•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dépôt de munitions en feu en Russie et des bombardements russes en Ukraine

Deux traînées de lumière s'élèvent dans le ciel à l'aube.

Des missiles sont lancés depuis la région de Belgorod en Russie, à 80 kilomètres de Kharkiv, le 18 août 2022.

Photo : Associated Press / Vadim Belikov

Radio-Canada

Deux villages russes ont été évacués, jeudi, à cause d'un incendie qui s'est déclaré dans un dépôt de munitions situé près de la frontière avec l'Ukraine, ont annoncé les autorités locales.

Cet incendie survient quelques jours après des explosions sur une base militaire et un dépôt de munitions situés en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou; la Russie reconnaît dans ce dernier cas un acte de sabotage.

Un dépôt de munitions a pris feu près du village de Timonovo, situé à moins de 50 km de la frontière ukrainienne dans la province de Belgorod, a déclaré dans un communiqué le gouverneur de la région, Viatcheslav Gladkov.

Est-ce qu'on peut dire qu'on entre dans une nouvelle phase de la guerre en Ukraine ? Entrevue avec notre chroniqueur d'information internationale, François Brousseau.

Aucune victime n'est à déplorer, mais les habitants de Timonovo et du village voisin de Soloti ont été déplacés à une distance sûre, a-t-il poursuivi, ajoutant que les autorités enquêtaient sur les raisons de cet incendie.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on pouvait voir une énorme boule de feu dégageant une épaisse colonne de fumée noire. Dans une autre, plusieurs explosions en succession rapprochée pouvaient être observées au loin.

Série d’explosions visant les Russes

Le feu qui s'est déclenché jeudi s'inscrit dans une série d'explosions touchant des installations militaires russes en Crimée.

Au début d'août, l'explosion de munitions destinées à l'aviation militaire près de l'aérodrome militaire de Saki a fait un mort et plusieurs blessés.

De la fumée s'élève dans le ciel, près d'une plage où des gens profitent du beau temps.

Des explosions ont fait un mort et plusieurs blessés mardi dans un dépôt de munitions en Crimée.

Photo : via Associated Press

Quelques jours plus tard, c'est un dépôt de munitions qui était soufflé par des explosions. Dans ce dernier cas, Moscou a admis, fait rare, un acte de sabotage.

De leur côté, les forces russes ont abattu jeudi soir un drone près de l'aéroport de Sébastopol, plus grande ville de Crimée et siège de la flotte russe en mer Noire, selon les autorités locales.

Peu avant, la défense antiaérienne russe avait été activée près de la ville de Kertch, également en Crimée, où se trouve un pont raccordant la péninsule à la Russie continentale, construit à grands frais après l'annexion.

Menace ukrainienne

Mercredi, par la voix d'un conseiller de la présidence, Mikhaïlo Podoliak, Kiev avait menacé de démanteler ce pont que de nombreux Russes allant ou rentrant de vacances en Crimée empruntent actuellement.

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine à la fin de février, Moscou a plusieurs fois accusé les forces ukrainiennes d'avoir effectué des frappes sur son sol, en particulier dans la région de Belgorod.

Le mois dernier, des missiles se sont abattus sur la ville de Belgorod, chef-lieu de la province, faisant quatre morts, selon les autorités locales.

Au début d'avril, M. Gladkov avait accusé l'Ukraine d'avoir mené une attaque contre un dépôt de carburant à Belgorod avec deux hélicoptères.

Bombardements meurtriers dans le nord-est

Jeudi, des bombes se sont abattues sur la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine. Les Ukrainiens ont accusé les Russes d'avoir bombardé des quartiers d'habitation, y faisant 6 morts jeudi, après en avoir fait 13 la veille.

« La nuit dernière et ce matin ont été les moments les plus tragiques à Kharkiv depuis le début de la guerre. »

— Une citation de  Igor Terekhov, maire de Kharkiv

Le maire Igor Terekhov a signalé que vendredi serait une journée de deuil en hommage aux victimes.

Un bâtiment est détruit.

Une frappe a touché une gare de tramway à Kharkiv, le 18 août 2022.

Photo : Reuters

Située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe, la deuxième ville d’Ukraine est régulièrement pilonnée par l’armée russe, qui n'a jamais réussi à s'en emparer. Des centaines de civils ont été tués dans cette région, selon les autorités ukrainiennes.

Dans le sud du pays, une personne est morte et deux autres ont été blessées et hospitalisées après une frappe à Mykolaïv, a annoncé son maire, Oleksandr Senkevytch.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !