•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault lance sa campagne « sans rien prendre pour acquis »

« S'il y a une chose que la pandémie m'a montrée, c'est à avoir beaucoup d'humilité. »

François Legault livrant un discours sur une scène extérieure, devant une affichette sur laquelle est inscrit le slogan : « Continuons ».

« Je ne suis pas parfait, a déclaré M. Legault dimanche. Des fois, je me trompe et quand ça arrive, l’important, c’est de ne pas s’obstiner par orgueil. Il faut avoir l’humilité d’admettre nos erreurs et de s’ajuster. »

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

C'est au pied de la magnifique chute Montmorency que le chef caquiste et premier ministre sortant, François Legault, a officiellement lancé sa campagne électorale dimanche avant-midi, dans la Capitale-Nationale, demandant aux Québécois de le reporter au pouvoir le 3 octobre prochain.

Malgré sa position plus que favorable dans les sondages, M. Legault a d'entrée de jeu rappelé qu'il ne [tenait] rien pour acquis. S'il y a une chose que j'ai apprise en politique, c'est que la confiance se mérite chaque jour, a-t-il déclaré. Et une chose que la pandémie m'a montrée, c'est d'avoir beaucoup d'humilité.

Il ne faut pas briser cet élan-là, j'ai besoin de vous autres. C'est pour ça que je vous demande un mandat pour continuer. Continuons!, a lancé M. Legault, reprenant le slogan de son parti pour la campagne de cette année.

Dans son discours, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a notamment parlé d'économie, de santé et d'identité, accusant certaines oppositions de vouloir charcuter la Loi sur la laïcité de l'État (loi 21) et la Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français (loi 96).

Il a aussi promis que son parti procédera à des annonces économiques en lien avec l'inflation au cours des prochains jours.

François Legault et quelques dizaines de candidats devant la chute Montmorency.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

François Legault a évité de nommer son adversaire Dominique Anglade dimanche, expliquant ne pas vouloir « personnaliser » le débat inutilement.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Pris à partie plus tôt dans la matinée par la cheffe libérale Dominique Anglade, qui l'a accusé de ne pas prendre la pénurie de main-d'œuvre au sérieux, M. Legault a répliqué que le bas taux de chômage, la croissance des salaires et la réduction de l'écart de richesse avec l'Ontario sont tout de même de bonnes nouvelles.

« Depuis quatre ans, l'écart de richesse Québec-Ontario est passé de 16 % [...] à 13 % aujourd'hui. C'est mathématique : ça veut dire que la croissance a été meilleure qu'en Ontario. Donc, comment cette madame peut-elle dire que l'économie du Québec ne va pas bien? On n'a jamais vu ça, avec les libéraux, dépasser l'Ontario. »

— Une citation de  François Legault, chef de la CAQ

En ce qui a trait à la violence armée qui fait des ravages depuis quelque temps dans le Grand Montréal, M. Legault a promis de faire le suivi avec la mairesse Valérie Plante afin de s’assurer que les 250 millions de dollars octroyés à la Ville de Montréal serviront bel et bien à embaucher des policiers.

Et en ce qui concerne le pont de Québec, le chef caquiste a assuré que le chiffre de 4 millions de dollars par année, qui ferait bloquer l’entente, n’est pas le bon. Il demande au gouvernement fédéral de prendre ses responsabilités.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

En évoquant certaines oppositions et cette madame pour faire référence à Dominique Anglade, M. Legault a soigneusement évité, dimanche, de nommer ses adversaires politiques. Interrogé sur les raisons le poussant à agir ainsi, le chef caquiste a expliqué ne pas vouloir personnaliser le débat.

Son commentaire au sujet de la cheffe libérale, cela dit, a piqué au vif la principale intéressée. Mon nom est Dominique, a répliqué Mme Anglade, sur Twitter.

En mêlée de presse, un peu plus tard, la cheffe libérale a invité son vis-à-vis caquiste à élever le débat. Ce sont des commentaires qui n'ont pas leur place, tout simplement, a-t-elle estimé, soulignant qu'il s'agissait du jour 1 de la campagne.

J'invite M. Legault à élever le débat, a déclaré Mme Anglade. Et élever le débat, ça veut dire que tu appelles quelqu'un par son nom.

Le chef caquiste François Legault est critiqué pour avoir parlé de son adversaire Dominique Anglade comme de « cette madame ». Les Mordus de campagne analysent ce qui pourrait être une erreur de ton, et la cheffe libérale répond à des questions à ce sujet.

Plus tôt en matinée, M. Legault s'était rendu chez le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon, pour lui demander de dissoudre l'Assemblée nationale et de déclencher des élections.

Questionné par les journalistes à sa sortie du parlement, peu avant 9 h 30, il avait déclaré que son objectif était de faire élire 63 députés, donc d'obtenir une majorité simple, sans évoquer, comme il l'avait déjà fait par le passé, son désir d'obtenir une majorité forte.

Une fois arrivé chez le lieutenant-gouverneur, le chef caquiste avait indiqué que ses cinq priorités de campagne seraient l'économie, l'éducation, l'environnement, la santé et l'identité, entre autres défendre notre langue.

Le texte est écrit sur un bandeau montrant le visage du premier ministre François Legault et menant à un dossier sur son bilan.

La CAQ avait fait élire 74 députés en 2018. Elle en avait 76 à la dissolution du Parlement. Il faut faire élire au moins 63 députés pour obtenir la majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

Le parti de François Legault tentera cette année d'obtenir un second mandat consécutif. Il fera campagne sous le slogan Continuons.

Ses 125 candidats sont choisis. La dernière annonce a eu lieu samedi. La CAQ a annoncé que l'ex-ministre Marie-Eve Proulx, qui a annoncé tardivement qu'elle ne serait pas sur les rangs cette année, serait remplacée par Mathieu Rivest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !