•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Canadienne devient la femme la plus âgée à atteindre le sommet du K2 au Pakistan

Liliya Ianovskaia tenant un drapeau national biélorusse au sommet du K2, au Pakistan.

La Canadienne d'origine biélorusse Liliya Ianovskaia tient un drapeau biélorusse au sommet du K2, au Pakistan.

Photo : Liliya Ianovskaia

Radio-Canada

Une résidente d’Oakville, en Ontario, est devenue la femme la plus âgée à gravir le deuxième sommet du monde à l’âge de 62 ans, après avoir commencé l’alpinisme à 50 ans.

Liliya Ianovskaia a non seulement réussi à atteindre le sommet du mont Everest au Népal, mais a également escaladé deux autres montagnes de plus de 8000 mètres quelques semaines plus tard.

Le camp de base du mont Everest.

Le camp de base du mont Everest

Photo : Dasha Ianovskaia

Bien que le mont Everest soit le plus haut sommet du monde, à 8849 mètres, le K2, au Pakistan, deuxième sommet de la planète, est connu pour être l’un des plus dangereux et difficiles en raison des avalanches, des pentes raides et du temps imprévisible.

Mme Ianovskaia indique que cela ne l’a pas arrêtée, pas plus que son âge.

Je ne vois pas vraiment de limites imposées par l’âge, je me sens forte et j’ai été capable de rêver en grand, dit-elle.

« Je pense que l’âge n’est pas une limite, c’est juste un chiffre. »

— Une citation de  Liliya Ianovskaia, alpiniste canadienne de 62 ans
Liliya Ianovskaia sur une échelle lors de la traversée de la cascade de glace du Khumbu au mont Everest.

Liliya Ianovskaia sur une échelle lors de la traversée de la cascade de glace du Khumbu au mont Everest en mai, la partie la plus dangereuse de l'ascension.

Photo : Dasha Ianovskaia

Le 22 juillet, Mme Ianovskaia et sa fille cadette Dasha ont escaladé la montagne de 8611 mètres dans la chaîne du Karakoram, dans le nord du Pakistan.

L’ascension du K2 a été extraordinaire. J’ai toujours voulu aller au Pakistan. Pendant des années, j’y ai pensé, mais je me disais que c’était trop difficile et compliqué. Mais tout est possible! lance-t-elle.

Liliya Ianovskaia est la femme la plus âgée à avoir gravi le K2 et la première Canadienne à avoir atteint le sommet de la montagne, selon le chercheur Eberhard Jurgalski, qui est basé en Allemagne et qui étudie avec son équipe les montagnes de plus de 8000 mètres.

Le 8 août, Mme Ianovskaia s’est attaquée à son cinquième sommet de plus de 8000 mètres, le Gasherbrum II, situé dans la même région que le K2. Il s'agit du 13e sommet du monde, à 8035 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Dasha Ianovskaia et sa mère, Liliya Ianovskaia.

Dasha Ianovskaia et sa mère, Liliya Ianovskaia

Photo : CBC/Laura Pedersen

Inspirée par la plus jeune de ses trois filles, Dasha, elle s’était fixé, le jour de son 50e anniversaire, une liste d’objectifs à réaliser en un an. Non seulement a-t-elle atteint son objectif initial de courir un marathon, mais elle en a couru trois en l’espace de six semaines.

En 2009, elle a également escaladé avec sa fille le mont Kilimandjaro, un volcan dormant de 5895 mètres situé en Tanzanie.

C’était le début de tout. Après cela, j’ai compris que je pouvais vraiment me dépasser, explique Liliya Ianovskaia.

Depuis 2019, l’Ontarienne a gravi au total 5 des 14 montagnes de plus de 8000 mètres : le Cho Oyu, le Manaslu, l'Everest, le K2 et le Gasherbrum II.

C’est Dasha Ianovskaia qui a inspiré sa mère à se lancer dans l'alpinisme à l’âge de 50 ans.

Si quelqu’un m’avait dit à l’époque que nous allions escalader l’Everest ensemble, j’aurais pensé qu’il était fou, constate Dasha.

Dasha Ianovskaia et sa mère, Liliya Ianovskaia.

Dasha Ianovskaia et sa mère, Liliya Ianovskaia

Photo : Dasha Ianovskaia

La glace en mouvement, les crevasses profondes et les chutes de glace fréquentes sont les aspects les plus dangereux de l’ascension de l’Everest, ajoute-t-elle.

Cela n’a pas empêché le duo mère-fille de persévérer.

« Partager ce moment au sommet du monde, c'était magique. Nous sommes de petites personnes, mais, à ce moment-là, nous étions devenues les plus grandes personnes. »

— Une citation de  Dasha Ianovskaia

Liliya Ianovskaia indique que l’équipe a mis six semaines à s’acclimater à l’altitude avant de tenter d’atteindre le sommet le 14 mai. Elle ajoute que les alpinistes ont dû continuer à monter et descendre pendant des semaines, puis ont pris cinq jours de repos avant le jour officiel du sommet.

L’Ontarienne d’Oakville prévoit retourner au Népal au printemps prochain pour rayer de sa liste les troisième et quatrième montagnes du monde : le Kangchenjunga et le Lhotse.

Elle dit ne s’être jamais sentie aussi motivée de toute sa vie.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !