•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avoir accès à un lit de soins de longue durée prend deux fois plus de temps à l’Î.-P.-É.

Une dame âgée, assise sur son lit, regarde par la fenêtre.

Les aînés de l'Île-du-Prince-Édouard attendent en moyenne 43 jours à l'hôpital avant d'obtenir une place dans un centre de soins de longue durée.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Une longue période peut s’écouler avant d’obtenir un transfert d’un hôpital vers un centre de soins de longue durée à l’Île-du-Prince-Édouard.

Selon un récent rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé, il faut en moyenne 43 jours pour avoir accès à un tel lit après avoir été admis à l’hôpital. La moyenne nationale est de 24 jours.

C’est un peu mieux qu’en Nouvelle-Écosse, où l’attente est évaluée à 52 jours.

Cecil Villard représente une association regroupant des foyers de soins de longue durée. Il estime préoccupant le fait que de nombreux aînés occupent des lits dans les hôpitaux de la province.

Cecil Villard.

Cecil Villlard, directeur général de P.E.I. Association of Community Long Term Care, est d'avis que plus d'investissements doivent être faits dans les soins communautaires afin de permettre aux aînés de rester plus longtemps chez eux.

Photo : CBC/Brian Higgins

Je pense que cela témoigne d'un échec que nous avons créé en ne nous appuyant pas vraiment sur notre programme de soins à domicile et nos programmes de soins communautaires, affirme-t-il.

M. Villard voudrait voir plus d’efforts pour garder les aînés à la maison plus longtemps, en leur offrant davantage de services, comme la livraison de repas ou l’entretien paysager.

Il pense qu’avec le vieillissement de la population, les choses iront en empirant si rien n’est fait.

La situation s'améliore, dit Santé Î.-P.-É.

Santé Î.-P.-É. croit de son côté que les choses s’améliorent. La cheffe des opérations de Santé Î.-P.-É. Corinne Roswell fait remarquer que les données utilisées par l’ICIS remontent à 2021, et que la situation en 2022 est meilleure.

Nous avons implanté un modèle de gestion des lits qui nous permet de nous assurer que nous utilisons tous nos lits rapidement, mais ce sont aussi les investissements que nous avons faits dans les soins communautaires qui contribuent à la diminution de l’attente, explique-t-elle.

Corinne Roswell.

Corinne Roswell, cheffe des opérations à Santé Î.-P.-É. estime que les investissements faits récemment permettent d'entrevoir un avenir plus rose.

Photo :  (CBC/Shane Hennessey)

Actuellement, environ 155 lits sont inoccupés dans les centres de soins de longue durée, privés et publics. Cette situation est due en partie à la pénurie d’infirmières immatriculées dans ces centres.

Il faut avoir le bon personnel au bon endroit, affirme Mme Roswell.

Nous devons nous assurer d’avoir des centres avec assez de personnel pour que les lits puissent être occupés. Nous avons fait récemment des améliorations à notre système de placement à l’aide d’une nouvelle technologie. Et enfin, nous devons nous assurer que pendant qu’ils attendent, les gens reçoivent de bons soins.

Elle admet que malgré tous les efforts, l'attente ne disparaîtra pas complètement. Mme Roswell indique que les soins à domicile ont leur lot de défis, mais que des efforts plus robustes doivent être pris pour les améliorer dans le futur.

Santé Î.-P.-É. indique que 189 personnes attendent un lit dans un centre de soins de longue durée. De ce nombre, 119 attendent à la maison, 53 à l’hôpital et 17 dans d’autres installations de soins communautaires.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !