•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la recherche du Québec : sur la route avec Steinbeck

Du lancement de la campagne électorale au scrutin du 3 octobre, la journaliste Émilie Dubreuil et le photographe Ivanoh Demers sillonneront les routes du Québec afin de recueillir les rêves, les aspirations, les désespérances de ses habitants. Ce texte est le premier de la série À la recherche du Québec.

les deux complices sont accoudés sur leur auto, le ont Jacques-Cartier en arrière-plan sur ciel de gris

Émilie Dubreuil et Ivanoh Demers au moment de leur départ, à la recherche du Québec

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

MONTRÉAL (le départ) - Je me revois dans ma classe de secondaire 3. En arrière de la classe. J’étais toujours assise en arrière, à l’école. Parce que j’étais toujours la plus grande. Et j’étais irrémédiablement dans la lune, plus attirée par l’horizon que promettait la grande fenêtre que par ce qui se passait au tableau, où madame Guertin nous faisait répéter les irregular verbs.

Dans mon souvenir, l’enseignante d’anglais ne m’appréciait guère. Et pourtant, je pense à elle, plus de trente ans plus tard, avec beaucoup de tendresse.

Les pédagogues plantent le plus souvent des graines qu’ils ne verront pas grandir. Alors qu'en cette rentrée scolaire on peine à recruter des enseignants, j’ai envie de lui lever mon chapeau avec un peu de retard. Madame Guertin, vous m’avez fait le cadeau de la littérature en nous imposant la lecture d’un livre de John Steinbeck. À l’époque, j’ai rouspété, je me suis moquée, mais trente ans plus tard, je relis toujours ce livre avec plaisir.

En 1960, l’auteur des livres Des souris et des hommes et Les raisins de la colère décide de prendre la route à la recherche de l’Amérique avec son chien Charlie. 1960, c’est l’élection de Kennedy contre Richard Nixon. Kennedy l’emporte avec une faible avance de 112 827 voix (soit 0,17 %) sur son adversaire, alors que Nixon remportait la majorité des États (26 contre 23 pour Kennedy).

Steinbeck voulait comprendre, et il a pris la route. Le prétexte était l’élection, la quête était plus profonde. Il voulait partir à la recherche de son pays, de son âme. Comprendre la politique sans en parler nécessairement. Écouter des gens, au hasard de sa route, lui raconter leurs joies, leurs peines, leurs désirs, leurs résignations.

Que je rassure tout de suite les lecteurs. Je ne me prends pas pour Steinbeck, loin de moi l’idée. Les géants, il faut les fréquenter humblement. Mais lorsque mon rédacteur en chef m’a demandé, au printemps, alors que je regardais par la fenêtre de la nouvelle maison de Radio-Canada – on ne se refait pas – quelle idée j’avais à proposer pour la campagne électorale, mon cerveau m’a ramenée en secondaire 3 et à madame Guertin et son cours sur Steinbeck. J’ai répondu : Je veux partir à la recherche du Québec.

En ce début de campagne automnale, la CAQ part avec une énorme longueur d'avance dans les sondages, mais le Québec n'a-t-il pas transformé plus d’une fois des scrutins en boîtes à surprises? Surtout qu'il y a des données inconnues : la performance du PQ, celle du Parti libéral, de Québec solidaire, et de ce nouveau venu qu'est le parti conservateur d'Éric Duhaime.

Mais ce qui me turlupine, c’est une question beaucoup plus difficile. Qui sommes-nous? Sur quelle route sommes-nous engagés, quelle route voulons-nous prendre? Au rond-point, veut-on tourner à droite ou à gauche?

Mes patrons m’ont dit : OK. Vas-y. Prends la route! Raconte-nous. Ils ont même accepté que mon fidèle complice Ivanoh Demers, un photographe de grand talent, m’accompagne. Au Québec, tout commence par un Q pis finit par un bec, chantait Robert Charlebois sur un texte de Pierre Bourgeault. Mais encore? Ivanoh et moi, partons en quête, même si nous savons d’avance qu’elle sera incomplète, voire bancale. Le Québec, c’est tellement grand, c’est tellement plein d’horizons, c’est comme regarder par la fenêtre.

J’ai acheté une jolie carte plastifiée dans une boutique de la rue Ontario. Une vraie carte. Mes jeunes collègues se sont un peu foutus de ma gueule. Tu sais que tu peux voir ça sur Google? Oui, mais ce n'est pas pareil. C’est la différence entre chatter et se parler, écouter, se rencontrer. Un truc tellement passé de mode.

Ivanoh et moi, on est un peu ringards dans ce sens-là. On aime les cartes, on aime les gens. On a envie de vous voir en vrai, de vous entendre raconter le Québec, votre Québec. De vous tirer le portrait, avec votre plus beau sourire, et de respecter vos larmes quand il y en aura, écouter vos lassitudes, vos indifférences et vos passions, voir vos horizons par la fenêtre, que vous soyez riches ou que vous tiriez le diable par la queue, que vous parliez anglais, français, innu, atikamekw, espagnol ou créole, etc.

Vous pouvez m’écrire et nous inviter à boire un café. Je vous garantis de vous lire. Tous. On prend la route là, là. On est fébrile. On a une glacière et des livres sur le Québec, et bien sûr le vieux bouquin écorné de Steinbeck, dans le fond de mon sac, puis des bottes de pluie, des chandails chauds et des camisoles. L’automne au Québec peut être caniculaire ou frisquet.

Je sais déjà que nous n’irons pas partout. Nous avons jusqu’au 3 octobre et le Québec est vaste. J’ai le vertige en mettant des petits points collants sur la carte pour planifier l’itinéraire. Nous parlerons à quelques dizaines de personnes, peut-être jusqu'à une centaine. Or, en 2022, on compte 8 639 642 personnes vivant au Québec.

PS : Au départ, je voulais partir avec Pamphile, mon gros berger anglais, comme Steinbeck en 1960 avec son Charlie. Mais voyager avec un chien, c’est compliqué. Il est chez ma mère et on a d’autres chats à fouetter. Je l’amènerai vous rencontrer quand nous serons plus proches de Montréal.

À bientôt. Bonne campagne.

Émilie et Ivanoh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...