•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le hockey nord-ontarien met le paquet pour recruter des arbitres

Une rondelle se trouve entre les patins d'un arbitre.

L'Association de hockey du Nord de l’Ontario a perdu plus du tiers de ses 550 arbitres de 2019 à 2022. La pénurie s’est tout particulièrement fait sentir dans les communautés éloignées.

Photo : Getty Images / Jonathan Daniel

Chris St-Pierre

L’Association de hockey du Nord de l’Ontario (NOHA) met en œuvre un nouveau programme afin de recruter des arbitres. Cette initiative fait partie d’une série de mesures énergiques destinées à ramener le nombre d’arbitres à ce qu'il était avant la pandémie.

Grâce à du financement provenant du Réseau des sports de l’Ontario, la NOHA va payer l’adhésion et fournir gratuitement de l’équipement à 150 nouveaux arbitres.

Afin d’assurer leur implication continue, ceux-ci devront d'abord payer ces frais pour ensuite être remboursés par l’association en décembre 2022.

La présidente de la NOHA, Sue Shepherdson, a rappelé dans un communiqué que les arbitres sont une partie intégrante de notre sport.

Nous avons eu beaucoup de difficulté pour nous assurer d’avoir assez d'arbitres pour tous les matchs sur notre territoire au cours des dernières saisons, poursuit-elle.

Le programme a été accueilli avec enthousiasme sur les réseaux sociaux. Le directeur général de la NOHA, Jason Marchand, espère que ce degré d’intérêt va mener à une bonne participation à une session d’information sur l’arbitrage, prévue le 12 septembre.

Ça devrait encourager les arbitres

Ces mesures sont bien perçues par les gens du milieu qui ont connu des saisons difficiles depuis le début de la pandémie. Selon un récent sondage, les coûts reliés à l’achat d’équipement sont un des principaux facteurs qui ont mené à la réduction du bassin d’arbitres nord-ontariens.

Ça devrait encourager les arbitres parce qu’il y en a beaucoup qui ne voulaient pas le faire à cause des frais à payer, explique l’arbitre à la retraite Tim Foster. Il souligne qu’un nouvel arbitre doit débourser entre 500 et 1000 $ pour s’équiper.

Christian Gratton, responsable des arbitres pour l’Association de hockey mineur de Hearst, fait le même constat. Les petites associations tentent depuis longtemps de recruter et cette initiative est la bienvenue.

À une moyenne de 25 à 30 $ la partie, ça prend plusieurs parties avant de venir à bout de revenir à zéro, estime-t-il.

Jason Marchand en visioconférence.

Jason Marchand indique qu’il faut parfois passer de quatre arbitres à deux pour éviter d’annuler une rencontre, ce qui peut avoir des conséquences sur la sécurité lors d'un match.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Si la mesure porte ses fruits, Jason Marchand estime qu’il y aura une occasion de prolonger ou d’élargir le programme, mais nous devons d’abord retourner à la normale et éviter d’annuler des parties.

Outre les frais liés à l’arbitrage, le traitement des arbitres et l’allocation de matchs sont également des facteurs qui en ont poussé plusieurs à quitter le hockey.

Annulations et pénurie en région

La NOHA a perdu plus du tiers de ses 550 arbitres de 2019 à 2022. La pénurie s’est particulièrement fait sentir dans les communautés éloignées.

À Hearst, l’association de hockey mineur a annulé sept matchs l’an dernier, faute d’avoir suffisamment d’arbitres. M. Gratton remarque que ces jours-ci, le public est davantage sensible à la pression que subissent les associations.

Le monde comprend que si on n’a pas d’arbitres, on n’a pas de partie. En fin de compte, ceux qui paient pour sont les jeunes, les enfants qui jouent au hockey, et les ligues d’adultes, affirme-t-il.

Tim Foster est arrivé à la même conclusion.

Les gens qui viennent assister aux parties de hockey sont moins difficiles avec les arbitres. Ils comprennent qu’on en a besoin, ajoute-t-il.

Vendre le métier

M. Gratton rappelle que même si l’arbitrage est souvent perçu de façon négative, un jeune qui souhaite tenter sa chance peut en tirer bénéfice.

« C’est une discipline que tu apprends, c’est un métier, un emploi. Pour un jeune, c’est excellent d'avoir ça sur son CV afin d’avoir une job dans le futur, peu importe le domaine. »

— Une citation de  Christian Gratton, membre de l'Association de hockey mineur de Hearst

Cependant, pour en profiter, il faut se développer. M. Foster souligne que les grands centres ont été victimes d’un couteau à double tranchant lors des dernières saisons. Ceux qui comptent sur un nombre juste suffisant d’arbitres doivent faire appel aux vétérans pour arbitrer des matchs au détriment des nouveaux venus.

Selon lui, c’est la raison pour laquelle l'accompagnement et l'encadrement ont diminué ces dernières années. Il faut donc en faire plus pour transmettre les connaissances.

Vêtu de son uniforme d'arbitre, Tim Foster est debout près d'une femme sur une patinoire.

Tim Foster a arbitré pendant 54 saisons au hockey mineur, junior majeur et international. (Archives)

Photo : Avec l'autorisation de Darren Long

Les vieux arbitres qui prennent leur retraite, comme moi, vont aller en faire et encourager le monde pour aider les plus jeunes, affirme-t-il.

M. Gratton croit fortement que ça peut encourager les jeunes de 14 à 17 ans d’embarquer et de se lancer dans l’aventure de l’arbitrage. Il dit être toujours à court de trois à quatre arbitres en vue de la prochaine saison.

Jason Marchand dit toujours aborder ce besoin en début de saison. Cependant, la NOHA souhaite se consacrer davantage à l’apprentissage et à l’encadrement des jeunes arbitres cette année afin d’assurer leur continuité dans le sport.

Comme l’a fait Hockey Est de l'Ontario l’an dernier, elle lancera cette saison un programme de brassards verts afin d’appuyer et de protéger les arbitres en herbe. Ce programme sert notamment à diminuer l'intimidation envers les jeunes arbitres ainsi qu'à rappeler aux parents et aux entraîneurs qu'ils sont en apprentissage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...