•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix policiers supplémentaires quittent les rangs du SPVM

Un policier portant un écusson du SPVM.

Sept agents de poste de quartier ont décidé de quitter les rangs du SPVM, portant le nombre de démission à 49 en date du 30 août.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

L'hémorragie des vagues de départs au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne semble pas réglée. Radio-Canada a appris que dix policiers de plus ont annoncé à leur employeur lors de la dernière semaine qu'ils quittaient les rangs volontairement.

De ces dix policiers d'expérience, trois seulement mettent fin à leur carrière en raison d'une retraite ou d'une préretraite.

Dans la foulée des investissements annoncés par la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, il appert que sept policiers qui avaient au moins une dizaine d'années de service ont décidé qu'ils ne faisaient plus partie de la solution pour stabiliser les effectifs au sein du SPVM.

Ces policiers travaillaient dans les postes de quartier 1, 3, 7, 21, 26, 30, et 49. Ils avaient en commun d'être tous des agents de poste de quartier, exactement le profil de policier que la Ville de Montréal cherche désespérément à recruter.

Pour faire face à une situation grave comme le problème de la violence armée, le désengagement des troupes, la rétention du personnel et le recrutement de nouveaux policiers, il faut régler rapidement le dossier du prochain directeur. Ça devrait déjà être fait, analyse André Durocher, inspecteur à la retraite du SPVM.

« Le fait d'avoir une personne par intérim à la tête de la police de Montréal (là temporairement), des montants d'argent du gouvernement, sans avoir de direction précise pour ne pas s'ingérer dans l'administration du prochain directeur, donne l'impression d'une absence de leadership pour les troupes. »

— Une citation de  André Durocher, inspecteur à la retraite du SPVM

La directrice intérimaire de la police de Montréal, Sophie Roy, a mentionné au cours de la fin de semaine dernière que tous les policiers actifs qui remettent leur démission seront invités à expliquer les raisons de leur départ. Le SPVM souhaite connaître les raisons de leur départ pour apporter des changements afin de mieux motiver les effectifs policiers à rester à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !