•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête sur la tuerie en Nouvelle-Écosse : un rapport en retard de 5 mois

Le rapport final attendu avant novembre ne verra finalement pas le jour avant le printemps 2023.

Les trois commissaires assis côte à côte à une table ronde, avec d'autres personnes vues de dos, assises face à eux.

La commissaire Leanne Fitch (gauche), le commissaire en chef Michael MacDonald (centre) et la commissaire Kim Stanton (droite) lors de la Commission des pertes massives, le 1er juin 2022 à Truro en Nouvelle-Écosse

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Les responsables de l’enquête publique qui porte sur la tuerie de masse d’avril 2020 en Nouvelle-Écosse remettront leur rapport final plus tard que prévu.

La Commission des pertes massives a indiqué vendredi qu’il lui faudra cinq mois de plus pour achever ce travail.

Le rapport, auparavant prévu pour le 1er novembre de cette année, est à présent attendu le 31 mars 2023.

Le gouvernement fédéral et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse ont autorisé ce délai, disent les responsables de la commission.

Montage photographique des 22 personnes.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les 22 victimes du 18 et 19 avril 2020 en Nouvelle-Écosse. Première rangée : Gina Goulet, Dawn Gulenchyn, Jolene Oliver, Frank Gulenchyn, Sean McLeod et Alanna Jenkins. Deuxième rangée : John Zahl, Lisa McCully, Joey Webber, Heidi Stevenson, Heather O'Brien et Jamie Blair. Troisième rangée : Kristen Beaton, Lillian Campbell, Joanne Thomas, Peter Bond, Tom Bagley et Greg Blair. Rangée inférieure : Emily Tuck, Joy Bond, Corrie Ellison et Aaron Tuck.

Photo : Radio-Canada

Cette enquête publique se déroule depuis plusieurs mois. En mai dernier, on indiquait que la Commission des pertes massives avait coûté 25,6 millions de dollars entre l’annonce de sa création, en octobre 2020, et le 31 mars de cette année.

La troisième et dernière phase de cette enquête doit débuter la semaine prochaine.

L’exercice vise à étudier les circonstances ayant mené à la tuerie qui a fait 22 morts les 18 et 19 avril 2020 à Portapique et dans d'autres collectivités de la Nouvelle-Écosse, ainsi qu’à comprendre pourquoi les forces policières ont mis 13 heures à intercepter le suspect, qui a continué à commettre des meurtres pendant ce temps.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...