•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Xinjiang : incertitude et pressions entourent la publication du rapport de l’ONU

La haute-commissaire des Nations unies aux droits de la personne  Michelle Bachelet

La haute-commissaire des Nations unies aux droits de la personne, Michelle Bachelet, dit subir des « pressions » pour publier un rapport, longtemps retardé, sur la situation dans la région chinoise du Xinjiang.

Photo : Getty Images / AFP / FABRICE COFFRINI

Agence France-Presse

Moins d'une semaine avant son départ du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de la personne, Michelle Bachelet a dit jeudi ignorer encore la date de publication de son rapport, très attendu, sur le Xinjiang, avouant subir d'« énormes pressions » de toutes parts.

L'ancienne présidente chilienne a affirmé à plusieurs reprises ces derniers mois qu'elle entendait le publier avant la fin de son mandat, le 31 août. Mais son incertitude était palpable lors de sa conférence de presse de fin de mandat jeudi.

Nous travaillons sur le rapport. J'avais pleinement l'intention de le publier avant la fin de mon mandat, et nous avons reçu des contributions substantielles du gouvernement [chinois] que nous devrons examiner attentivement, comme nous le faisons chaque fois pour tout pays. […] Nous faisons de notre mieux pour faire ce que j'ai promis, a déclaré la haute-commissaire.

Des Ouïgours dans la région de Xinjiang, en Chine.

Des Ouïgours dans la région de Xinjiang en Chine orientale

Photo : Radio-Canada

J'ai été soumise à d'énormes pressions pour publier ou ne pas publier [le rapport], mais ce ne sont pas ces pressions qui feront que je le publie ou que je renonce à sa publication, a-t-elle assuré.

La région chinoise du Xinjiang a longtemps été le théâtre d'attentats sanglants visant des civils et commis, selon les autorités, par des séparatistes et islamistes ouïgours – le principal groupe ethnique de la région.

Cette région chinoise est ainsi l'objet depuis quelques années d'une surveillance draconienne.

Persécution des Ouïgours

Selon plusieurs pays occidentaux et organisations indépendantes, Pékin a interné plus d'un million de Ouïgours et de membres d'autres groupes ethniques musulmans locaux dans des camps de rééducation au Xinjiang, voire imposé du travail forcé ou des stérilisations forcées.

Des prisonniers assis en rang.

Des camps d’internement où des citoyens sont privés de leur liberté et reprogrammés pour éliminer toute trace de leur ethnicité.

Photo : Compte WeChat de l'Administration judiciaire du Xinjiang

La Chine dément fermement ces accusations et présente les camps comme des centres de formation professionnelle destinés à combattre l'extrémisme religieux et à former les habitants à un métier.

À la suite des allégations de violations des droits de la personne à l'encontre des Ouïgours et d'autres minorités majoritairement musulmanes qui ont été portées à l'attention des services de Mme Bachelet depuis fin-2017, cette dernière a informé le Conseil des droits de la personne en 2021 de la nécessité d'une évaluation indépendante.

Son rapport est très attendu par les ONG, mais également par certains pays, dont les États-Unis.

Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de lettres, de réunions demandant la publication. Une quantité énorme. Et cela depuis plus d'un an, chaque jour. Chaque fois qu'on me demande une réunion, qu'il y a un dîner, je sais que ce sujet va être abordé, a-t-elle dit.

Mme Bachelet, dont le nom du successeur n'a pas encore été dévoilé par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, a également indiqué avoir reçu un courrier de plusieurs dizaines de pays – dont elle n'a pas cité les noms – lui demandant de ne pas publier le rapport.

Des mesures arbitraires

Lors d'une rare visite en Chine en mai, elle avait appelé Pékin à éviter les mesures arbitraires au Xinjiang, tout en dénonçant les actes violents d'extrémisme dans la région.

Cette visite en Chine était la première d'un haut-commissaire aux droits de la personne en 17 ans. Elle a fait suite à d'âpres négociations entre l'ONU et Pékin.

Depuis, les ONG réclament avec encore plus d'insistance le rapport.

Pour l'ONG Human Rights Watch (HRW), il en va de la crédibilité de Mme Bachelet.

Son rapport arrive très, très tard. Elle va le publier en partant, ce n'est pas l'idéal, a déclaré le directeur général de HRW, Kenneth Roth, dans un entretien cette semaine à l'AFP à New York.

J'espère que le rapport sera solide et qu'il nous permettra d'augmenter le nombre de gouvernements prêts à condamner la Chine, qui est actuellement de 47, à un nombre suffisamment important pour nous permettre d'obtenir une résolution formelle du Conseil des droits de la personne , a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !