•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des maires du Lac-Saint-Jean ne décolèrent pas devant le redécoupage électoral proposé

Un bâtiment municipal.

L'hôtel de ville de Saint-Stanislas dans le nord du Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

La colère gronde dans les petites municipalités du nord du Lac-Saint-Jean touchées par le redécoupage électoral fédéral proposé par Ottawa.

Dans la MRC de Maria-Chapdelaine, les maires de Saint-Stanislas, Mario Biron, et de Saint-Eugène-d’Argentenay, Gilles Dufour, s'opposent formellement à l'idée de quitter la circonscription électorale de Lac-Saint-Jean pour se retrouver dans celle de Jonquière.

Ils entendent se présenter à la consultation publique prévue à Chicoutimi le 19 septembre à 9 h à l’hôtel Le Montagnais.

Un homme devant un bâtiment.

Le maire de Saint-Stanislas, Mario Biron

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Les maires Biron et Dufour pensent même en appeler au boycottage des élections fédérales si jamais ce redécoupage électoral est retenu.

Qui pense à une affaire comme ça? Il y a des gens qui sont payés pour penser à des choses comme ça et qui ne regardent même pas les distances sur une carte ou le kilométrage. Puis quand est-ce qu’on va voir ce député-là aussi quand on va avoir affaire à lui? Imaginez autour de la table de la MRC. Il y a la moitié de la MRC qui va être avec Jonquière, l’autre côté qui va être avec Lac-Saint-Jean, a calculé le maire de Saint-Stanislas.

Il y a 13 municipalités [dans la MRC], là il y en aurait quatre ou cinq qui ne feraient plus partie du même comté. Le député qu’on a là présentement, on passerait devant sa porte pour aller voir le député de Jonquière. C’est un non-sens, a ajouté le maire de Saint-Eugène-d’Argentenay.

Un homme sourit dans son bureau.

Le maire de Saint-Eugène-d'Argentenay, Gilles Dufour

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Un peu plus de 130 kilomètres séparent l’édifice municipal de Saint-Eugène-d’Argentenay et le bureau actuel du député de Jonquière, ce qui représente environ 1 heure 40 de route par beau temps.

Rappelons que la circonscription de Lac-Saint-Jean perdrait aussi au profit de Jonquière les municipalités d'Hébertville, Hébertville-Station, L'Ascension-de-Notre-Seigneur, Saint-Bruno, Saint-Ludger-de-Milot, Saint-Augustin et Sainte-Jeanne-d'Arc.

Une carte électorale.

Voici à quoi ressembleraient les trois circonscriptions électorales fédérales du Saguenay–Lac-Saint-Jean si la proposition de réforme était acceptée.

Photo : Capture d'écran

Pour le député, si on a une bonne représentation, ça ne serait pas trop pire, mais quand on se ramasse, qu'on discute de dossiers chauds à la MRC et qu'on veut se faire un regroupement, vu qu'on n'est plus dans la même circonscription, bien là, c'est plus difficile de faire un consensus, a anticipé le maire de Saint-Bruno, François Claveau.

Le redécoupage proposé vise à rééquilibrer la population entre les trois circonscriptions du Saguenay–Lac-Saint-Jean autour de 92 000 citoyens. Actuellement, celle de Lac-Saint-Jean a 104 911 habitants, contre 92 460 dans Chicoutimi-Le Fjord et 91 061 dans Jonquière.

Un bureau municipal et une église.

Le bureau municipal de Saint-Eugène-d'Argentenay comprend aussi un comptoir postal.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Plus partagés au Saguenay

Les maires du Saguenay touchés par le redécoupage électoral fédéral proposé plus tôt cet été sont assez partagés quant à l'idée de quitter la circonscription de Jonquière pour se retrouver dans celle de Chicoutimi-Le Fjord.

À Saint-David-de-Falardeau et à Sainte-Rose-du-Nord, les maires consulteront leur conseil municipal avant de prendre position.

De son côté, le maire de Saint-Fulgence, Serge Lemyre, n'y voit ni avantage ni inconvénient majeur.

Un homme devant un bâtiment.

Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Seul le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, serait très heureux de voir sa municipalité être rattachée à la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord plutôt qu'à celle de Jonquière.

Malgré qu’on a toujours eu un très bon service des députés de Jonquière, ce n’est même pas en lien avec ça. Je pense que ça fait du sens géographiquement. [...] Peut-être au niveau des enjeux, là ça nous touche d’autant plus, ça c’est clair. On est limitrophes quand même avec Chicoutimi, il y a une partie que c’est les mêmes enjeux, a exposé Bruno Tremblay.

Finalement, la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord ne ferait que des gains.

D'après un reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !