•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections provinciales : Québec, une région âprement disputée

Une femme sur le trottoir face à un passage piéton attend pour traverser. Il y a des voitures dans la rue.

Reportage de Guylaine Bussière sur les enjeux de mobilité et d'environnement importants pour les électeurs.

Photo : Radio-Canada

La campagne électorale sera déclenchée dimanche et les experts politiques prédisent des luttes serrées dans la région de Québec. La mobilité est le sujet qui intéresse le plus les électeurs.

Tout porte à croire que la région de Québec va être un champ de bataille intéressant dans cette campagne, affirme Philippe Dubois, professeur en communication publique à l’École nationale d’administration publique (ENAP).

Selon lui, la présence d’Éric Duhaime comme candidat - il convoite la circonscription de Chauveau - n’y est pas étrangère.

Un chef qui se présente dans la région, ça capte l’attention médiatique. Beaucoup de militants vont converger vers Québec pour le faire élire tandis que ses adversaires vont tenter de lui barrer la route, dit-il.

Même observation de la part de Philippe J. Fournier, créateur de la plateforme Qc125 qui compile les sondages et intentions de vote. Est-ce que ça va être une élection plate, somnifère comme l'Ontario? Je ne crois pas, même si c'est vrai que la CAQ est loin devant ses rivaux, prédit M. Fournier.

Un homme à l'écran semble écouter une question.

Philippe J. Fournier, créateur de Qc125

Photo : Radio-Canada

Il estime que même si les sondages dans les quatre dernières années indiquent que la CAQ est en avance, il y a quand même de grands enjeux, surtout pour les partis d’opposition dont certains vont même jouer leur survie.

L'analyste pense que le PCQ devrait être quant à lui considéré comme deuxième dans la région de Québec.

Un secteur important pour les partis politiques

Plus généralement, Philippe Dubois observe que les cinq partis engagés dans cette élection souhaitent faire des percées dans la Capitale-Nationale et ses environs, signe que le secteur est d’importance pour eux.

Ce professeur en communication publique considère que le Parti conservateur du Québec (PCQ) et Québec solidaire (QS) ont pris un bon départ dans la région.

Un homme en entrevue télé dans la rue.

Philippe Dubois, de l'École nationale d'administration publique, pense que les élus locaux pourraient avoir une incidence sur le déroulement de la campagne électorale s'ils prennent part aux débats.

Photo : Radio-Canada

Ils ont tous les deux un discours assumé en affirmant que le gouvernement a failli à la tâche sur le tramway et sur la qualité de l’air. Ils parlent à des gens qui sont mécontents et déçus de la situation actuelle et qui seraient enclins à se mobiliser. Encore faut-il que tous ces gens se déplacent pour aller voter le 3 octobre.

Tout peut arriver

Lorsqu’on demande aux résidents des deux rives quels thèmes les concernent le plus, le tramway et le troisième lien reviennent en tête des réponses. Et tous déclarent leur intention de suivre la campagne.

Yannick Machabée a même l’impression qu’elle a déjà commencé, puisque dans les derniers jours, les cinq principaux partis ont dévoilé leur slogan. Certains ont révélé une partie de leur programme, d’autres ont fait leurs premières promesses électorales.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Questionnée par Radio-Canada, la résidente Claudette Rivard dit déjà savoir pour qui elle va voter.

Charles Dufour indique hésiter encore. Quoi qu’il en soit, il ne s'attend pas à une grande surprise. Il pense que les jeux sont faits.

Un avis que partage le résident Philippe Pelletier-Baribault. La CAQ s’enligne pour rentrer très fort, avance-t-il.

Le professeur Philippe Dubois met toutefois en garde celles et ceux qui vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Une campagne, c’est une boîte à surprises, tout peut arriver, souligne-t-il.

D'après les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !