•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec devance les rappels de vaccin pour les 18 ans et plus

Le Dr Luc Boileau.

Le Dr Luc Boileau rencontrait les médias mercredi pour faire le point sur la pandémie de COVID-19 quelques jours avant la rentrée scolaire.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Estimant que sa nouvelle campagne de vaccination des adultes se déroule bien, la santé publique du Québec permet la prise de rendez-vous dès aujourd'hui pour toutes les personnes de 18 ans et plus qui désirent recevoir une dose de rappel.

Le directeur de santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, qui rencontrait les médias en compagnie de la pédiatre et microbiologiste-infectiologue, la Dre Caroline Quach-Thanh, et de la Dre Marie-France Raynault, de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, a expliqué que sans en détenir la certitude, les autorités sanitaires s'attendent à une augmentation notable des cas de COVID-19 cet automne.

Le virus circule toujours, il est toujours là. On a une courbe qui descend tranquillement, mais il est toujours là, a rappelé le Dr Boileau.

« La rentrée est une période charnière où la COVID-19 risque de montrer des signes d’augmentation qui pourraient possiblement arriver plus vite que tard. »

— Une citation de  Dr Luc Boileau, directeur de santé publique du Québec

C'est pourquoi la santé publique demande aux personnes qui ont reçu leur dernière dose de vaccin il y a plus de cinq mois, et qui n'ont pas contracté la maladie depuis, à recevoir une dose de rappel ou une première dose dans les semaines à venir.

Le Dr Boileau a également invité les parents à faire vacciner les tout-petits (6 mois à 4 ans), ainsi que les enfants de 5 à 11 ans en prévision de leur retour à l'école ou en garderie cet automne.

Rappelons que Santé Canada a approuvé il y a quelques jours le vaccin de rappel Pfizer-BioNTech pour les enfants de 5 à 11 ans.

Le Comité d'immunisation du Québec, présidé par la Dre Quach, est à conclure une recommandation pour une dose de rappel disponible pour les jeunes qui sont plus vulnérables en la rendant disponible pour tout le groupe d'âge, a précisé Luc Boileau.

« Même si votre enfant a déjà eu une infection, avoir un vaccin va lui donner une protection encore meilleure [contre la COVID-19]. »

— Une citation de  Dr Luc Boileau, directeur de santé publique du Québec

Lancée le 16 août dernier, la campagne de vaccination automnale contre la COVID-19 vise à renforcer l'immunité des Québécois par l'administration de doses de rappel avant l'arrivée de la saison froide et le retour à l'école.

Un nouveau vaccin adapté au variant Omicron sera disponible sous peu, promet la santé publique du Québec. Un outil de plus face à l'augmentation des cas attendue avec le retour en classe sans restrictions. Un reportage de Danielle Kadjo.

Le vaccin contre Omicron bientôt disponible

En ce qui a trait à l'arrivée prochaine de vaccins bivalents, qui ciblent à la fois la souche originelle de la COVID-19 et le variant Omicron, ils devraient être disponibles au Québec d'ici deux semaines, a assuré le Dr Boileau.

Dès que le nouveau vaccin va arriver, les autorités vont commencer à le distribuer, a-t-il ajouté, en précisant qu'il y aura suffisamment de doses pour immuniser rapidement les personnes les plus à risque de complications de 18 ans et plus.

Le gouvernement fédéral a notamment acheté cet été 12 millions de doses du vaccin bivalent de Moderna. Santé Canada examine également une proposition de Pfizer concernant un vaccin bivalent adapté à Omicron.

Pas de retour du masque dans les écoles

Le directeur de santé publique a également prévenu qu'il n'est pas question pour le moment d'imposer le port du masque dans les écoles ou le transport scolaire. Aucune autre mesure ne sera imposée par ailleurs dans le réseau scolaire. Seule une recommandation : celle de se faire vacciner.

Moi je n’attends pas de catastrophe. […] C’est sûr qu’il va y avoir des infections, par contre, il y a beaucoup d’enfants qui ont fait une COVID cet été, on devrait avoir une période plus protégée pour les premières semaines, a expliqué la Dre Marie-France Raynault, de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Je pense que nos enfants vont pouvoir bénéficier de la scolarité en présentiel majoritairement, estime-t-elle.

Que faire si un élève a le nez qui coule ou mal à la gorge?

Des mains levées dans une classe.

Cette année, il n'y aura plus de restrictions pour la rentrée scolaire.

Photo : Getty Images / skynesher

Tous les élèves du primaire et du secondaire recevront deux boîtes de tests rapides dès la rentrée afin d'améliorer la détection du virus. D'autres distributions auront lieu dans les mois qui suivent.

Dans les classes où un élève aura le nez qui coule ou mal à la gorge, les recommandations sont de passer un test soit en milieu scolaire soit à la maison. Si le résultat est négatif, l'élève peut rester en classe, mais il doit porter un masque.

Si le test rapide est positif, l'élève malade doit s'isoler pendant cinq jours. Par la suite, il pourra retourner en classe, mais il devra porter un masque pendant encore quelques jours.

Finalement, le Dr Boileau a rappelé qu'on est contagieux encore pendant 10 jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !