•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arts martiaux comme outil de réinsertion dans la série québécoise Après le déluge

Penande Estime, cadrée de près, une main supportant son visage.

La comédienne Penande Estime incarnera la policière Maxime Salomon dans la série «Après le déluge».

Photo : Katherine Guertin

Radio-Canada

Une policière prend sous son aile quatre jeunes au passé trouble et les initie aux arts martiaux mixtes (MMA) dans Après le déluge, une nouvelle série originale signée par l'artiste québécoise Mara Joly. Les six épisodes d’une heure seront diffusés sur Crave en décembre.

La comédienne Penande Estime y incarne Maxime Salomon, une policière prête à défendre corps et âme sa décision de faire pratiquer un sport de combat à des jeunes d’un quartier chaud de Montréal. Son pari : briser le cercle vicieux de la violence en combattant le feu par le feu.

Il y a des rêves et des amours fous qui se réalisent. Ce projet en est un, a expliqué la réalisatrice, scénariste et productrice Mara Joly dans un communiqué. J'espère depuis longtemps une série de fiction lourde d'ici écrite, réalisée et produite par des afro-descendants où je pourrais reconnaître le Québec dans lequel j'évolue et mon métissage culturel.

Avec Après le déluge, Mara Joly nous propose une série humaine qui n'est pas celle d'une tragédie, mais plutôt d'une révolution, a déclaré pour sa part Suzane Landry, vice-présidente, Développement de contenu, programmation et information à Bell Média, qui possède la plateforme Crave.

L’équipe de production, qui regroupe Zone3 et Zama Productions, promet une série où les talents établis, comme France Castel, Marilyse Bourke et Karl Walcott, côtoieront des visages moins connus au petit écran, comme Madina Tall, Natalie Tannous et Ximena Forrer Olaso.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !