une camionnette qui a coulé dans l’océan Arctique lors d’une expédition au Nunavut a été repêchée samedi, ce qui met fin à la controverse qu'elle avait provoquée.

L’opération d’extirpation de la Ford-150, qui a coulé près de Taloyoak, a duré cinq jours et a nécessité la collaboration d’une équipe spécialisée de récupération sous-marine.

Une personne est debout dans un bateau de style zodiac et un plongeur est penché sur le rebord du bateau au Nunavut en août 2022.

Un plongeur spécialiste en récupération sous-marine prend part à l'opération de sauvetage du camion F-150 de l'expédition Transglobal qui a coulé dans l'océan Arctique en mars 2022.

Photo : Fournie par Max Badulin

Brandon Langdon, de Cambridge Bay, avait pris part au voyage terrestre de la Transglobal Car Expedition en mars. Il était à bord de la camionnette lorsqu’elle a coulé près des îles Tasmania, situées à 240 kilomètres au nord-ouest de Taloyoak.

Il a de nouveau été sollicité pour participer à l’opération de repêchage du véhicule.

« Je me sens en paix maintenant que tout est terminé. Nous n’avons plus à nous soucier des effets environnementaux. Tout a été nettoyé. »

— Une citation de  Brandon Langdon, membre de la Transglobal Car Expedition

Une opération de repêchage délicate

Des mois de préparation ont été nécessaires pour ce plan de sauvetage.

Une équipe de plongeurs islandais, spécialisée en récupération sous-marine, ainsi que deux surveillants d’ours et deux caméramans subaquatiques du Nunavut, ont pris part à la manœuvre. Un hélicoptère Airbus en provenance de Kamloops, en Colombie-Britannique, a été déployé pour soulever le véhicule et le transporter jusqu'à Gjoa Haven, au Nunavut.

Un camion est soulevé par un câble attaché à un hélicoptère au-dessus de l'océan Arctique en août 2022.

Le déploiement de l'opération de repêchage du camion de Transglobal Car Expedition a été complexe et s'est échelonné sur cinq jours.

Photo : Fournie par Andrew Comrie-Picard

Andrew Comrie-Picard, membre de l’expédition, est également retourné sur place pour participer aux travaux de repêchage. Il raconte que tout s’est déroulé sans encombre.

« J’étais en larmes quand la camionnette est sortie des eaux. Plusieurs d’entre nous étaient émus, Cela nous a demandé un effort incroyable. »

— Une citation de  Andrew Comrie-Picard, membre de l'expédition

Peu d’impact environnemental, selon Transglobal

Selon Andrew Comrie-Picard, une petite quantité de liquide se serait échappée de l’essieu et de la boîte de transfert, mais le réservoir d’essence, les bidons d’huile à moteur, le réservoir de liquide réfrigérant et la batterie du véhicule étaient tous intacts.

Ce sont de bonnes nouvelles. C’était important pour nous de laisser l’environnement dans le même état, explique-t-il.

Un groupe de quatre personnes se trouvent à côté d'un camion au capot ouvert et à moitié dans l'eau, moitié sur la rive, en août 2022 au Nunavut.

La camionnette F-150 de Transglobal Car Expedition est extirpée de l'océan Arctique dans la région de Taloyoak, au Nunavut, le 27 août 2022, après cinq jours d'opération de sauvetage.

Photo : Fournie par Andrew Comrie-Picard

L’Association des trappeurs et chasseurs de Spence Bay, à Taloyoak, au Nunavut, avait exprimé des craintes en avril, car le véhicule avait coulé dans un passage de migration fréquenté par les bélugas, les narvals, les phoques les morses et les ombles chevaliers.

Le directeur de l’association, Jimmy Oleekatalik, est satisfait du déroulement de l'opération.

« Je me sens beaucoup mieux maintenant que le camion est hors de l’eau. Il faut que nos eaux soient le plus propres possible pour les morses et les ours polaires. »

— Une citation de  Jimmy Oleekatalik, directeur de l’Association des trappeurs et chasseurs de Spence Bay

Une excursion qui avait soulevé la controverse

L’excursion, composée de 16 membres en provenance de Russie, d’Ukraine, des États-Unis, du Canada et d'Islande, avait quitté Yellowknife à destination de Resolute Bay en mars dernier à bord d’un convoi de sept véhicules.

La Transglobal Car Expedition devait être la première excursion à bord de véhicules à se diriger du plateau continental de l’Amérique du Nord vers le Haut-Arctique. Une controverse était née avant même leur départ de la capitale ténoise, car l'équipe avait atterri à Yellowknife avec deux civils russes à bord, enfreignant les restrictions imposées par le Canada en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Avec des informations de Liny Lamberink

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...