•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’exploration minière a laissé ses traces dans Crowsnest Pass, qui nettoiera?

Les conséquences des travaux d'exploration de charbon au-dessus de Crowsnest Pass, photographié par un drone.

Les conséquences des travaux d'exploration de charbon au-dessus de Crowsnest Pass, photographié par un drone.

Photo : Locke Stock Creative

Radio-Canada

Plusieurs entreprises d’exploitation de charbon ont repris leurs activités d’exploration pendant quelques mois avant que le gouvernement albertain ne revienne sur sa décision de les autoriser en février 2021. Leurs intentions et leurs situations financières étant peu connues, des questions demeurent à savoir qui se chargera de la restauration des terres.

En 2020, la province a aboli une politique de 1976 qui limitait l'exploitation du charbon en Alberta. Cela a temporairement ravivé la flamme de l'industrie du charbon dans la municipalité de Crowsnest Pass, le long de la route 3 dans le sud-ouest de la province.

Quatre entreprises minières ont commencé des travaux d'exploration dans la région montagneuse. De nouvelles routes ont été construites et des centaines de sites de forage ont été aménagés.

Cependant, face à la mobilisation du public et de vedettes locales comme Corb Lund, la province a remis la politique en place en février 2021 laissant derrière elle des entreprises dont l'avenir financier est incertain, mais aussi, des questions quant à savoir qui nettoiera les traces laissées sur le paysage.

Routes construites

La Société pour la nature et les parcs du Canada, un organisme de bienfaisance qui se consacre à la protection de la nature canadienne, a comparé les images satellites prises entre 2017 et 2021.

Elle estime que les sociétés minières ont construit environ 80 kilomètres de routes en plus des 264 kilomètres de routes qui étaient déjà en place en 2017.

Cartes des projets miniers principaux près de Crowsnest pass entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carte des principaux projets miniers dans la région de Crowsnest Pass

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, l’Agence de réglementation de l'énergie (AER) affirme, sur la base des informations soumises par les compagnies elles-mêmes, que la longueur des routes construites est plutôt de 40 km.

Elle ajoute qu'entre 2017 et 2021, environ 1900 sites de forage ont été approuvés pour des programmes d'exploration du charbon, dont environ 27 % ont été forés.

Désastre financier

Le retour de la politique de 1976 a confronté les sociétés minières à des circonstances financières particulières. Certaines personnes s'inquiètent que les contribuables aient à payer pour la remédiation.

Selon l'AER, l'assainissement incombe aux entreprises propriétaires des mines et si elles ne le font pas, elles s’exposent à des sanctions. Leurs permis prévoient habituellement deux ans d'exploration et trois ans dédiés aux travaux de nettoyage et de réhabilitation du terrain.

Le programme provincial Mine Financial Security Program (MFSP) aide à gérer les responsabilités liées au charbon en demandant des garanties financières aux sociétés minières, ce qui évite au public de payer les coûts de fermeture des projets, explique l’AER.

Or, ce programme ne requiert pas de garanties pour les travaux d'exploration. Aucune garantie n'a été perçue par l'AER pour les travaux déjà effectués sur les projets Isolation South, Cabin Ridge, Elan South et Tent Mountain, tous situés dans la région de Crowsnest Pass.

Le projet Elan Hard Coking Coal de la société australienne Atrum Coal, par exemple, a été mis en suspens après le rétablissement de la politique de 1976.

Dans son rapport de 2021, la société a déclaré qu'elle avait décidé de reconnaître  son obligation d'assainissement avec un montant légèrement supérieur à 2,2 millions de dollars australiens.

Bien que la société reconnaisse désormais cette responsabilité, ses liquidités actuelles suscitent de sérieuses inquiétudes quant à sa capacité de mener à bien les travaux.

Selon Carleton Osakwe, professeur agrégé en finance à l'Université Mount Royal de Calgary, vu le faible solde de trésorerie de l’entreprise, sans une injection de liquidités externes ou la reprise du projet Elan, il pourrait être difficile pour l'entreprise de poursuivre ses activités au-delà de 2022 et par le fait même, ne pourra assumer les coûts liés au nettoyage.

Problème systémique

Bien que la province affirme que le programme MFSP sert à protéger les contribuables contre ce genre de conjecture, le vérificateur général de l'Alberta critique depuis longtemps le programme et, selon lui, l'incapacité de la province à remédier à ses faiblesses.

En juin 2021, Doug Wylie a indiqué que le gouvernement n'avait pas réussi à régler les problèmes du MFSP que son bureau avait signalés six ans auparavant. Il existait toujours des zones grises, disait-il, quant à la responsabilité du nettoyage des sites contaminés appartenant au gouvernement, qui allait au-delà des questions de comptabilité et de procédures.

Selon le vérificateur général de l'Alberta, il s'agit donc d'un problème systémique, avec en prime des disputes entre le gouvernement albertain et l’AER à savoir qui devrait assumer les coûts liés à la remise en état de ces sites.

Selon lui, si le MFSP n'est pas clarifié et amélioré, la province risque de devoir payer des sommes considérables de fonds publics si un exploitant minier ne peut pas se plier à ses obligations.

Le gouvernement provincial dit qu'il examine le MFSP, et que les résultats sont attendus à la fin de 2022.

Il examine également les cadres de gestion de la qualité de l'eau et sa gestion du sélénium, sédiment provenant des routes et des sentiers qui contaminent les cours d'eau de la région, et qu'il travaille avec l'Institut albertain de surveillance de la biodiversité (Alberta Biodiversity Monitoring Institute) pour mieux comprendre l'état des anciennes routes, des lignes sismiques et d'autres éléments dans la région.

Avec les informations de Rob Easton et Joel Dryden

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !