•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Perquisition chez Trump : un document judiciaire clé sera publié, mais caviardé

Donald Trump levant son poing.

Une vingtaine de cartons ont été saisis en août chez Donald Trump avec des documents classés.

Photo : AP / Julia Nikhinson

Agence France-Presse

Un juge américain a ordonné jeudi la publication d'un document judiciaire exposant les motifs de la récente perquisition de la police fédérale (FBI) au domicile en Floride de l'ancien président Donald Trump, tout en acceptant que le texte soit copieusement caviardé.

Le document, censé détailler les raisons qui ont poussé le département de la Justice à enquêter et qui pourrait révéler l'identité de certains acteurs du dossier, doit être rendu public d'ici vendredi midi, a décidé le juge fédéral Bruce Reinhart.

Mais la plupart de ces éléments resteront probablement secrets, M. Reinhart ayant accepté la demande du département de la Justice, qui arguait d'un besoin impérieux de caviarder d'importantes parties du document dans l'intérêt des investigations.

Lundi, Bruce Reinhart avait ordonné que ce compte rendu soit au moins partiellement publié, citant l'intérêt du public pour la perquisition du domicile d'un ancien président américain, sans précédent.

Les autorités s'étaient opposées à sa publication, disant qu'elle nécessiterait un caviardage si important que le reste du texte divulgué serait dépourvu de tout contenu significatif.

La résidence de Donald Trump en Floride.

La résidence de l'ancien président américain Donald Trump, Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride

Photo : afp via getty images / GIORGIO VIERA

Le 8 août, le FBI avait perquisitionné la résidence de Donald Trump en Floride, Mar-a-Lago, saisissant des cartons de documents confidentiels que le républicain n'avait pas rendus aux pouvoirs publics, malgré de multiples demandes.

Donald Trump, qui flirte avec l'idée d'une candidature à l'élection présidentielle de 2024, n'a pas de mots assez forts pour dénoncer cette perquisition, qu'il voit comme l'illustration d'une chasse aux sorcières le visant.

Jeudi, le magnat a de nouveau clamé son innocence sur son réseau Truth Social, accusant les procureurs démocrates de la gauche radicale d'avoir illégalement perquisitionné [sa] maison.

Ils ont même forcé mon coffre-fort, un acte inqualifiable!, s'est-il indigné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !