•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yannick Gagnon promet que la rénovation de l’urgence de Jonquière se concrétisera

Yannick Gagnon pose devant une affiche de Radio-Canada.

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Jonquière, Yannick Gagnon

Photo : Radio-Canada / Samuel Desbiens

Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) Yannick Gagnon promet que le projet d’agrandissement et de rénovation de l’urgence de Jonquière se concrétisera avant 2025 s’il remporte l’élection provinciale du 3 octobre.

Le projet de 50 millions de dollars déjà annoncé par le gouvernement, puis repoussé, est ciblé par le candidat jonquiérois comme une priorité. Il affirme avoir parlé au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, à deux reprises et soutient avoir obtenu l’assurance que l’urgence sera rénovée.

Le projet est passé à la phase de conception en juillet 2021.

Le projet n’est plus dans les cartons, il est sur la table à dessin du ministère. L’agrandissement de l’urgence de Jonquière est une priorité pour le ministère. J’en ai eu la confirmation dimanche , a assuré Yannick Gagnon, qui ne peut toutefois fournir d’échéancier précis.

Yannick Gagnon accordait une entrevue à l'émission Place publique mardi. Les 25 candidats du Saguenay-Lac-Saint-Jean des cinq partis principaux y seront tous reçus à tour de rôle.

Une marque de confiance

Dimanche, le premier ministre François Legault était de passage dans la région pour déclencher les élections dans la circonscription lorgnée par Yannick Gagnon. Christian Dubé était aussi présent. Cette circonscription est détenue depuis 2007 par le péquiste Sylvain Gaudreault, qui a annoncé son retrait de la vie politique.

Selon Yannick Gagnon, le lancement officiel de la campagne par le premier ministre sortant en plein coeur de son bastion démontre toute la confiance que lui voue le chef.

Une petite coalition régionale

Son adversaire du Parti québécois, Caroline Dubé, s’est inquiétée, lundi, des conséquences que pourrait avoir le déferlement d’une vague caquiste sur les cinq circonscriptions de la région. Elle croit qu’il est nécessaire que le Saguenay-Lac-Saint-Jean ait au moins un député d’opposition pour porter la voix des citoyens.

À cela, le porte-étendard caquiste répond qu’à l’intérieur de la CAQ, il peut y avoir une petite coalition régionale .

François Legault prononce son discours devant ses militants.

François Legault a prononcé son discours devant ses militants.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Moi, je propose aux gens de Jonquière de se joindre aux quatre autres candidats. L’important est de faire des séances de travail, de travailler ensemble les enjeux et à l’intérieur même de la Coalition avenir Québec, d’être tous ensemble d’une même voix pour travailler pour notre Saguenay-Lac-Saint-Jean , a déclaré le candidat, qui dirigeait jusqu’à tout récemment le Patro de Jonquière.

Yannick Gagnon a bien l’intention de prendre sa place s’il est élu.

« Je suis quelqu’un qui est habité par le développement de sa communauté. C’est sûr que si je me lance en politique, il y a encore le mot Jonquière pour lequel j’ai un amour profond. Ce que j’ai fait au Patro, je veux le faire dans une autre sphère. Je veux apporter mon bagage et ma personnalité. Je ne veux pas être éteint et je suis loin de l’être.  »

— Une citation de  Yannick Gagnon, candidat de la Coalition avenir Québec, Jonquière

Priorités

La création d’un bouclier anti-inflation proposé par François Legault est une proposition qu’entend défendre Yannick Gagnon bec et ongles, lui qui a travaillé pendant deux décennies auprès des personnes vulnérables.

Il s’engage également à protéger le lac Kénogami par l’entremise du Fonds bleu annoncé par le leader de la CAQ. L’accès à la nature demeure, pour Yannick Gagnon, un enjeu incontournable.

Avec Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !