•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Murdochville demande à Québec de lui accorder un statut particulier

La ville de Murdochville entourée de montagnes.

La Ville de Murdochville demande à Québec de lui octroyer un statut particulier en raison de sa situation géographique et historique (photo d'archives).

Photo : Radio-Canada

Alice Proulx

Aménagée pour répondre à une population de plus de 5000 personnes, Murdochville n'arrive plus à financer l'entretien des infrastructures construites sur son territoire dans les années prospères de la mine de cuivre. La Ville voudrait que Québec lui octroie un statut particulier en raison de sa situation géographique et historique.

La Ville de Murdochville espère avoir, grâce à ce statut, une aide financière ponctuelle du gouvernement pour mettre aux normes ses différentes infrastructures, dont certaines ont été bâties il y a plus de 60 ans.

Aujourd’hui, la Ville fait face à des enjeux très grands. On ne peut pas répondre tout seul dans le contexte avec les programmes actuels d’aide financière. On ne peut pas partager des frais avec d’autres municipalités, parce qu’on est à 100 km de Gaspé et à 85 km de Grande-Vallée, explique la mairesse de Murdochville, Délisca Ritchie-Roussy.

« On se bat depuis 2002 pour se maintenir en vie, mais il faudrait qu’on ait un peu d’aide pour que ça continue. On se sent isolés sur notre propre territoire. »

— Une citation de  Délisca Ritchie-Roussy, mairesse de Murdochville

Depuis l’arrêt des activités minières en 2002, la population n’a cessé de décroître, pour maintenant se chiffrer à 620 personnes.

Délisca Ritchie-Roussy.

Délisca Ritchie-Roussy réside à Murdochville depuis plus de 50 ans (archives).

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Selon la mairesse, qui était en entrevue à l'émission Bon pied, bonne heure, les coûts totaux de réparation des infrastructures s'élèvent à environ 50 millions de dollars, une somme que la Ville ne peut pas débourser.

« L’aqueduc, les égouts, la mise [aux] normes de l’eau potable et les ponceaux, ça nous coûte des millions et des millions, mais on n’a pas ça dans nos coffres. »

— Une citation de  Délisca Ritchie Roussy, mairesse de Murdochville

Murdochville veut s'inviter dans la campagne électorale

Jusqu'à maintenant, la mairesse a interpellé six ministères et a envoyé une lettre au premier ministre François Legault pour demander ce statut particulier.

Elle indique être toujours en attente d'une réponse : Ce n’est pas parce qu’on est juste 620 personnes que ça ne vaut pas la peine qu’on réponde aux demandes qu’on a faites.

Elle voit la prochaine campagne électorale comme un bon moment pour faire valoir ses revendications.

On s’en va en élections, alors je pense qu’on devrait un peu plus nous écouter pour avoir été pendant 50 ans une municipalité qui a participé activement au développement économique de la Gaspésie avec la mine. Ce serait tout à fait logique de nous aider jusqu’à ce qu’on puisse avoir une meilleure santé financière, indique Mme Ritchie-Roussy.

Entrée de la ville de Murdochville.

Pendant des dizaines d'années, l'ancienne mine de Murdochville a contribué au développement de la région, fait valoir la mairesse (photo d'archives).

Photo : Radio-Canada

On a montré qu’on était des gens résilients et persévérants, on peut même dire qu’on a sauvé notre ville. Maintenant, on veut de l'aide, souligne l'élue.

Elle ajoute que la possible relance de l'exploitation de la mine de cuivre par Métaux Osisko justifie également la nécessité d'avoir des infrastructures aux normes. Il faudra de plus plusieurs mois, voire quelques années avant que le projet, qui en est à l'étape de l'analyse de faisabilité, puisse se concrétiser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !