•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Biden en Pennsylvanie pour parler de sécurité et d’armes à feu

Le président Joe Biden de profil.

Pour le président Joe Biden, il s'agit du premier de trois déplacements dans cet État clé aux prochaines élections législatives.

Photo : Getty Images / Pool

Agence France-Presse

Joe Biden se rend mardi en Pennsylvanie pour parler insécurité et armes à feu, le premier de trois déplacements dans cet État clé des prochaines élections législatives, également dans le viseur de son prédécesseur Donald Trump.

Le président américain a notamment promis jeudi un grand discours sur la nécessité de sauver l'âme de l'Amérique, qu'il prononcera à Philadelphie, ville de Pennsylvanie considérée comme le berceau de la nation américaine.

Mardi, c'est dans la localité plus modeste de Wilkes-Barre qu'il se rend, dans une sorte de retour aux sources, puisque le démocrate de 79 ans est né dans la ville toute proche de Scranton.

Le président veut marteler à la fois un message de fermeté face à la criminalité, et promettre de nouvelles réformes pour encadrer les armes à feu, alors que les fusillades ne cessent d'endeuiller le pays.

En matière de sécurité publique, la réponse n'est pas de réduire, mais d'augmenter le budget de la police, a dit lundi sa porte-parole Karine Jean-Pierre, faisant valoir que Joe Biden avait fait voter un plan de relance permettant entre autres aux collectivités locales de financer les forces de l'ordre.

Elle a noté, en réponse aux républicains qui taxent volontiers les démocrates de laxisme en matière sécuritaire, que ces derniers n'avaient pas voté au Congrès en faveur de ces investissements.

Karine Jean-Pierre s'adresse aux journalistes.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre.

Photo : AP / Susan Walsh

Le président, qui a signé récemment la première réforme depuis des décennies sur la possession des armes à feu, a par ailleurs fait savoir qu'il voulait aller plus loin que ce texte à la portée limitée.

Nous devons agir pour interdire les fusils d'assaut, a ainsi martelé Karine Jean-Pierre.

Une manière de mobiliser l'électorat dans cet État clé avant les élections de mi-mandat de novembre, traditionnellement difficiles pour le parti installé à la Maison-Blanche, mais que Joe Biden et les démocrates abordent avec un regain d'optimisme.

Fort d'intentions de vote en hausse pour son parti, le président démocrate a ainsi prévu de se rendre trois fois en une semaine (mardi, jeudi, puis lundi prochain) en Pennsylvanie, où pourrait se jouer le contrôle du Sénat, la chambre haute du Congrès. Les démocrates y ont jusqu'ici une précaire majorité.

L'élection sénatoriale dans cet État de l'Est oppose le démocrate John Fetterman, un colosse chauve invariablement vêtu d'un pull à capuche sombre et de shorts, ancien maire d'une ville malmenée par la désindustrialisation, au républicain Mehmet Oz, un médecin devenu vedette du petit écran, adoubé par Donald Trump.

L'ancien président républicain est d'ailleurs attendu le 3 septembre, également à Wilkes-Barre, pour soutenir son candidat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !