•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne électorale au Québec sera déclenchée dimanche

François Legault en a fait l'annonce sur ses réseaux sociaux mardi après-midi.

François Legault prononçant un discours sur une scène.

C'est au premier ministre que revient la prérogative de décider de la date du déclenchement des élections au Québec.

Photo : Reuters / CHRISTINNE MUSCHI

C'est finalement le dimanche 28 août que prendra fin la 42e législature du Québec. Ce sera le début officiel d'une campagne électorale qui durera 36 jours et prendra fin le jour du scrutin, le lundi 3 octobre.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) et premier ministre sortant, François Legault, a annoncé mardi après-midi dans une courte vidéo diffusée sur ses réseaux sociaux que la campagne électorale sera officiellement déclenchée ce jour-là. Il avait jusqu'au lundi 29 août pour ce faire.

Je veux bien sûr souhaiter une bonne campagne à toutes les candidates, à tous les candidats, lance M. Legault dans sa vidéo.

Le calendrier électoral découle d'une loi sur les élections à date fixe, adoptée en 2013 sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois. Celle-ci fixe par défaut la date des élections au premier lundi d'octobre, tous les quatre ans.

Bannière

Le 28 août, ça commence pour vrai, soutient M. Legault à la fin de la vidéo diffusée mardi. C'est cette journée-là que – tradition oblige – le premier ministre sortant ira voir le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon, pour lui demander de dissoudre le Parlement et de déclencher des élections générales.

Dans les faits, toutefois, la campagne est déjà bien amorcée.

Depuis plusieurs semaines, les partis politiques diffusent de la publicité dans les médias, au grand dam du directeur général des élections, qui regrette que la période préélectorale ne soit pas encadrée par la loi québécoise.

En outre, les partis ne se privent plus d'organiser des événements de presse pour présenter leurs promesses électorales. Ce type d'annonce précoce est devenu de plus en plus fréquent depuis quelques jours.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti conservateur du Québec (PCQ) ont même poussé l'audace jusqu'à dévoiler leur plateforme électorale avant même le début de la campagne.

Il y a actuellement 25  partis politiques provinciaux autorisés au Québec. Quatre seulement ont réussi à faire élire des candidats en 2018, soit la CAQ, le PLQ, le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS). Le PCQ n'a jamais gagné une élection, mais la transfuge caquiste Claire Samson s'est jointe au parti d'Éric Duhaime l'an dernier.

La CAQ compte actuellement 76 députés, contre 27 pour le PLQ, 10 pour QS, 7 pour le PQ, 1 pour le PCQ et 4 indépendants (les ex-libéraux Guy Ouellette et Marie Montpetit ainsi que les anciens péquistes Harold Lebel et Sylvain Roy). Parmi ces 125 parlementaires, 34 ont annoncé leur intention de ne pas se représenter.

Les cinq principaux partis politiques ont dévoilé leurs slogans dans les derniers jours. La CAQ a choisi Continuons.; le PLQ, Votez vrai. Vrais enjeux. Vraies solutions.; QS, Changer d'ère; le PQ, Le Québec qui s'assume. Pour vrai.; et le PCQ, Libres chez-nous!.

Aucune formation n'a encore annoncé la totalité de ses candidats dans les 125 circonscriptions du Québec. Cela dit, l'exercice est pratiquement clos à la CAQ, à QS et au PCQ, alors qu'il manque encore une quarantaine de noms au PLQ et au PQ.

Au Québec, il faut réussir à faire élire 63 députés pour espérer gouverner de façon majoritaire. La CAQ, qui avait raflé 74 sièges en 2018, tentera de réussir ce tour de force pour la deuxième fois de suite, le 3 octobre.

Le taux de participation aux élections québécoises est en chute libre depuis 2012. Il est passé de 74,60 % cette année-là à 71,44 % en 2014, puis à 66,45 % en 2018.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Politique

Pour mieux comprendre les enjeux politiques de l’heure.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Politique.